L’Enlèvement des Sabines de Giambologna à Florence, 1582

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quelles fesses !

Viol des Femmes sabine de Giambologna, de la Piazza della Signoria à Florence

Giambologna – L’Enlèvement des Sabines de la Piazza della Signoria à Florence, 1582

c7771097c334ffb6a677383d6e8256ce

Der_Raub_der_Sabinerinnen,_Giambologna,_Loggia_dei_Lanzi_Florenz-06.jpg

       Cette œuvre est une prouesse technique : l’artiste fait tenir sur une seule base trois personnages dont les corps sont organisés sous une ligne serpentine. On y retrouve toute une série de spirales et de mouvements giratoires. Il n’y aucune tension même chez la sabine enlevée par les romains et aucun élément ne sort de l’espace de la base. Ce groupe est une œuvre du mouvement artistique maniériste.  (crédit Wikipedia)

Der_Raub_der_Sabinerinnen,_Giambologna,_Loggia_dei_Lanzi_Florenz-07-1

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Retour à l’église Santa Felicità à Florence – Fresque la Pieta de Pontorno.

Pontormo - la Déposition (détail), 1526-28

Jacopo_Pontormo_009_OBNP2009-Y07757

Pontormo - la Déposition, 1526-28

Pontormo – la Déposition, 1526-28

    La fresque de la Déposition de Pontormo est une représentation d’une des phases finale du cycle de la Passion du Chris décrite dans l’Évangile de Jean qui décrit la descente du corps de Jésus-Christ de la Croix par Joseph et Nicodème pour être remis à sa mère Marie. On a relevé le caractère ambigu de certaines représentations : le Christ est porté par deux jeunes gens androgynes et en dehors de Marie, de Marie-Madeleine et de saint Jean (à droite) vêtu de sa mélote (tunique en poil de chameau qu’il porte dans le désert, rien ne permet d’identifier les autres personnages.

Pontormo - la Déposition, 1526-28

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pontormo : l’art et la manière

Jacopo Pontormo - Annonciation de la Vierge dans l'église de Santa Felicita, chapelle Capponi à Florence, détail

Jacopo da Pontormo (1494-1557) – Annonciation de la Vierge dans l’église de Santa Felicita, chapelle Capponi à Florence, détails : la Vierge et l’ange Gabriel

Capture d’écran 2015-10-09 à 21.33.30

°°°

     C’est en 1525 que Ludovico Capponi, important homme d’affaires et banquier de la Chambre apostolique commande à Jacopo da Pontormo la décoration de la chapelle qu’il venait d’acheter à l’église Santa Felicità de Florence pour servir de caveau familial. De 1526 à 1528, Pontormo travailla à la décoration de cette chapelle à son habitude dans le plus grand secret sans permettre même au commanditaire, de suivre le cours des travaux. Les fresques peintes sur les murs de la chapelle et sur les voutes s’organisaient selon un ordre synthétique qui a été malheureusement brisé par la destruction  de la voûte sur la quelle le peintre avait représenté magnifiquement la figure de Dieu le Père accompagné de  quatre Patriarches. Jacopo da Pontormo est l’un des maîtres du maniérisme, école picturale apparue en accompagnement des troubles religieux, politiques et guerriers qui ont marqués le Cinquecento. L’idéal humaniste de la Renaissance est ébranlé et les peintres se rattachant à ce mouvement, rompant avec le classicisme et son idéal d’harmonie universelle, privilégient dans leurs représentations un antinaturalisme mettant en scène le singulier, l’étrange, la distorsion en forçant les mouvements du corps, les expressions du visage et en utilisant des couleurs vives et contrastées. L’expression formelle et de la virtuosité technique l’emportent parfois sur l’expression du contenu.

3232-Santa_felicita_2C_cappella_capponi_03      Les deux fresques de L’Annonciation, peintes en 1527 sont caractéristiques de ce style : les deux personnages sont saisis en plein mouvement : la Vierge semble avoir été surprise dans sa montée des marches et dans un mouvement naturel se retourne. Apercevant l’ange Gabriel volant dans un décor de nuages, ses yeux écarquillés expriment l’étonnement. Le peintre a choisi de représenter l’ange de manière insolite : si le corps est représenté au niveau du regard de l’observateur, le visage, dans une posture extatique tournée vers le ciel, est paradoxalement représentée en contre-plongée et les pieds en plongée, ce qui créé un phénomène de distorsion qui trouble le spectateur. L’acidité des couleurs (orangé, émeraude, violet) ajoute à l’effet d’étrangeté produit.

°°°

4157168a8288606457479b2434415c64 Jacopo Pontormo - Annonciation de la Vierge dans l'église de Santa Felicita, chapelle Capponi à Florence

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––