Ils ont dit… (14)


      Heinrich Heine
« Ce que l’homme utilise pour pisser,

         Avec cela il crée son semblable. »

Heinrich Heine


Sigmund Freud (1856-1939)« Le membre de l’homme a deux fonctions, dont la réunion, pour plus d’un, fait scandale. Il sert à l’évacuation de l’urine et il accomplit l’acte sexuel qui apaise l’ardent désir de la libido génitale. L’enfant croit encore pouvoir unir les deux fonctions ; d’après sa théorie les enfants sont produits par le fait que l’homme urine dans le corps de la femme. Mais l’adulte sait que les deux actes sont en réalité incompatibles – aussi incompatibles que le feu et l’eau. Quand le membre sexuel est dans cet état d’excitation qui a amené la comparaison avec l’oiseau, et pendant que sont éprouvées ces sensations qui rappellent la chaleur du feu, il est impossible d’uriner ; et inversement, quand le membre sert à évacuer l’eau du corps, toutes ses relations avec la fonction génitale semblent éteintes. L’opposition des deux fonctions pourrait nous permettre de dire que l’homme éteint son propre feu avec sa propre eau. Et l’homme des origines, contraint à comprendre le monde extérieur à l’aide de ses propres sensations corporelles et des relations corporelles, n’avait pas été sans apercevoir et sans utiliser les analogies que lui indiquait le comportement du feu. »

Sigmund Freud,  Zur Gewinnung des Feuers (Sur la prise de possession du feu), Imago, 18 (1), 8-13. GW, XVI.


meraviglia

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

The call of the wild

The_Call_of_the_Wild_(1903)_p.8_frontispiece

Frontispice de L’Appel de la Forêt (The Call of the Wild) de Jack London, 1903
illustrateur Charles Livingstone Bull
« And beyond that fire… Buck could see many gleaming coals, two by two, always two by two.»

The_Call_of_the_Wild_(1903)_p._85_With_the_aurora_borealis

l’Aurore Boréale de L’Appel de la Forêt (The Call of the Wild) de Jack London, 1903
illustration de Charles Livingstone Bull

Jack Mondon

      L’Appel de la forêt ou L’Appel sauvage (titre original : The Call of the Wild) est un roman de Jack London publié en 1903 aux Etats-Unis et en 1908 en France. Il relate l’histoire d’un chien domestique, vendu à la suite d’un concours de circonstance comme chien de traîneau à l’époque de la Ruée vers l’or et qui revient à ses instincts naturels lorsqu’il est confronté aux pièges et à la rudesse du territoire du Yukon. Jack London avait participé en 1897 à la Ruée vers l’or de la Klondike River au Canada à l’ouest du Yukon mais atteint du scorbut, il avait du être rapatrié. Cette expérience du Grand Nord canadien l’incita à se consacrer à l’écriture.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––