In limbo


Dans les limbes, Un film de Antoine Viviani

Capture d’écran 2018-04-21 à 04.00.28.png

    Comment filmer Internet ? Comment filmer quelque chose d’aussi abstrait qu’Internet ? J’ai voulu avant tout trouver un langage et une forme propre au film. C’est extrêmement important dans mon travail. Alors j’ai dû inventer une forme pour filmer Internet. Je voulais faire de ce film une immersion dans un rêve ou un cauchemar du réseau. Les gens que l’on y rencontre sont représentés comme des fantômes, des spectres numériques.                                   Antoine Viviani

Le film

     La voix d’un esprit mystérieux, interprétée par Nancy Huston, se réveille dans les méandres des centres de données de notre réseau mondial. C’est comme s’il ne restait plus sur terre que cette immense machine, sans cesse en train d’enregistrer nos souvenirs. En plongeant dans sa mémoire, elle nous emmène à la rencontre de personnages fantomatiques tels que les pères fondateurs d’Internet, les dirigeants de Google ou encore des archivistes numériques et observe le monde de nos souvenirs, fascinée. Que sommes­-nous en train de construire avec ce monde de mémoire numérique ? S’agît-­il d’une nouvelle cathédrale, fondement d’une nouvelle civilisation, ou bien du plus grand cimetière de notre histoire ? Dans les limbes est un conte philosophique qui parcourt Internet comme s’il s’agissait de notre au­-delà…
     C’est en 2015 qu’Antoine Viviani a produit et réalise Dans les Limbes (titre anglais: In Limbo) un essai documentaire qui nous fait voyager dans les limbes de l’Internet, comme si le réseau mondial était en train de rêver de lui-même. Déjà projeté à plusieurs reprises de par le monde dont au CPH : Dox de Copenhague (nov. 2015) où il faisait partie de la compétition internationale, Dans les limbes est l’aboutissement cinématographique de l’expérience In Limbo interactive, disponible sur le site d’ARTE. On y croise une voix incarnée par Nancy Huston, des data centers à la fois beaux et inhumains et des ingénieurs (notamment Gordon Bell et Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google…) qui sont aussi les acteurs de premier plan de la « révolution numérique ». Pour galvaudée qu’elle soit, l’expression trouve ici une certaine justesse dans la proposition esthétique d’Antoine Viviani, qui s’aventure dans une narration emprunte de poésie visuelle et d’échappées sonores.

sources : présentation officielle et Le blog documentaire


Bande-annonce du film


Antoine Viviani.jpg

     Antoine Viviani est un jeune réalisateur primé. Diplômé de Sciences Po Paris en 2007, il a d’abord produit des documentaires en collaboration avec Vincent Moon (Arcade  Fire  et  R.E.M). Il a également travaillé en compagnie de l’artiste contemporain Pierre Huyghe. En 2009, il fonde une compagnie de production, Providences. En 2011, il produit et réalise In Situ, un long métrage documentaire à propos de l’implication artistique dans le milieu urbain en Europe. Ce film a reçu le prix du Best Digital Documentary au Festival IDFA à Amsterdam en 2011 ainsi que le prix du Meilleur Film au London Doc. Fest en 2012. Il développe actuellement des longs métrages pour les projets cinéma et immersifs.


articles liés


pêcheur bredouille et dépité…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Je reviens sur un poème que j’avais composé il y a quelques années sur le thème de l’ordinateur et d’internet.

Internet

l’écran de l’ordinateur ?
Un trou creusé dans la glace
de l’océan gelé des relations humaines.
Dans ce trou,
je pêche l’océan tout entier.
parfois je rentre bredouille,
parfois je suis comblé.
M’étant endormi un jour
je suis tombé dedans.
L’océan ne m’a pas recraché.

Enki, Douarnenez, 15 août 2011

°°°

serious moonlight    Une fidèle lectrice, que je ne connais que par son gravatar mystérieux de « seriousmoonlight » qui est déjà par sa formulation tout un programme, de culture apparemment anglo-saxonne, fidèle parce qu’elle est abonnée à mon blog et n’hésite pas à intervenir souvent pour commenter mes articles m’a envoyé en réponse en anglais, ce beau poème. Je précise que la traduction en français a été réalisée par moi et n’est sans doute pas totalement fidèle à l’original.

A computer screen ?                                       Un écran d’ordinateur ?
Bottomless pit                                                   rien qu’un abîme sans fond
Hewn from the ice                                          découpé dans la glace
That froze over our relationship.                où gèlent les relations humaines.         
Delving deeply into the dark                        Plongeant profondément dans l’obscurité
Nettiing your pêche miraculeuse,               leurs filets pour une pêche miraculeuse
You fondled it in your head and heart.      qu’espèrent votre âme et votre cœur.

Hook, line and sinker                                    Hameçon, ligne et plomb
you offered up your very soul                     vous livrez intensément votre âme
to the enchanting depths                              aux profondeurs enchantées
where mermaids murmur                            où murmurent les sirènes
Retaining for the rest                                     laissant pour le reste
the dregs and crumbs of your desires.       la lie et les miettes de vos désirs.

Sleepwalking thus through Life                   Traversant la vie tel un somnanbule
You carved your perfect world                     vous sculptez votre monde parfait
Wherein no small fry could ever                 dans lequel aucun menu fretin
rock the boat.                                                    ne viendra faire tanguer votre esquif.

 seriousmoonlight, 24 February 2015

°°°

     Merci à seriousmoonlight de ce poème percutant sur les dangers qui guettent les utilisateurs du Net et qui fait réfléchir. Je faisais déjà référence à ces dangers dans mon poème. Peut-être connait-elle quelqu’un qui est dans ce cas…

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––