Toponymes d’Arpitanie : lieux-dits « Resses », « Raisses », « Raiches », Rèches », « serra »

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un peu d’étymologie

Première explication : resse ou raisse  = moulin mu par la force hydraulique

    Les lieux-dits dénommés Les Resses, à ne pas confondre avec les lieux-dits Rasses ou Rassettes, sont relativement nombreux dans le domaine franco-provençal. On les trouve le plus souvent sur des terrains en pente, boisés ou semi-boisés, en bordure de ruisseaux ou de torrents. Très souvent ces lieux-dits marquent l’emplacement d’une ancienne scierie. 

Chatelneuf-en-Vennes (Doubs) - cadastre napoléonien

A titre d’exemple, voici un texte du XVIIIe siècle relatif au site de Chatelneuf-en-Vennes dans le Doubs qui fait clairement référence  à une « raisse », c’est-à-dire une scierie, distincte d’un moulin, et mue par la force hydraulique :  les descendants de Jehan Monnot, Guillaume et Jean Joseph adressèrent une requête à la nouvelle Dame de Châtelneuf, Marie Henriette de Cusance, duchesse d’Aremberg et d’Areschoot, la suppliant humblement de bien vouloir leur permettre de « rétablir et redresser des Seignes dudit lieu d’Outre Seigne un moulin et une raisse que leurs auteurs et prédécesseurs y avaient autrefois et qui ont été ruinés depuis 50 ans. » L’autorisation leur fut accordée et tout ceci fut reconstruit.

°°°

Capture d’écran 2014-08-30 à 01.46.15Capture d’écran 2014-08-30 à 01.41.52

Exemple de resses mues par la force hydraulique


scieurs_long_teruel-f8fd0
En patois franco-provençal, la resse ou raisse désignait en effet une scie actionnée par une roue hydraulique. Le mot se prononçait raissi, reissa et était issu du vieux français resse, rasse, « scie » avec les dérivés ressierrassier, « scier », resse, raisse, « scierie », mot issu lui-même du latin resecare, « couper, tailler, rogner, trancher, diviser », ayant pris par extension le sens de « scier ». Certains linguistes le font également descendre du latin scindere* « fendre ». Ces deux verbes latins contiennent tous les deux la racine indo-européenne

    Yvonne David-Peyre qui a beaucoup travaillé sur le toponymes de ce type dans l’aire de sud de la France, de l’Espagne et du Portugal considère que c’est par confusion entre l’acte de couper, scier, et l’instrument, les langues ou dialectes romans ont refait sur ce verbe un faux radical : resso, lui donnant le sens de scie. Ce mot semble fort répandu; à côté de reisça-, raisa- (v. prov.), Mistral cite ressa (Rhône), ressa, rasso, resse (Rouergue), à côté d’une forme plus primitive : ressego (mase, fait sur ressega, issu du verbe ressegà). On se trouve en français devant le même phénomène : secare > seyer, scier ; et le substantif serra (lat.), qui se retrouve dans la forme dialectale serro, est abandonné pour la forme faite sur scier : la scie. Ainsi par confusion entre l’acte de couper et de scier et l’instrument qui est utilisé à cet effet, les langues ou dialectes romans ont créés sur ce verbe un faux radical resso, « scie » :

  • Scie : Reisça-, raisa- (vieux Provençal), ressa (Rhône), ressa, rasso, resse (Rouergue) à côté d’une forme plus primitive ressego — raisse, raise (Jura Bernois)
  • Couper avec la scie : serra secare (latin ancien) > serarre (latin 4e siècle)
  • Scieur : ressaire, ressegaire (aujourd’hui), anciennement serraire.
  • Sciure de bois et résidus de céréales : ressiho (Provence), ressilho (Alpes), rassilho (Languedoc), ressé, rassé (Limousin) et ressec (Gascogne).
  • Sciure de bois : bren de ressé
  • Pain de son : pain de ressé

Les romains utilisaient l’expression serra secare pour l’action de « couper avec la scie, scier » qui est devenu avec le temps par simplification serra (seca)re, serrare. Ce verbe est donc un dérivé de serra, « scie », attesté dans de nombreuses langues et dialectes romans :

  • Scie : serra (Catalan, portugais), sierra (espagnol)
  • Faucille : serra (Avignon, 13e et 14e)
  • Scie de scieur de long : seàra (Barcelonette)
  • Scie à main : sareto
  • Sciure : sarilho (occitan)
  • Scieur : seraire (occitan)
  • Mésange charbonnière ou nonnette : la sarrofino (Marseille, car le chant de l’oiseau ressemble au bruit d’une lime sur le métal), sarralhièr (Ardèche).
  • Scie de mer, Pristis : serra, serran, serrange (Marseille, à cause de sa nageoire dorsale en forme de scie).
  • crête de montagne (attesté depuis le XIIe s.) : serra et sarratch (Ariège)
  • monticule, colline : lou ser (dans la plaine), seret (Cévennes gardoises)

   Serra prend ainsile sens « crête de montagne », attesté depuis le 12e s. Le mot est surtout utilisé pour désigner des chaînes ou crêtes de montagnes et l’élément « longueur » y est prépondérant. L’évolution sémantique scie > crête ne pose pas de problème. Serra a gardé ce sens surtout dans les parlers des montagnards. Dans la plaine lou ser s.m. devient « une monticule, une colline ». Dans les Cévennes gardoises c’est un dérivé : seret qui prend le sens de « colline », mais dans l’Ariège un sarratch est une « crête de montagne ».

Les Rochers de la Reffa, montagne du Bel Oiseau à Finhaut dans le Valais (Suisse)

Les Rochers de la Reffa, montagne du Bel Oiseau à Finhaut dans le Valais (Suisse) :  arête rocheuse rappelant les dents d’une scie

    Selon le linguiste Jean-Claude Rolland, les membres français de cette famille se distinguent par leur radical –sci, qu’ils descendent du verbe latin secare, « couper » ou du verbe latin scindere, « fendre ». Certains étymologistes n’hésitent pas à ajouter à ces deux étymons le nom latin scientia, « connaissance, connaissance scientifique », et le verbe scire, « savoir », bien que l’on n’ait pas retrouvés de correspondants dans les autres langues indo-européennes.

Voici les mots français qui, par leur radical –sci-, dérivent de ces diverses sources :

  • scier, scie, scieur, sciage, scierie, sciure ;
  • scinder, scission, abscisse ;
  • science, conscience, sciemment, omniscient, plébiscite, (à bon) escient,
  • le verbe disséquer se rattache également à cette famille, le C du radical -sec- ayant été changé  pour des raisons phonétiques en QU.

D’autres dérivés de secare ont conservé le radical originel –sec(t)– :

  • section, secteur, sécateur, sectionner, insecte, vivisection, dissection, sécante, bissectrice, …
  • le mot segment ou le -c- originel a évolué en -g- : segment vient du latin segmentum,  « coupure, entaille, incision », dérivé de secare. (cf. esp. segar, « faucher »).

    L’ancêtre de la branche grecque est le verbe σχιζειν, skhizein, « fendre ». En sont issus les mots français qui contiennent le radical –schi– : schisme, schiste, schizophrène, …

°°°

     Il y a enfin dans cette famille quelques cousins germains venus à ski de Norvège. Le mot est issu de l’ancien norrois skiô, “billette de bois fendu, chaussure, raquette pour la neige”. Dans la petite famille de ski on trouve skier, skieur, skiable, téléski mais aussi « échine » et « s’échiner » qui proviennent du francique *skina, « baguette de bois » d’où « aiguille, os long » où le groupe initial  -ska évolué en chLe mot échine désignait dès le XIe s. la colonne vertébrale de l’homme et de certains animaux, par une évolution métaphorique semblable à celle d’ “épine dorsale”. (cf. esp. esquina, « coin, angle »).

°°°

      Enfin, il existe une théorie défendue par le linguiste Kraege selon laquelle une variante reichia du nom de la scierie ressia aurait conduit aux toponymes Rêchy et Râchy généralement considérée comme des lieux d’essartage où les arbres ont été « arrachés ». Kraege recommande pour distinguer les étymologies de se livrer à une observation soutenue sur le terrain.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Seconde explication : resse = longue bande étroite de terrain semblable à une lame de scie

   Sur les pentes hautes des montagnes, en limite de forêt, les champs sont aménagés tout en longueur parallèlement aux courbes de niveaux et légèrement aplanis pour des raisons pratiques. Les bords latéraux sont souvent constitués de talus ou de « murgiers » constitués  de déblais pierreux boisés. Ces longues bandes de terrains font penser, par leur étroite forme qui s’étire en longueur à des lames de scie d’où l’utilisation pour les nommer du vieux français resse, rasse« scie », lui même  issu du latin resecare,

    Notons qu’en patois valaisan, rachat est le nom à des prés de forme rectangulaire dont le plus grand côté est perpendiculaire à la pente.

sur les pente de la Montagne d'Age à POISY : les Resses

sur les pente de la Montagne d’Age à POISY : les Resses

parcelle longue et étroite entourée d'arbres à POISY 74330 : une Resse

parcelle longue et étroite entourée d’arbres à POISY 74330 : une Resse

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Troisième explication : resse = aire de sciage ou de battage, ressio : terre inculte, en friche

Yvonne David-Peyre a travaillé sur des toponymes en Espagne et au Portugal d’origine française. Il s’agit des toponymes Rossio qui désignent d’anciens champs de foire. S’appuyant sur les travaux de Du Cange qui montrent qu’en France, le Moyen Age avait conservé aux substantifs (rosega, resea, resia, ressega) et aux verbes (researe, resiare, resseare, ressiare, ressegare) issus du verbe latin resecare son sens initial de « couper, rogner, tailler. »

Les patois du sud de la France utilisaient de nombreux mots dérivés de ce verbe premier :

Verbes :

Alpes : ressecà et resseà, dont le sens est : émonder (cf. v. prov. : ressecar et rezegar). 2e signification : refaucher – Limousin : ressegà, rassegà, ressejà — Bordelais : arsegà, avec le sens de refaucher. Les dérivés ressega, ressegat (part, passé) signifient refauche. Rassà et ressà (du v. prov. rayssar), verbes actifs et transitifs, signifient : hacher la paille, éparpiller les gerbes pour les passer au rouleau et, par extension, retirer avec un balai le blé qui est sous la paille ­ — Languedoc : Faire rasso signifie dans bien des régions du Languedoc : faire place nette.

Substantifs : issus de ces verbes, ils sont encore plus nombreux :
La fauchaison, la moisson se traduisent de la façon suivante : Languedoc : ressego, rassego — Gascogne : arressego — Bordelais : arsègo — Limousin: ressejo — Alpes : resseo.

Mistral cite aussi les mots : loubo, seio et seito. La préférence donnée à la forme resso est peut-être due au son du mot, étrangement onomatopéique. De même, le nom du scieur : ressaire, ressegaire, est plus répandu de nos jours que serraire, cité également par Mistral.
Les mots ressiho (Provence), ressilho (Alpes), rassilho (Languedoc), ressé, rassé (Limousin) et ressec (Gascogne) : Sciure de bois et résidus de céréales sont intéressants pour l’élargissement possible du sens donné à ressego, resseo. Les formes ressiho (prov.), ressilho (Alpes), rassilho (lang.) signifient : la sciure, ainsi que ressé, rassé (lim.) et ressec (gasc). Mais aussi, par extension, elles désignent la scierie, le lieu où l’on, scie, la recoupe. Comme ce mot s’est appliqué à des coupes de bois et aussi à des coupes de céréales, le même mot a désigné deux résidus distincts : celui des scieries et celui des aires de battage ; d’où les expressions : bren de ressé, sciure de bois ; pan de ressé, pain de son.
Prenant appui sur ces exemples, Yvonne David-Peyre affirme que les formes ressiho, ressilho, qui, par leur sens, admettraient comme étymologie possible un residuu- > residiu- > resiliu-, proviennent bien, et par leur sens et par leur évolution régulière, de resecare. En effet, personne n’a expliqué, si l’on retient l’étymologie proposée           de residiu- > resiliu- > resio > ressio, le son sourd du S. Les suffixes -iho, -ilho sont des diminutifs provençaux tels que nous les retrouvons de nos jours. Notons en passant que la forme la plus classique est celle qu’emploie Mistral (abiho, auceliho). Les formes ressiho, ressilho sont constituées de la même façon que serrín (en espagnol) ou farelo (en portugais), qui ont le même sens.
Il existe enfin une autre forme qui, de l’avis de Y.David-Peyre, peut fort bien avoir été influencée par le mot ressego, resseo. Il s’agit du mot rassiso, rasiso, attesté par Mistral dans son Grand Trésor du Félibrige et spécial à la région de l’Aude. Il désigne un terrain inculte et une friche. Un vers de A. Fourès cité à l’appui en illustre le sens : « Rasisos, plantiés, e tendres bladets ». Mistral fait dériver ce mot du participe passé recisu- de recidere, ôter en coupant. On emarquera que cette forme, assez savante, a pu, par interférence avec resseo, reseo, resso, se modifier orthographiquement ; d’autant plus que le verbe resecare latin est synonyme de recidere. Ce qui est à retenir surtout, c’est le sens qui conduit, par élargissement, vers celui qui semble avoir été, pendant longtemps, conservé par le mot ressio : terrain inculte, terre en friche.

    Yvonne David-Peyre en tire les conclusions suivantes : A côté des formes féminines de la basse latinité, qui indiquent, en France, un lieu où l’on effectue des coupes de bois, un espace sans végétation, au milieu de régions forestières (Alpes, Haut- Languedoc, région pyrénéenne), apparaissent, dans la zone de langue d’Oc, des formes masculines qui traduisent l’action de couper, déboiser, moissonner, et qui évoquent deux sortes de travaux ruraux : celui des scieurs de bois et celui des moissonneurs et des batteurs sur l’aire. Dans les deux cas, nous nous trouvons sur des emplacements sis en dehors de l’agglomération, aplanis, sans végétation et exposés au soleil ; ils peuvent être recouverts de résidus soit de bois scié, soit de paille battue et de balle de blé

    En considérant le sens du mot : lieu déboisé à l’orée de la forêt, en bordure du village, susceptible de servir d’aire à battre, de champ de foire, puis de promenade, l’hypothèse d’une interférence entre roça, terrain défriché et cultivé, et ressio n’est pas incompatible avec le sens de ce dernier mot. Si l’on considére que l’acte de déboiser, de débarrasser la terre d’une végétation encombrante autour des villages formés par les nouveaux exploitants dans le nord du Portugal, si riche en forêts, il est très bien possible de l’envisager comme le premier travail à effectuer avant le défrichement et la mise en culture. Dans ses conditions le sens de baldío qu’a parfois le mot ressio doit, ainsi que le pense M. Ricard, être assez tardif, donc postérieur à celui du « terrain non cultivé, qui est débarrassé de sa végétation spontanée », que M. Ricard considère à juste titre comme le stade intermédiaire entre le terrain broussailleux et la terre exploitée.

le rossio le plus célèbre du Portugal, celui de Lisbonne

le rossio le plus célèbre du Portugal, celui de Lisbonne

      Yvonne David-Peyre propose, pour expliquer les formes resio, rexio, ressio, ressa, une influence française de langue d’Oc, qui se serait étendue du nord de la Péninsule jusqu’aux provinces bordant la rive gauche du Tage. Cette influence expliquerait la disparition du -G- intervocalique, la forme ressa et l’emploi des deux orthographes -S- et –SS-. Si nous admettons l’étymologie de secare, il est normal de conserver, dans le verbe formé par l’adjonction du suffixe -re-, un son sourd à Ys de resio. Mais, l’étymologie une fois oubliée, il y a eu maintien de cette prononciation par redoublement du -S- devenu intervocalique. La forme ressega de la Beira, avec le sens de ressa, tendrait à prouver que cette région n’avait pas oublié l’origine lointaine du mot, refaisant une forme plus régulière avec -G- sur le modèle de segar ; à moins qu’elle ne coïncide simplement avec la forme resseg.

L’influence française au Portugal résultait :

  • De l’influence des troubadours qui connut au XIIIe siècle un renouveau extraordinaire
  • De la présence de combattants français dans lutte contre les Maures (La Reconquista) dont un illustre représentant était Henri de Bourgogne et sa cour établi à Guimarâes (de 1093 à 1112).
  • De l’immigration de peuplement favorisée par les dirigeants portugais avant le XIIIe siècle.

    Cette interprétation de resse comme « aire de sciage et de battage » peut peut-être expliquer les formes relevées en Suisse et citée par Jaccard telles que raissure et raisser : un règlement forestier de LL. EE. de 1700, dit : « Nous entendons que toutes personnes qui possèdent…des raisses se contentent de vaquer à leur raissure sans faire traffic d’aix, de feuilles et de liteaux… Ils pourront raisser premièrement ce qui leur sera nécessaire pour leur propre usage, etc. »

°°°

    A cette hypothèse défendue par Yvonne David-Peyre pour le Portugal on peut rattacher celle élaborée par Charles Kraege dans son  « lexique de toponymie alpine » selon laquelle toponymes Râche, Rêche, Râchi, Râchy ont pu désigner des endroits où les arbres ont été arrachés lors d’essartage au Moyen Age et proviennent du vieux français (es)rachier (début du XIIe siècle) issu du verbe latin classique (e)radicare, de radicem « racine » qui est devenu notre verbe actuel arracher.

     La distinction entre les toponymes relevant de cette explication et ceux résultant d’une déformation des resses ou raisses risquent d’être délicate dans le Valais car dans ce canton le groupe -ss- devient -ch- : ainsi  la Rache à Ajent, aux Raches, lieu-dit aux Agettes, Sion ; Rèche (ou Raiche), un hameau de Chandolin d’Anniviers ; Reschy ou Rèche, hameau de Chalais, D. Sierre, Ressi, en 1200 et 1250, Ressy en 1301.

Les racines latines seraient à l’origine des mots suivants :

  • Endroit où a eu lieu une coupe de bois rach, rachée (vieux français)
  • Déraciner, arracher racher, rachier (vieux français)
  • Racines raisse (Provençal)
  • Quartier de bois, mesure de pré qui variait en étendue suivant les localités rache, rase, rasse, resse
  • Teigne : rache (patois) pourrait désigner des prés de mauvaise qualité.
  • Cuscute (plante parasite) : rache
  • Pierre de surface de mauvaise qualité qui se détache par plaque : râche
  • Pré de forme rectangulaire dont le plus grand côté est perpendiculaire à la pente : racha (patois valaisan). A noter que cette explication s’oppose à l’hypothèse formulée selon laquelle ces près étroits et tout en ligueur auraient hérités de ce nom par leur ressemblance avec une lame de scie.
  • Souche de bois :           racheau (ancien français)

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quatrième explication : resse = talus, muret

    Certains linguistes ont émis l’hypothèse qu’en référence au sens de « diviser » que peut prendre aussi le latin resecare, Resse pourrait s’appliquer aux talus et aux murets qui séparent des près et des bandes ou terrasses cultivées.
   C’est ainsi qu’enn Suisse romande une raisse est « une terrasse de vigne soutenue par un mur ». L’hypothèse concernerait également des murets de pierres séparant les terrasses dans des vignobles implantés sur des pentes. C’est ainsi que le Clos des Raisses à Bex, le Chant des Resses à Yvorne, Les Racettes, vignoble à Founex dans le pays de Vaud pourraient relever de cette explication.
    L’appellation désignerait alors l’élément physique séparatif, talus, bandes boisées, bande rocheuse, murs
     Mais on peut envisager également une explication par le terme rasa ou rascia, mesure agraire pour les vignes, cité en 910-927 (chapitre de Cluny et cartulaire de Macon). 

    Cette étymologie et celle qui la précède pourrait convenir aux « bandes transversales situées en corniche ou en balcon entre des barres rocheuses qui en rendent l’accès difficile », en patois râssa, râchi, ray que l’on trouve aux Houches, à Megève, à Nendaz et à Saint-Gingolph et pour lesquelles Hubert Bessat/Claudette Germi dans « les mots de la montagne autour du Mont-Blanc » donnent pour origine *Rascia, « bande de terre » (: GPFP, 7739 ; FEW, 10, 79a).
   Gilbert Künzi dans « Lieux-dits entre Rhône et Dranse » décrit le toponyme Les Resses comme un pâturage en forte pente
    En Bresse, le mot rasse, corbeille est utilisé pour désigner certains talus et petits tas.
    Pour G. Taverdet, la Reyssouze, rivière de l’Ain affluent de la Saône serait une rivière bordée de talus (avec le suffixe latin –osa).

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Cinquième explication : resse = levée de terre

    Mais un autre sens de la racine celtique ratis vient jeter le trouble et donner une autre signification pour expliquer les resses des vignes vaudoises, il s’agit de rate/ratis, comme « forteresse» (vieil irlandais raith« motte de terre », cité par Delamarre). Ratis, à partir de son sens initial, de « talus, levée de terre » aurait abouti au sens de «fortin, forteresse ». On le retrouve ainsi dans l’ancien nom gaulois de Strasbourg : Argento-rate, la « citadelle d’argent » ou la « citadelle de la rivière Argento ».
    Et effectivement, dans les Alpes du Nord, resse a parfois le sens de talus, paroi séparative (chapitre 5) qui pourrait alors relever de cette étymologie.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Sixième explication : resse = scie issu du celtique ratis, « fougère »

« Herba Pteridis que les gaulois appellent Ratis… » (Marcellus de Bordeaux)

fougere male    D’autres linguistes explique le mot Resse par une origine celtique. Pour Jaccard, il serait ainsi issu de la racine celtique ratis, « fougère », (breton raden), avec un dérivé racia que l’on retrouve dans l’irlandais raith qui signifie ce qui est « denté, pectiné » ; la raisse ou scie serait donc appelée ainsi par comparaison avec les dentelures d’une fronde de fougère.
   Il nous semble néanmoins que cette explication conviendrait mieux au toponymes Raytelet, raiton, Rate, Ratenne, Râtes, Ratie, Rattes, Rattey, Rattiers, etc.. qui signifieraient alors « lieux où poussent les fougères ».

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Septième explication : resse = panier, auge puis mangeoire

     D’autres linguistes (FEW 10, 417b ) mettent en avant le terme *risca « récipient » et le mot roman riscia qui serait le même mot que le gaulois *rusca– ou rusco- écorce qui a donné le roman riscia nous retrouvons la même origine dans le vieux provençal rusca, écorce, et le catalan rusc, écorce de chêne liège, Chez les Gaulois, les abeilles étaient élevées dans des troncs d’abres évidés, c’est donc l’écorce restante qui a donné le nom de la ruche.
     C’est ainsi que Gérard Taverdet avance l’hypothèse que riscia serait d’origine grecque ou galate, une tribu celte passée en Asie Mineure qui aurait alors pénétrée en Gaule par les ports grecs de la côte méditerranéenne.
      Resse est également le nom donné dans la région de la Sarthe (Orne, mayenne) et en Wallonie à de très grands paniers creux, servant à contenir et à transporter des provisions (légumes et fruits), des marchandises, des habits ou même des veaux nouveaux-nés. Dépourvues d’anse, elles disposent de deux poignées opposées obtenues grâce à des échancrures ménagées sour le bord du panier. On les porte généralement à deux. A l’origine, elles étaient toujours réalisées en vannerie (osier ou rotin). Aujourd’hui, on en fabrique aussi en treillis de fil métallique galvanisé. Egalement avec variante rasse, panier servant à mesurer le charbon dans une forge.
     Le col de Resse qui se trouve sur un replat dominant d’un côté le chalet de la Resse et de l’autre le lac d’Arvouin, situé entre la Pointe-de-Vernaz et la Tête-de-l’Avalanche qui est en forme d’auge des lieux pourrait relever de cette hypothèse.

    Cette hypothèse élaborée par Taverdet pourrait également convenir aux lieux encaissés entre rochers cités par Hubert Bessat/Claudette Germi dans « Les mots de la montagne autour du Mont-Blanc » et Ellug, (Grenoble, 1991) qui donnent à la forme rèche, rèfe, resse le sens de crèche des vaches, « régionalisme assez courant pour désigner les anciennes crèches sans ratelier » et dont le sens métaphorique, dû à la forme en auge de la crèche, fait penser à un passage encaissé dans les rochers. C’est le cas par exemple du lieu-dit La Rèche aux Mojons, « la crèche des génissons ».

      Mais ce terme pourrait venir tout aussi bien d’un terme d’origine germanique. La crèche désigne à l’origine une auge, une mangeoire pour les animaux. C’est dans une mangeoire que Jésus a été placé, selon la tradition, à sa naissance. Ce terme est d’origine francique, dérivé d’un mot reconstitué sous la forme *krippia, apparu en 1150, qui a donné : Krippe en allemand, kribbe en néerlandais, krybbe en danois, crib en anglais.
Du sens de « mangeoire » pour animaux, le mot a évolué pour désigner l’endroit où Jésus fut placé dans l’étable et par extension le petit édifice représentant l’étable. Le mot crèche a remplacé l’ancien français presepe, du latin praesepe qui désignait à l’origine un parc à bestiaux, puis une étable et enfin la mangeoire de l’étable. L’italien presepio et l’espagnol pesebre perpétuent l’ancienne appellation.
     Il existe en patois un verbe resser (v.tr.) en rapport avec la mangeoire qui signifie « s’occuper des bêtes »; exemple : « Le père Louis est à l’hôpital, tous les jours je vais resser ses bêtes. »
      Les verbes qui signifient « mettre le bétail à la crèche », les appellatifs qui désignent la crèche et resser « s’occuper des bêtes » ont probablement la même étymologie issue du terme *risca, « récipient ».
     Aire dialectale : le mot ressié dans DO p.604 et TDF 2 p.774 désigne « celui qui nourrit le bétail d’autrui pour le fumier qu’il produit », le verbe ressir « soigner les bêtes » est attesté dans PL p.178 ; en domaine franco-provençal GPFP 7967 donne le verbe retsi « rentrer les vaches à l’écurie ». (Mots du Champsaur, Hautes-Alpes, Claudette Germi).

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Huitième explication : resse = gouttière issu du norois râs, chenal

Pour Bonnard, certaines resses seraient issues du norois râs, chenal, gouttière, breton raz (le raz de Sein) , ancien français rase, rigole qui aurait passé au sens de conduite d’eau alimentant la scierie, puis scierie et enfin scie.

     Les rascia, rescia et râche de Flandre qui correspondent à des zones marécageuses pourraient peut-être relever de cette racine mais d’autres font dépendre ces toponymes du latin rascia qui signifie eau stagnante.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Synthèse

    Huit hypothèses pour expliquer un nom de lieu, cela commence à faire beaucoup… Mais on notera que plusieurs de ces hypothèses font clairement référence à l’action de diviser et de couper le plus souvent par l’utilisation d’une scie ou à la localisation de cet outil. Les lieux qui répondent à ce cas de figure sont les lieux d’implantation d’une scierie en bordure d’un cours d’eau, les lieux où ont été pratiquées des coupes de bois ou des essartages, des lieux dont la configuration les rattachent de manière métaphorique à la scie (arêtes dentelées et près en longueur). Les deux racines linguistiques qui ont pu donner naissance aux toponymes qui qualifient ces lieux sont le verbe latin resecare qui signifiait « diviser, couper » et qui aurait évolué en  « scier » et dans une moindre mesure la racine celtique ratis qui signifiait « fougère », ce nom ayant été donné à la scie par la ressemblance de cet outil avec la feuille dentelée de cette plante. Certains autres lieux dont le nom découle du verbe latin resecare peuvent simplement signifier l’acte de division d’une parcelle plus importante sans qu’il y est eu abattage d’arbre ou usage de la scie. Nous proposons de rassembler tous ces toponymes où l’action de diviser et de couper est manifeste dans un premier groupe.

Premier groupe : origine latine ou celtique au sens de « couper, diviser, arracher » (verbe latin resecare et racine celtique ratis)

sous-groupe « lieux où la présence d’une scierie est attestée » ( (verbe latin resecare)

FRANCE

  • Reisse (la), hameau et moulin (Doussard, Pays de Faverges, Haute-Savoie).
  • Resses (les), prés longs et étroits sur les flancs de la Montagne d’Age à Poisy (Haute-Savoie)
  • Ressaz (le), ruisseau affluent du Lion (Pays de Gex, Ain).
  • Chalets de Resse, (chalet de), alpage, Resse (ruisseau de), sous-affluent de la Dranse, Resse (col de) 1781m, Resse (plan de) et Resse (Sous), lieux-dits (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie).
  • Reissière (la), lieu-dit de la commune de Mercury-Germigny ou était implanté une scierie.
  • Ressegue (La), ancien  nom attesté en 1559 et 1615  d’un moulin et de quelques parcelles dans la commune de Durfort (Tarn) avec les formes . Rassègne, Rassègue ou Rassigue en 1833.
  • Ressegue (la), ruisseau de la commune de Leynhac dans le Cantal

SUISSE

  • Rasse (la) : cours d’eau affluent de l´Eau Noire (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais)
  • Raisses (les), lieux-dits sur les communes de La Chaux-de-Fond, patrie de Le Corbusier et de Blaise Cendrars, et de Môtiers plusieurs lieux-dits dénommés Les Raisses : Gorges de la Poëta-Raisse (ou Pouetta Raisse)Forêt des Raissesroute des Raisses. Ces lieux-dits sont situés sur ou à proximité d’un ruisseau, le ruisseau du Breuil, qui prend ensuite le nom de Bied avant de se jeter dans l’Areuse. Le mot patois Poëta signifie « puant, mauvais, repoussant ».
  • Raissette (la), petit cours d´eau affluent de la Suze (Cormoret, district de Courtelary, Jura bernois).
  • Rèche (la), alpage, et torrent affluent du Rhône (Vallon de Réchy, Nax, district d´Hérens, et Chalais et Grône, district de Sierre, Valais).
  • Rèche (la), au sud de Chandolin dans le val d’Anniviers, lieu-dit près duquel se trouvait anciennement une scierie
  • Réchérik (La Zau de la), « la forêt de la scierie » cité par Jules Guex dans La montagne et ses noms.

Dans le Valais, le groupe -ss- devient -ch- : ainsi  la Rache à Ajent, aux Raches, lieu-dit aux Agettes, Sion ; Rèche (ou Raiche), un hameau de Chandolin d’Anniviers ; Reschy ou Rèche, hameau de Chalais, D. Sierre, Ressi, en 1200 et 1250, Ressy en 1301.

  • Torneresse (la) : « qui fait tourner la resse », un affluent de la Sarine non loin de l’Etivaz. (canton de Vaud)
  • Torneresses (les) : idem, hameau voisin du village de Frenières, près de Bex (canton de Vaud)

Et, pour les crêtes de montagne rappelant les dents d’une scie :

  • Reffa (Rochers de la) sur la montagne du Bel Oiseau à Finhaut dans le Valais.
  • Ressacha (Pointe de), sommité qui s’élève entre la région de Criou et celle de Salvadon. IGN l’orthographie Ressassat. Il semble bien que ces arêtes dentelées aient pour origine le patois ressa, scie, par extension objet dentelé, et la base préindo-européenne calm-, cal, pierre, rocher, haut plateau dénudé. (Gilbert Künzi, Lieux-dits entre Rhône et Dranse).

Sous-groupe « lieux d’essartage ou de battage » (verbe latin resecare > vieux français es/raschier)

FRANCE

  • Les Mauvaises Râches, pâturage (pointe de Ressachaux, Morzine, Chablais)
  • Les Rèches, maison isolée en clairière (Landry, Tarentaise, Savoie)
  • Le Rachet, pâturage déclive (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) avec le suffixe -et.
  • Mont Rachais, sommet, 2.248 m (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie) avec le suffixe collectif –ais.
  • Le Rachais, forêt déclive (Vacheresse, Val d’Abondance, Haute-Savoie) avec le suffixe collectif –ais.
  • Le Rachat, maison isolée (Praz sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) avec le suffixe collectif patois –at
  • Rechat, maisons isolées (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) avec le suffixe collectif patois –at
  • Les Rachasses, pâturage déclive, nom monté au Col des Rachasses, 3.037 m (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) avec le suffixe –asse.
  • Pointe de la Rechasse, 3.212 m, Plateau de la Rechasse, lieu-dit en montagne (Termignon, Haute-Maurrienne, Savoie (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) et Glacier de la Rechasse (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) avec le suffixe –asse.

SUISSE et VAL D’AOSTE (ITALIE)

  • Rache, alpage (Nus, vallée d’Aoste)
  • Les Raches, habitat dispersé (Nendaz, district de Conthey, Valais)
  • Raji, forêt à l’est de Mâches (Hérémence) qui serait un ancien essert (Kraege).
  • La Rêche, quartier (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg)
  • Rêches, vigne (la Neuveville, Jura bernois)
  • Le Rachy, Rachier en 1531, Dessus le Rachy en 1688, Ratchies à la fin du XVIIIe siècle, aussi Rachi en 1906, maisons isolées (Vers l’Eglise, Ormont-Dessus, district d’Aigne, Vaud) avec le suffixe collectif –y.
  • Réchy, hameau (Chalais, district de sierre, Valais), Mayens de Réchy, alpage dans le Val de Réchy (Grône, district de Sierre, Valais) avec le suffixe collectif –y.
  • Les Rechasses, sommet, 2.522 m (Saint-Martin, district d’Hérens, Valais) avec le suffixe –asse.
  • La Réchesse, maison isolée (Epiquerez, district des Franches-Montagnes, Jura) avec le suffixe –asse.
  • Réchésat, forêt (Boncourt, district de Porrentruy, Jura) avec le suffixe diminutif jurassien –at.
  • Rachau, alpage en clairière (Roisan, vallée d’Aoste) avec l’ancien français racheau, « souche de bois »
  • Sex Ratsé, lieu-dit (Château-d’Oex, Pays-d’Enhaut, Vaud) avec peut-être un participe passé.
  • Rachigny, hameau de Corcelles-le-Jorat (District d’Oron, Vaud), Raschignier en 1340, Rasthignye vers 1830.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Second groupe : origine celtique au sens de « levée de terre »
     Les resses en montagne qui correspondent à des lieux dont l’origine serait liée à la racine celtique ratis « levées de terre » sont relativement peu nombreuses (vignes vaudoises) et leur origine peut très bien s’expliquer par leur ressemblance à des lames de scie étroites et longues, ce qui les ferait classer dans le groupe précédent. 

Suisse

  • Resses « le sentier veveysan des », sentier courant dans le vignoble de Vévey sur une rupture de pente entre deux parchets de vignes.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Troisième groupe : origine celtique ou germanique au sens de « panier », berceau »
    Si un lieu qualifié de resse ou raisse ne se situe pas en bordure de cours d’eau, n’est pas constitué de bandes de terrains longues et étroites et est constitué de terrains « en creux » s’apparentant à des paniers, des berceaux ou des mangeoires, on peut considérer que son nom a été formé à partir du celtique *risca « récipient » au moment de la présence celtique dans les Alpes qui a précédée l’invasion romaine ou du germanique *krippia « mangeoire » qui daterait alors de la présence burgonde ou de la période qui l’a suivie.

Ces noms de lieux sont assez peu nombreux dans les Alpes

  • la Reyssouze, rivière de l’Ain affluent de la Saône serait une rivière bordée de talus avec le suffixe latin –osa. (selon G. Taverdet).
  • Le col de Resse qui se trouve sur un replat dominant d’un côté le chalet de la Resse et de l’autre le lac d’Arvouin, situé entre la Pointe-de-Vernaz et la Tête-de-l’Avalanche qui est en forme d’auge des lieux pourrait relever de cette hypothèse.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quatrième groupe : origine germanique au sens de « chenal », « gouttière »
   Il est vrai que certains moulins ou certaine scieries éloignées de leur cours d’eau nécessitaient l’aménagement d’un chenal pour amener l’eau de celui-ci et que l’appellation possible en ancien français rase, issu du norois râs, chenal, gouttière ou du breton raz, aurait pu effectivement aboutir au patois fesse, mais le plus souvent, en zone de montagne, les scieries étaient placées en bordure même des cours d’eau et parfois même au-dessus de ceux-ci, ce qui n’empêchait pas, malgrés l’absence de chenal, leur qualification de resse. Il ne nous semble pas que dans le domaine franco-provençal, cette explication soit pertinente.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––