Flûte alors !


Nocturne

    Ce court et émouvant solo de flûte est inclus dans le deuxième mouvement de la suite orchestrale de la Fête de Belshazzar créé par le compositeur finlandais Jean Sibelius. Cette pièce a été composée en 1906 à partir d’une pièce du même nom écrite par le dramaturge Hialmar Fredrik Eugen Procopé mais n’a que peu de rapport avec le texte. L’interprète est le flûtiste et chef d’orchestre français de renommée internationale Patrick Gallois.

 Johan Christian Clausen Dahl - Nuage et paysage au clair de lune, 1822.jpg
Capture d’écran 2017-10-09 à 15.50.11.png
Johan Christian Clausen Dahl – paysages nocturnes avec nuages

 


 

Sibelius – Symphonie n°7 – Karajan


Si vous aimez la musique nordique et les aurores boréales et disposez de 22 mn…
Si vous ne disposez pas de tout ce temps (c’est dommage, attention à l’infarctus…) le poème symphonique qui suit (en bas de page) est plus court

Une co-production de Sibelius et du whisky (selon l’aveu même du compositeur)
Sans doute pour mieux résister au grand froid nordique…


Un compositeur taillé dans le granit

Capture d’écran 2017-10-04 à 14.26.32.png


En plus court et avec des vues magnifiques de la nature finlandaise : Finlandia

Pour en savoir plus le poème symphonique Finlandia, c’est  ICI


 

Taillé dans le granit

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jean Sibelius (1865-1957), compositeur finlandais de musique classique

Sibelius1Capture d’écran 2016-08-18 à 12.52.10sibelius1_sq-74f97c480235a8bdfda5baf18e60a5a29b1109e7-s500-c85

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jean Sibelius – Finlandia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Une déclaration d’amour à la Finlande et à sa nature – Prises de vues magnifiques

       Finlandia, opus 26 est un poème symphonique du compositeur finlandais Jean Sibelius. la première version avait été composée en 1899 à l’occasion d’une manifestation de défense de la presse finnoise contre la censure mise en place par l’Empire russe auquel le pays était alors intégré après avoir été séparé de la Suède. Elle constituait la dernière pièce d’un ensemble de sept pièces jouées en accompagnement d’un tableau représentant un épisode de l’histoire finlandaise.. À l’époque, pour contourner la censure russe, les finlandais avaient pris l’habitude de remplacer dans leurs productions artistiques le nom de leur pays par des appellations métaphoriques; c’est ainsi que l’éveil du printemps représentait le mouvement pour l’indépendance de la FinlandeUne première partie, un Andante sostenuto menaçant et solennel représente une Finlande dans les ténèbres et sous le joug russe, une seconde partie Allegro, dramatique et éclatante, marque l’éveil du pays à la liberté et s’adoucit vers la fin pour préparer la venue de l’hymne « Finlandia » empreint de solennité et de sérénité. Sibelius rappelle un hymne patriotique de 1882 « Éveille-toi, Finlande ».
      Sibelius remania cette hymne par la suite pour en faire une œuvre autonome. Plusieurs versions pour chœur d’hommes seul, puis chœur mixte, se succéderont, à l’initiative de frères en maçonnerie de Sibelius, qui souhaitaient que Finlandia devienne l’hymne officiel du pays. Ce ne sera jamais le cas. La dernière version, de 1940, intègre le beau poème de Veikko Antero Koskenniemi (1885-1962) (voir ci-après). Cet hymne est devenu depuis l’une des chansons folkloriques le plus importantes de Finlande. Avec des paroles différentes, il est également de venu un hymne chrétien (Be Still, My Soul) et a été un court moment l’hymne national de l’Etat africain éphémère du Biafra (Land of the Rising Sun). Il a été depuis repris par de nombreux groupes et chanteurs dont Joan Baez.
°°°
Veikko Antero Koskenniemi - Finlandia
Poème Finlandia de Veikko Antero Koskenniemi
 
    La vidéo a été créée en 2011 par Wild Scandinavia / Wildes Skandinavien avec Oliver Goetzl comme réalisateur/scénariste. Les remarquables prises de vues de la nature finlandaise, de sa faune et de sa flore ont été réalisées par Ivo Nörenberg, Jan Henriksson et Rolf Steinmann et ont nécessité plus de 650 jours de tournage.
Production : Gulo Film Productions
°°°
Hymne Finlandia de Sibelius, paroles de Veikko Antero Koskenniemi

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le sublime « Be Still, My Soul » interprété par le chanteur gallois Aled Jones en 2008

Be still, my soul : the Lord is on your side.
Bear patiently the cross of grief and pain;
leave to your God to order and provide;
in every change God faithful will remain.
Be still, my soul : your best, your heavenly friend
through thorny ways leads to a joyful end.

Be still, my soul ; your God will undertake
To guide the future as he has the past.
Your hope, your confidence let nothing shake;
All now mysterious shall be bright at last.
Be still, my soul ; the waves and wind still know 
His voice who ruled them while he dwelt below.

Be still, my soul ; though dearest friends depart
And all is darkened in the vale of tears;
Then you will better know his love, his heart,
Who comes to soothe your sorrows and your fears.
Be still, my soul ; your Jesus can repay
From his own fullness all he takes away.

Be still, my soul ; the hour is hastening on
When we shall be forever with the Lord,
When disappointment, grief, and fear are gone,
Sorrow forgot, love’s purest joys restored.
Be still, my soul ; when change and tears are past,
All safe and blessed we shall meet at last.

Lutheran Worship – Auteur : Jean Sibelius
texte original de Catharina von Schlegel, 1752
Cette version n’est pas identique à celle chantée par Aled Jones
(je n’ai pas retrouvée sur le Net cette version chantée)

°°°

La mélodie est si belle que pour peu, on se convertirait…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Eric Liddell en 1924     Be Still, My Soul était l’hymne religieux préféré d’Éric Liddel (1902-1945), surnommé l’Écossais volant, un athlète de haut niveau, croyant fervent (fils de missionnaires né en Chine, il deviendra pasteur et exercera plus tard dans ce pays). Il est célèbre pour avoir refusé, lors des Jeux Olympiques d’été de 1924 à Paris, de disputer la course du 100 m pour laquelle il était favori parce que la finale devait se disputer un dimanche.  Il s’était alors entraîné pendant plusieurs mois pour disputer les 200 m et 400 m et a finalement obtenu une médaille d’or au 400 m et une médaille de bronze au 200 m. Il a été immortalisé dans le film Les Chariots de feu. (crédit Wikipedia)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––