le projet de directive sur le droit d’auteur de la communauté européenne


j © ontario400Pointca.jpg

Jeter le bébé avec l’eau du bain…

     En septembre 2016, la commission européenne a présenté une proposition de « directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique ». Partant d’un bon sentiment, les promoteurs de cette directive déclarent vouloir protéger les auteurs contre les piratages de leurs œuvres et bloquer les contenus violents, racistes et pornographiques. Pour atteindre cet objectif, la loi qui serait issue de l’application de cette directive obligerait les « plateformes en ligne » à renforcer leur rôle de police privée afin de filtrer de manière automatique l’ensemble des contenus téléversés en ligne par l’intermédiaire d’outils capable d’identifier et de bloquer les textes, images, chansons et autres œuvres audiovisuelles avant qu’elles ne soient délivrées à l’internaute.

      Cette directive mettrait à bas l’actuelle directive 2000/31/CE sur le commerce électronique, dont les articles 12 à 15 ont permis jusqu’à aujourd’hui de dégager les obstacles juridiques qui pouvaient se dresser au développement des services en ligne, grâce à un régime de responsabilité dérogatoire. En effet, les plateformes intermédiaires font aujourd’hui office de « simple transport » de données et sont censées ne pas intervenir dans la sélection ou la création du contenu hébergé, bénéficiant ainsi d’un régime d’immunité pour l’utilisation faite de leurs services par leurs clients. Cette « immunité » étant relative et donc ambiguë dans la mesure où les hébergeurs doivent intervenir « promptement » pour retirer ou empêcher l’accès à un contenu illicite signalé et mettre en place dans certaines circonstances des « mesures préventives » pour empêcher des violations de droits et les excès.

    Deux systèmes s’opposent : le système « notice and take down » qui conditionne le retrait d’un contenu à la suite d’une notification, ce qui permettrait aux petits utilisateurs du NET qui s’en servent dans un but non lucratif et en particulier la plupart des blogs d’échapper aux contraintes de la directive et le système « notice and stay down » qui imposerait le filtrage préalable systématique et automatique des contenus. Il est évident que dans ce dernier cas, ces blogs et le présent blog en premier lieu ne pourraient plus mettre en ligne des images, des chansons et même des textes qui auraient été préalablement désignés comme étant à protéger… Ce serait par exemple le cas d’une représentation d’un tableau ou de n’importe quelle illustration dont les droits sont détenus par un musée ou un propriétaire privé. On assisterait alors à un appauvrissement de la blogosphère et à un changement de paradigme pour le NET qui deviendrait moins convivial, moins documenté et beaucoup plus normé.

      Ce serait dommage… et dommageable.

 


 

Marges

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

la-famille-simpson-au-jardin

la famille Simpson au jardin

marge : nom possédant plusieurs significations. En dehors du surnom Marge donnée à Marjorie Simpson née Bouvier et épouse de l’inénarrable Homer Simpson de la série télévisée d’animation déjantée Les Simpson que j’adore et qui, on va le voir, n’est pas si éloignée par son esprit du propos que je vais développer, deux de ces significations m’intéressent : 

  • en gestion de projet, la marge représente la possibilité de retarder une tâche sans retarder le projet. Objectif souvent recherché mais rarement atteint qui résume l’histoire de ma vie…
  • En géographie, la marge est un type d’espace qui se démarque plutôt par défaut du système territorial auquel elle appartient. C’est un lieu ou un espace de liberté qui se situe en dehors de la normalité et du conventionnel.

img_0863

        En promenant ma chienne Gracie à travers les champs qui subsistent encore autour de chez moi en bordure des zones pavillonnaires (Pour combien de temps ?), je passe souvent à proximité d’un potager comme je les aime : clôture dépareillée faite de bric et de broc où les potelets de bois sont coiffés de boîtes de conserves rouillées, serres improvisées bancales au parois faites de feuilles de plastique rafistolées, appenti de bois bâti de guingois avec des matériaux de récupération, vieux fûts métalliques et bidons plastiques entassés au petit bonheur la chance. Tout cet univers semble avoir la phobie des lignes droites, verticales et horizontales et le culte de l’oblique. Autour de ces installations, une végétation luxuriante semble avoir pris le pli de cet exercice de liberté débridée qu’elle contemplait autour d’elle : arbres fruitiers, groupes de petits arbustes à baies, colonnes et pyramides de légumineuses,  rangées de poireaux, de salades et massifs de fleurs ornementales se succèdent dans un désordre apparent. Bref, un espace de liberté absolue totalement affranchi des canons de l’ordonnancement et de la beauté formatée et de la distinction entre le « propre » et le « sale ». Certes, ce lieu « jure » avec l’alignement des maisons aux jardins savamment organisés et bien entretenus de la route voisine mais c’est justement ce contraste que je trouve intéressant. Quelqu’un a décidé que lorsqu’il pénétrerait dans ce lieu, il déposerait à son entrée discipline, préjugés, conformisme et contraintes sociales et permettrait à sa personnalité profonde de s’exprimer en toute liberté. Je n’ai jusqu’à ce jour encore jamais vu le jardinier de  lieu improbable, je me plais à imaginer que c’est un misanthrope bourru au visage envahi par une barbe envahissante et indisciplinée à l’image des plantes de son jardin à moins que ce soit un gnome mélancolique et irascible venu de la forêt voisine mais peut-être est-il simplement l’un des habitants de ces maisons voisines proprettes dont le jardin est si bien tenu…

      Ces lieux « en marge » dans nos paysages et dans nos villes comme l’étaient les jardins ouvriers sont de plus en plus rares, ils disparaissent  peu à peu sous la pression du désir de rentabilisation de l’espace et du conformisme social. Les lieux singuliers rentrent ainsi « dans le rang » pour se tenir « au garde-à-vous » dans le paysage. L’année dernière, une des dernières allées rurales conduisant au lac, d’autant plus précieuse qu’elle était peut-être la dernière sur les rives du lac, a été calibrée et bordée on ne sait trop pourquoi de bordurettes de bois traité et sa partie terminale qui rejoignait le lac, aménagée par une allée de bois décollée du sol formant ponton… Cet aménagement qui a coûté une fortune ne sert strictement à rien sinon peut-être à avoir satisfait l’égo d’aménageurs qui auront pu imprimer leur volonté et leur marque à une Nature qu’ils jugeaient sans doute insuffisamment artialisée* et trop « naturelle ». Désormais, lorsqu’on emprunte cette voie, on ne perçoit plus l’image d’un vestige de ruralité (qui n’était aucunement artificiel car l’allée était empruntée par les troupeaux du centre d’élevage tout proche) mais d’une opération de « valorisation de l’environnement naturel et de qualification urbanistique pour l’accès au plus grand nombre dans un but ludique ».

La messe est dite…

Amen !

     L’ironie de l’histoire est qu’après avoir détruit ces authentiques lieux marginaux, certains bons esprits veulent les reconstituer de manière artificielle comme un « décor ». C’est ainsi qu’en Suisse, à Lausanne, au milieu d’un parc de style anglais méticuleusement entretenu, on a reconstitué un potager sauvage et désordonné avec des aménagements faits de bric et de broc. On imagine la torture infligée aux jardiniers patentés qui ont du se faire violence pour agir contre leurs principes d’organisation et de rangement et leur culte d’une apparence lissée et transparente…

img_6208

Ma chienne Gracie toute décontenancée sur le ponton terminal de notre ancienne allée rurale

 * artialisation :  L’artialisation (Néologisme issu des écrits de Montaigne) est un concept philosophique, désignant l’intervention de l’art dans la transformation de la nature. Le philosophe Alain Roger a clairement défini, expliqué et illustré cette nouvelle notion philosophique dans son ouvrage intitulé, Le court Traité du paysage (1997). (crédit Wikiversité)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« Qui sommes nous ? » ou bien « Que sommes nous ? »

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Déterminisme et liberté

theodicy-ot

    William Blake – Job réprimandé par ses amis

antonio-r-damasio-lerreur-de-descartes

     « La façon dont j’envisage les êtres humains peut être décrite ainsi : il s’agit d’organismes se trouvant à la naissance dotés de mécanismes automatiques de survie, et qui acquièrent par l’éducation et la culture un ensemble de stratégies supplémentaires, désirables et socialement acceptables, leur permettant de prendre des décisions. Ces stratégies, à leur tour, augmentent leurs chances de survie, améliorent remarquablement la qualité de celle-ci, et fournissent la base de la construction de la personne. Après la naissance, le cerveau humain aborde le développement post-natal doté de pulsions et d’instincts qui ne comprennent pas seulement les circuits physiologiques de régulation du métabolisme, mais en outre, les mécanismes fondamentaux permettant de prendre en compte le comportement social et l’acquisition de connaissances sociales. À la sortie de l’enfance, il se retrouve pourvu de nouvelles séries de stratégies de survie, dont la base neurophysiologique est étroitement mêlée à celle du répertoire des réponses instinctives, et non seulement modifie sa mise en œuvre, mais lui donne de nouveaux rôles. Les mécanismes neuraux sous-tendant le répertoire des réponses qui relèvent d’un niveau plus élevé que celui des instincts, ont peut-être une organisation semblable à ceux qui gouvernent les pulsions biologiques, et sont sans doute dépendants d’eux. Cependant, la société doit intervenir pour leur imprimer leur orientation finale, et ils sont donc façonnés autant par la culture que par la neurobiologie. En outre, à partir de cette double détermination, les stratégies de survie relevant d’un niveau plus élevé que celui des instincts conduisent à quelque chose caractérisant probablement en propre les êtres humains : un point de vue moral qui, à l’occasion, peut transcender les intérêts du groupe social immédiat auquel appartient un individu, et même ceux de l’espèce. »

Antonio R. Damasio, L’Erreur de Descartes – édit. Odile Jacob, p.176.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Bon… Si l’on essaye de résumer de manière simple, en relation avec les définitions de la théorie psychanalytique de Freud  :

  • Nous sommes, à la base, des organismes vivants dotés de mécanismes automatiques de survie par le biais de l‘instinct et des pulsions (cerveau reptilien). Ces mécanismes relèvent de l’inconscient et correspondent au Ça de la théorie psychanalytique de Freud.
  • L’homme est un animal social et car il a (eu) besoin de vivre en société pour survivre.  Cette vie en société pour être viable impose, par l’intermédiaire de l’éducation et de la culture, des règles communes qui pour être appliquées par tous doivent faire l’objet au mieux d’un consensus (désir), au pire d’une contrainte. Ces règles que la société impose et auxquelles on a donné de manière générale l’appellation de Culture correspondent au Surmoi de la  théorie psychanalytique de Freud. 
  • La personnalité de chaque individu va résulter du contrôle des pulsions produites par le Ça par les impositions nouvelles induites par le Surmoi. Elle correspond au Moi de la  théorie psychanalytique de Freud.
  • Se pose alors le problème de la liberté de l’individu. Si son comportement doit résulter du jeu complexe d’impositions diverses : pulsions biologiques et comportement sociaux imposés par la culture, le risque est grand que l’homme ne soit finalement que le jouet de forces qui le dépassent et le manipulent et que son libre arbitre se réduise à néant. L’auteur termine néanmoins son exposé par une note optimiste et que j’interprète ainsi : L’individu a la faculté de s’opposer au groupe humain qui veut l’annihiler par le conditionnement et l’uniformisation en promouvant des valeurs morales supérieures qu’il place au-dessus des intérêts du groupe et peut-être même de sa propre personne. J’en déduis donc que c’est  par la révolte que l’individu fonde et vit sa liberté. Cela nous ramène à Camus. On m’objectera que ces valeurs morales supérieures peuvent, elles aussi, être produites par des impositions tout aussi relatives et contestables que celles produites par la société (religions, idéologies, névroses, etc…) et que dans ce cas elles ne relèvent aucunement de la liberté de l’individu et seul, l’acte gratuit, celui de Gide, constituerait un acte vraiment libre…  — Oh, là, là ! Pourriez-vous SVP avoir de temps en temps, ne serait-ce qu’une fois, l’esprit un peu constructif ?

les-caves-de-vatican-de-gide-lacte-gratuit-de-lafcadio-par-jean-emile-laboureur

Les Caves du Vatican de Gide – L’acte gratuit de Lafcadio par Jean-Émile Laboureur

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le second topique

       Le second topique est l’un des éléments fondamentaux de la théorie psychanalytique de Freud. Le Ça est la partie la plus chaotique de l’appareil psychique non soumis à la réalité externe où les pulsions sont prédominantes. Le Moi constitue une partie du Ça mais est organisé pour répondre aux stimuli de la réalité externe, il est le siège de la personnalité et sa fonction est de tenter de concilier les pulsions originaires du Ça (principe de plaisir) et les interdits imposés par le Surmoi (principe de réalité). Quant au Surmoi, il représente le liant social qui impose les contraintes de la vie en société par le contrôle des pulsions (interdiction de l’inceste, respect des lois et des normes sociales). Le concept a évolué depuis Freud.

le-second-topique-credit-wikipedia

Le second Topique (crédit Wikipedia)
Où l’on constate que la masse des pensées et actions humaines reconnue par la conscience ne représente qu’une faible partie de l’iceberg de nos pensées et de nos actes…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Deux clichés un peu « clichés » mais ne boudons pas notre plaisir…

Elena-Shumilova-photographe-06

Elena Shumilova, photographe

Elena Shumilova.jpeg

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Sur le sable, j’écris ton nom : Liberté…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Femme ôtant sa burkha - photographie Jack Shahine de Kobane

     Une femme laisse éclater sa joie après avoir quitté le territoire contrôlé par les barbares de Daesh. Elle ôte sa burqa noire laissant apparaître une robe de couleur vive cachée jusque là – photographie Jack Shahine de Kobane.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

le nouveau Charlie Hebdo : n’oubliez pas de l’acheter !

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

charlie

Maintenons et renforçons la solidarité ! 

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Obscénité à Gaza

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

  • intervention israélienne à Gaza en 2008-2009 – bilan  : Israël :  13 morts     Palestine : 1.315 morts dont 65 % de civils, parmi eux 410 enfants  et 5.285 blessés
  • intervention israélienne à Gaza de juillet 2014 – bilan au 20 juillet 2014 : Israël : 7 morts dont 2 civils,   Palestine : 400 morts dont 80 % de civils, 2.400 blessés

enfants de Gaza

Dans une poignée de secondes, ces trois enfants seront morts, tués dans leur abri de fortune dans lequel ils étaient allé se protéger, un conteneur d’une plage de Gaza, par un tir d’obus de la marine israélienne. Les militaires israéliens ont par le passé déjà été accusés par de nombreuses sources objectives et indépendantes de ne pas user du discernement nécessaire pour protéger les civils dans leurs actions militaires (voir l’article du Monde ci-dessous du 15 juillet 2009).

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

°°°
Obscènité

      A l’heure où ces lignes sont écrites, des milliers de civils palestiniens errent dans les rues de Gaza sans savoir où pouvoir se protéger. Ils ont du quitter en catastrophe leur foyer sous le feu des bombes israéliennes. Les journalistes déclarent avoir vu de nombreuses victimes gisant dans les rues parmi les ruines.  L’hôpital voit son fonctionnement gêné par l’afflux des réfugiés qui n’ont trouvé que ce lieu pour se protéger des bombes. La morgue de l’hôpital est pleine et l’on ne sait plus où entreposer les corps. Parmi les victimes figurent de nombreux enfants.      
       Obscénité : Voilà le mot qui convient pour qualifier la nouvelle intervention israélienne à Gaza compte tenu de la disproportion démesurée des forces en présence et du lourd tribut payé par les civils palestiniens innocents et parmi eux par les plus vulnérables, les enfants. L’histoire se répète et le monde assiste, scandalisé et impuissant, à cette orgie de violence appuyée par un déferlement de technologie sophistiquée à l’encontre d’un peuple désarmé. Qu’on ne vienne pas nous parler des roquettes artisanales palestiniennes, ces piqures de moustiques  impuissantes à percer le cuir israélien. Quel est le bilan du tir des 1.600 roquettes qui auraient été tirées sur Israël ? un civil mort, et c’est un mort de trop, et quelques dégâts matériels. Ces tirs aveugles sont certes condamnables mais ne peuvent justifier en rien des représailles disproportionnées menées contre toute une population civile.

   La vérité est qu’Israël est en proie aujourd’hui à une folie identitaire et nationaliste qui fait fi des droits humains les plus fondamentaux et qui mine les principes moraux qui avaient présidé à la création de l’état d’Israël. La politique d’apartheid menée à l’encontre des palestiniens, le refus de consentir à ce peuple l’existence d’un état, la politique opiniâtre et cynique de confiscation des terres palestiniennes et d’instauration de nouvelles colonies dans les Territoires occupés alors même que des négociations de paix sont en cours et en dépit de l’opposition unanime de la communauté internationale, le blocus insupportable de Gaza et les obstacles dressés pour empêcher la libre circulation des personnes et des biens, montrent que les ultras qui sont au pouvoir en Israël n’ont pour objectif que de rendre impossible la vie des palestiniens (en vue sans doute de les pousser à émigrer), renforcer encore la présence israélienne en Palestine occupée pour rendre impossible ou vider de sens un état palestinien. Dans cette stratégie, tous les coups sont permis et on doit admettre que les excès constatés ne sont aucunement accidentels mais participent à une stratégie d’ensemble. Les ultras ont engagé Israël dans une fuite en avant qui sera préjudiciable à tous. L’injustice et les atrocités commises n’ont pour résultat que de renforcer les extrémistes côté palestinien.  Il est regrettable qu’une majorité d’israéliens ait aujourd’hui tourné le dos à une politique de paix et de réconciliation avec les palestiniens et se complait dans une attitude de haine et de confrontation. Il ne faut pas oublier que dans le conflit israélo-palestinien, les palestiniens sont avant tout les spoliés et les victimes. Israël se grandirait si dans le rapport de force actuel qui lui est favorable, elle tendait sincèrement la main à ce peuple qui d’une manière ou d’une autre lui est lié de manière indissoluble. Palestiniens et Israéliens sont les deux faces opposées d’une même pièce de monnaie…Veulent-ils que le conflit dure encore mille ans ?  Face à cette situation absurde et inique, on ne peut que regretter l’hypocrisie des gouvernements occidentaux qui protestent mollement du bout des lèvres et n’engagent aucune action dissuasive à l’encontre des ultras d’Israël pour des raisons stratégiques ou de politique intérieure.

femme palestinienne essayant de protéger ses oliviers - Saed Bannoura

femme palestinienne essayant de protéger ses oliviers – Saed Bannoura

Depuis 2002, sur près de 450 kilomètres un mur de séparation court entre la Cisjordanie et l’Israël. Pour le construire, l’armée israélienne a déraciné des milliers d’oliviers présents sur son tracé. Depuis, des centaines d’agriculteurs palestiniens sont coupés de leurs terres. Impossible de s’y rendre sans un laissez-passer, sésame rarement accordé par les forces de sécurité israéliennes. Pis, les vastes étendues d’oliviers sont les victimes quotidiennes d’attaques de colons israéliens vivant en Cisjordanie à proximité des Palestiniens et de leurs cultures. Des colons qui n’hésitent pas à déraciner et à brûler des arbres centenaires. En reportage en Cisjordanie, Gideon Levy, écrivain et journaliste israélien, se souvient : « Il y avait des dizaines, peut-être des centaines d’oliviers tués par la chaleur des flammes qui léchaient leur tronc. Des arbres calcinés, comme autant de preuves carbonisées étendues dans le champ. » 
Un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) en Palestine estime que, en 2013, 9 400 arbres ont été déracinés ou endommagés dans « des incidents avec les colons », 1 000 de plus qu’en 2012. « Depuis 1967, 800 000 oliviers auraient été arrachés, dont 550 000 rien qu’entre 2000 et 2008 [période de fortes tensions entre Palestiniens et Israéliens, NDLR] », rappelle Arnaud Garcette en citant les chiffres de l’organisation palestinienne ARIJ, et en précisant également que ces données, fortement politisées, devaient être prises avec précaution.
    Face à cela, les agriculteurs sont bien désarmés. La voie judiciaire ? Autant ne pas y penser. L’ONG israélienne Yesh Din rappelle qu’entre 2005 et 2013 plus de 97 % des plaintes déposées pour dénoncer des dommages sur des oliviers ont été rejetées par les autorités judiciaires israéliennes. Reste alors pour certains la voie des armes et de la vengeance. (article du Point.fr du 02/12/2013)

°°°

Julien Salingue

Pour une analyse de la situation à Gaza, voir l’interview très éclairante de Julien Salingue, chercheur en sciences politiques,  auteur du livre A la recherche de la Palestine – au-delà du mirage d’Oslo, paru aux Editions du Cygne qui répond aux questions de RFI.
. pour l’interview, c’est ICI :     http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140720-operation-israelienne-gaza-julien-salingue-aucune-solution-militaire-netanyahu-hamas/
. pour le Blog de Julien Salingue, c’est ICI :  http://www.juliensalingue.fr/

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      En 2009, révolté par l’injustice subie par les palestiniens, j’avais écrit deux poèmes, l’un qui exprimait ma déception face à l’évolution négative des israéliens concernant l’attitude à adopter vis à vis des palestiniens et l’autre qui marquait ma révolte et mon dégoût face à l’utilisation de certains types d’armes par l’armée israélienne à Gaza. La situation actuelle fait malheureusement que ces poèmes sont de nouveau de circonstances…

°°°

Dialogue de sourds avec Dieu

Les rêves de pierre de vos Pères
Se sont depuis longtemps évanouis
Remplacés par d’autres rêves de pierre…
Eglise contre mosquées,
mosquées contre synagogues,
Rêves de pierres contre rêves de pierres,
Est-ce là notre fatale destinée ?
Le rêve ne guide plus
le compas de vos architectes,
et la truelle de vos maçons.
Vos constructions ne sont
que murailles et forteresses.
Vos murs de béton séparent
L’olivier du moulin,
Le troupeau de l’herbe fraîche,
L’assoiffé de la source claire,
L’enfant de son école,
L’amant de sa promise.
Ne comprenez-vous pas
que les murs ont deux faces
et qu’ils enferment doublement
l’assiégé et l’assiégeant ?
Les rêves sont fleurs de vie et de désirs,
promesses de fruits et de graines fécondes.
L’arbre aux sept branches
de vos rêves est devenu stérile.
Vous n’aspirez plus qu’au repli,
qu’au culte de votre altérité,
Et vous vous énivrez,
narcissiques guerriers,
de votre dérisoire puissance.
Abandonnés, les rêves de fraternité,
Oubliée, l’innocence enfantine.
Votre peuple a été stigmatisé et nié.
Par un pervers retour des choses,
Il stigmatise à son tour et humilie.
Votre peuple avait été dépossédé,
Il vole et exproprie à son tour .
Votre peuple avait été martyrisé
De manière monstrueusement
méthodique et  scientifique.
Il martyrise et assassine à son tour,
utilisant une hyper-technologie obscène,
un petit peuple désarmé et digne.
Vous avez commis le sacrilège,
Vous le peuple victime,
de transformer vos enfants
en bourreaux….

Capture d’écran 2013-08-05 à 14.27.56

        .
12 janvier 2009
.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Travaux pratiques

A l’école, l’enfant a fait
des travaux pratiques.
La maîtresse lui a appris
les allumettes et leur danger.
La petite boule rouge
si amusante, fichée
comme un nez de clown,
au bout de l’allumette,
c’est souvent du souffre…
Le grattoir de la boîte
contient du phosphore rouge
et de la poudre de verre.
Le frottement de l’allumette
sur le bord de la boîte
déclenche la flamme
qui se communiqué au bois.
Ensuite le bois brûle
en produisant de la fumée
et un peu de cendres.

Chacun dans la classe
a mis le feu à une allumette,
en la tenant bien par le bout,
et en faisant très attention
à ne pas se brûler !
la maîtresse a expliqué :
L’allumette est très utile
mais aussi très dangereuse !
Allumer les allumettes,
ne doit pas être un jeu.
Attention à ne pas mettre le feu !

Une bombe au phosphore,
a été envoyée d’un avion
sur la maison de l’enfant.
Il cachait sous son lit,
(un monsieur très sérieux,
à la télévision l’a dit),
un nid de terroristes …

L’enfant s’est enflammé
comme une allumette
en produisant de la fumée
et un peu de cendres
Merci Monsieur Olmert !
Merci Monsieur Barack !
Merci, Madame Livni !
pour les travaux pratiques…

Capture d’écran 2013-08-05 à 14.27.56

        .
février 2009

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

°°°
Au sujet de l’intervention israélienne à Gaza en 2008-2009 

  • Article du Monde en date du 15 juillet 2009

article du Monde du 15/07/2009

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Article de Wikipedia concernant l’armement utilisé par les israéliens lors de l’intervention de 2008-2009

  • Selon le site timesonline, des obus fumigènes M825 au phosphore blanc ont été tirés par l’artillerie israélienne.
  • Selon deux médecins norvégiens (Erik Fosse et l’urgentiste Mads Gilbert), qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d’années avec l’Organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, l’armée israélienne utilise à nouveau des armes expérimentales de fabrication américaine, à base de Dense Inert Metal Explosive, développées pour le contexte d’une guerre asymétrique, et caractérisées par une puissance de souffle accru sur un rayon d’une dizaine de mètres. Cet explosif peut-être emporté par la bombe GBU-39. Ces armes causent des lésions incurables dans les tissus mous et les os des organismes vivants. Cette opinion est partagée par Marc Garlasco, un analyste militaire travaillant pour Human Rights Watch; Marc Garlasco fut contraint peu après de démissionner pour collection d’objets nazis. Disposant d’un grand pouvoir d’explosion, ces bombes ont un rayon d’action limité afin d’éviter les dommages collatéraux mais leurs éclats possèdent des effets cancérigènes et génotoxiques. Selon Mads Gilbert : « À 2 mètres, le corps est coupé en deux ; à 8 mètres, les jambes sont coupées,… Ils n’ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire », et d’ailleurs un infirmier de l’hôpital Al-Awda dans le camp de réfugiés de Jabalya rapporte qu’il y a une grande majorité de blessés qui arrivent avec au moins un membre manquant.
  • Les moteurs des drones Hermes 450 sont fabriqués en Grande-Bretagne. Une centaine de députés anglais signent une déclaration « réclamant un embargo de toutes les ventes militaires qui pourraient être utilisées pour l’agression à Gaza et dans les territoires occupés. »
  • De manière générale l’écart technologique entre les deux camps fait que les bombardements se font, comme le dit Gideon Levy, « en toute liberté sans rencontrer aucune résistance ».

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Au sujet de l’interdiction de manifester contre l’intervention israélienne prise par le gouvernement français

  Face à la situation humanitaire insupportable subie par la population gazaouie, le gouvernement français a pris une décision courageuse… Protester contre l’intervention israélienne ? Non, vous y êtes pas … Il interdit toute manifestation de protestation pour ne pas importer le conflit israélo-palestinien sur le territoire français : « Il ne peut pas y avoir d’importation du conflit en France, il ne peut pas y avoir des manifestations qui se font face et des risques pour l’ordre public ».

    Le prétexte utilisé pour justifier cette interdiction est celui des heurts qui ont opposés lors de la manifestation du 13 juillet dernier à Paris devant deux synagogues certains manifestants à des membres de la communauté juive dont de jeunes militants de la Ligue de défense juive (LDJ) et du Betar, qui ont revendiqué leur présence sur les lieux selon l’AFP. Les deux camps s’accusant mutuellement de provocation. On peut s’étonner du fait que ces deux établissements n’aient pas été isolés de la manifestation par les forces de l’ordre. Ainsi, il suffit de l’action de quelques provocateurs pour priver les français de leur droit légitime et démocratique de manifester contre ce qu’ils considèrent comme une injustice flagrante et une action que certains n’hésitent pas à assimiler à un crime contre l’humanité. Désormais, il suffira qu’un groupe opposé à la tenue d’une manifestation menace d’organiser une contre-manifestation pour que celle-ci soit interdite pour « risque de trouble à l’ordre publique » ou « importation de conflit sur le sol national ». Les groupes extrémistes tels que la Ligue de défense juive et le Betar vont se frotter les mains, toute manifestation contre la politique d’Israël sera désormais interdite… La France, « pays des droits de l’homme » est le seul pays d’Europe ayant interdit de manifester, et c’est un gouvernement socialiste qui a pris cette décision… Il est vrai qu’après le refus de survol du territoire français au président bolivien Morales et le refus d’accorder l’asile politique à Edward Snowden, plus rien ne nous étonne de la part d’un pouvoir qui semble avoir abandonné toute volonté d’indépendance face aux exigences des Etats-Unis…

   Pour être juste, signalons que quelques députés et militants socialistes se sont opposés à cette mesure : Six députés socialistes ont protesté vendredi contre l’interdiction d’une manifestation pro-palestinienne samedi à Paris, et ont appelé le gouvernement à revenir sur cette décision. « Le seul camp que la France doit choisir, c’est celui de la paix. Aujourd’hui, nous refusons la décision trop hâtive du ministère de l’Intérieur et appelons le gouvernement français à lever rapidement cette interdiction de manifester », écrivent dans un communiqué les députés PS Alexis Bachelay, Yann Galut, Razzy Hammadi, Mathieu Hanotin, Pascal Cherki et Philippe Doucet« Si aucun acte antisémite et raciste ne doit être toléré dans notre République, celle-ci doit se donner les moyens de les sanctionner fermement. Mais en aucun cas, elle ne doit remettre en cause une liberté fondamentale, au travers d’une mesure d’exception que nous considérons comme disproportionnée », déclarent-ils.
    Pour sa part, dans un communiqué, Europe Écologie-Les Verts « s’insurge contre l’interdiction » et ajoute que, si elle était confirmée, la France serait « le premier pays à interdire ces manifestations. (…) Alors qu’on peut manifester à Tel-Aviv, à Berlin ou à New York pour dénoncer l’opération militaire israélienne en Palestine, les pouvoirs publics doivent permettre que ce rassemblement puisse avoir lieu dans le calme et le respect des opinions de chacun », conclut EELV.

    Le mercredi 9 juillet, François Hollande s’était entretenu avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou auprès duquel il avait souligné que la « France condamnait fermement les agressions contre Israël (…) et lui avait exprimé sa solidarité face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. » Il précisait  « qu’il appartenait au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ». Le président de la République avait rappellé également « la nécessité de prévenir l’escalade des violences ». L’article du Nouvel Observateur souligne qu’il n’avait cependant pas évoqué à cette occasion les pertes civiles du côté palestinien. (extrait du Nouvel Observateur le 10/07/2014). Ces déclarations étaient irresponsables ou pour le moins maladroites car elles pouvaient être interprétées par  Netanyaou comme un blanc-seing donné à l’intervention musclée qu’il préparait contre Gaza. Dans son discours du 19 juillet à Niamey, François Hollande, face aux excès de l’intervention israélienne, s’est montré plus prudent et a abordé le problème des pertes civiles palestiniennes mais cette intervention a été pour le moins tardive.

allocution de François Hollande du 19 juillet à Niamey

allocution de François Hollande du 19 juillet à Niamey 

     « Qu’il y ait de l’émotion, qu’il y ait de la part d’une partie de nos compatriotes la volonté d’en appeler aussi au cessez-le-feu. Je peux comprendre… mais il ne peut pas y avoir d’importation du conflit en France. Il ne peut pas avoir des manifestations qui se font face et des risques pour l’ordre public et c’est la raison pour laquelle le ministre de l’intérieur lorsqu’il est saisi de projets de manifestations fait en sorte soit qu’il n’y puisse pas y avoir de débordements soit que lorsqu’il y a des risques, elles ne puissent pas avoir lieu et c’est ce qui a été décidé (…) parce que nous ne pouvons pas rester indifférents lorsque nous avons des manifestations qui sont proposées et qui ont visiblement des objectifs qui ne sont pas simplement de manifester… »

°°°

Lettre ouverte au Président de la République :

Monsieur le Président,

    J’aurais pu imaginer qu’un président socialiste, qui a occupé la fonction de premier secrétaire de son parti durant 11 années, d’un parti dont l’article 21 de ses statuts proclame qu’il est un parti internationaliste, condamne toutes les oppressions et exploitations et les formes modernes d’esclavagisme, déclare œuvrer pour le respect du droit des enfants, reconnaître pleinement le droit d’asile et combattre la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme, déclare militer pour un ordre international juste et respecté pour une coopération entre les peuples, pour une vraie politique de développement et défendre le rôle de l’ONU et des institutions internationales éprouverait naturellement une vive émotion face au drame et à l’injustice que vivent les civils gazaouis. Ceux-ci et leurs enfants en premier lieu ne sont-ils pas victimes aujourd’hui d’une agression sauvage et sanglante après avoir souffert de discriminations et de freins au développement par l’instauration d’un blocus inique et d’obstacles dressés aux actions menées par l’ONU et les organisations internationales ? Vous déclarez dans votre allocution que vous « pourriez » comprendre l’émotion suscitée par la situation actuelle et le désir d’y mettre fin. Est-ce à dire que vous n’éprouvez pas cette émotion mais que pourriez la comprendre ? Tout espoir n’est donc pas perdu, la raison est susceptible de palier à l’absence de cœur… L’adhésion aux valeurs et aux principes du socialisme n’ést-elle pas autant une affaire de cœur en tant qu’expression d’un désir profond de justice et du sentiment de solidarité qu’un engagement de la raison ?  Aujourd’hui, alors que je pensais que l’arrivée du parti socialiste au pouvoir aurait pour conséquence d’augmenter mon espace de liberté, je constate que vous m’interdisez d’exprimer mon indignation et mon exigence d’une cessation des opérations menées par Israël. Je constate également que la France est le seul pays en Europe à instaurer et appliquer une telle interdiction que même l’état d’Israël n’a pas eu l’idée d’appliquer… Qui tirera bénéfice d’une telle décision ? Certainement pas les palestiniens qui ne pourront constater l’étendue de la solidarité qui se manifeste en France à leur égard, mais l’état d’Israël à coup sûr qui reste vulnérable à l’expression du mécontentement de la communauté internationale. L’objectif énoncé d’éviter « l’importation du conflit en France » et « éviter les débordements » me semble une très mauvaise raison et ne risque au contraire que de faire naître un sentiment de révolte et exacerber les passions.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes salutations républicaines,

L’un des 18 004 656 citoyens qui avait voté pour vous.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––