meraviglia : Northern Lights

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Northern Lights : Aurores boréales

Tom Thomson - Northern Lights - Printemps 1917..png

Tom Thomson – Northern Lights, Printemps 1917

TomThomson (1877-1917)        « Do you see the northern lights? Yes Tom, I said, they’re very brilliant tonight. And he wound his hands, and out he’d go, and stand. And I kept on a roaring good fire, and Tom’d come in, warm his hands again, five below zero, and out he’d go. And just gaze at them. Finally about eleven thirty it would be, he said, I believe I can put that on canvas. Now, that « Northern Lights » was painted partly by lamp light, and walking out and lookin’ at it. How he did it, no one knows but Tom Thomson. »                      Mark Robinson, 1952 – Interview

 

Tom Thomson - Northern Lights - Eté 1915

Tom Thomson – Northern Lights, été 1917

Tom Thomson - Northern Lights, Printemps 1916

Tom Thomson – Northern Lights, Printemps 1916

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

J. E. H. MacDonaldD - The lake O'Hara

J. E. H. MacDonald (1873-1932) – The lake O’Hara

« J’ai atteint le sublime lac O’Hara au moment même où il était comme assoupi sous un arc-en-ciel, dominé par les pentes du Mont Lefroy et les cascades de Oesa et là j’ai alors pu ressentir un peu de la béatitude des mortels »   –   JEH MacDonald, A Glimpse of the West, 1924.

°°°

J. E. H. MacDonald (1873-1932)    Né en Angleterre, J.E.H. MacDonald (James Edward Hervey MacDonald) émigre au Canada en 1887, à l’âge de 14 ans, avec sa mère anglaise et son père canadien. La famille s’installe à Hamilton, en Ontario. Il amorce cette même année sa première formation en tant qu’artiste à l’École d’art de Hamilton. Sous l’influence du peintre Lawren Harris, il choisit en 1911 de devenir peintre professionnel. Le peintre A. Y. Jackson rejoindra les deux amis à Toronto pour former un groupe qui développera une approche postimpressionniste de la peinture influencée par les peintres paysagistes de l’Europe du Nord et par le style de Van Gogh. En 1920, cette démarche aboutira à la création du Groupe des Sept qui s’attachera à reproduire dans un style postmoderniste les paysages canadiens. Leurs tableaux aux couleurs vives, aux formes simples et dynamiques, vont transfigurer les paysages canadiens et les revêtir d’une force spirituelle et transcendante.
    Le lac O’Hara est l’un des joyaux du Parc national Yoho dans la province de la Colombie britannique. Il se situe à une altitude 2.115 m et est dominé par le Mont Lefroy (3.423 M). J.E.H. MacDonald l’a découvert en 1924 alors qu’il était à la recherche de nouveaux décors et qu’il éprouvait un besoin de solitude et d’un changement de son rythme de vie. Il a trouvé tout cela au lac O’Hara qu’il a représenté dans un style tumultueux et vivement coloré dans plusieurs de ses tableaux.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––