Dante’s Prayer


        Nous avions déjà publié en août 2016 cette magnifique chanson de Loreena McKennitt, Dante’s Prayer (c’est  ICI). La vidéo d’accompagnement présentait de jolies images d’un océan en furie mais la traduction française du poème n’était qu’une traduction banale trouvée sur le Net légèrement remaniée par nous. J’ai trouvé sur le site Esprits-rebelles, une très belle version chantée en espagnol de cette chanson avec une traduction française assez différente et plus poétique illustrée par les très belles œuvres de l’artiste espagnole, Remedios Varo.

Dante’s Prayer

When the dark wood fell before me                  Quand la sombre forêt se dresse devant moi                              
And all the paths were overgrown                     Et que les chemins ne sont que broussailles
When the priests of pride say                              Et que les fidèles de l’orgueil disent, ce n’est pas ainsi
there is no other way                                              qu’il n’y avait pas d’autre chemin.
I tilled the sorrows of stone                                  Je cultive tes peines sur la pierre

I did not believe because I could not see          Je ne croyais pas car je ne voyais pas
Though you came to me in the night                 Et tu vins à moi sans traces
When the dawn seemed forever lost                Et l’aube perdue apparut
You showed me your love in the light               Et tu fis don de ton amour avec les étoiles
of the stars                                                                 

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Then the mountain rose before me                   Et la montagne s’éleva devant moi
By the deep well of desire                                    De la profondeur du puits du désir
From the fountain of forgiveness                      De la fontaine du pardon
Beyond the ice and fire                                         Au-delà de la glace et du feu

                [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Though we share this humble path,                  Nous partageons cet humble 
alone                                                                            chemin, seuls
How fragile is the heart                                         Si fragile qu’est le cœur
Oh give these clay feet wings to fly                    Oh, donne à ces pieds d’argile des ailes pour voler
To touch the face of the stars                               Et toucher la face des astres

Breathe life into this feeble heart                      Donne la vie à mon faible cœur
Lift this mortal veil of fear                                   Lève le voile mortel de la peur
Take these crumbled hopes, etched                   Espérances brisées de larmes
with tears                                                                    
We’ll rise above these earthly cares                  Nous nous envolerons au-dessus des soucis terrestres

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Please remember me                                             Tu me remémoreras


     La Divine Comédie est des premiers textes écrit en langue italienne par Dante Alighieri entre 1303-1304 et 1321. C’est un poème divisé en trois cantiche ou parties : Inferno (Enfer), Purgatorio (Purgatoire) et Paradiso (Paradis) qui montre le poète, se présentant comme l’envoyé de Béatrice, son jeune amour morte trop tôt, cheminer à travers ces trois règnes supraterrestres, guidé par l’âme du poète Virgile, pour atteindre la vision finale de la Sainte Trinité. Les trois cantiche sont composées de 33 chants chacune (plus un supplémentaire pour l’Inverno).

Paradiso_Canto_31.jpg

Gustave Doré – Rosa celeste : Dante et Béatrice contemplant l’Empyrée

      La prière qui a servi de thème à la chanson de Loreena McKennitt est la prière finale adressée à la Vierge. Arrivé aux portes du Paradis terrestre au sommet de la montagne, Dante doit se séparer de Virgile qui en temps que non baptisé ne peut accéder à ce lieu. Il est alors accueilli par Béatrice qui lui servira  désormais de guide pour « sortir vers les étoiles ». À l’inverse de l’Enfer, le Paradis comprend neuf sphères concentriques dirigées vers le haut qui correspondent à des ciels et qui abritent les hommes sans pêchés selon leur mérite. Dante est alors  interrogé par les apôtres du Christ et est autorisé à à passer au dixième ciel ou Empyrée, ciel immatériel et immobile, de « pure lumière », qui est le siège de Dieu et de sa cour, composée de deux milices célestes, les anges et les bienheureux. Béatrice doit alors le quitter et c’est guidé par saint Bernard, l’abbé fondateur de Clairvaux, qu’il termine son voyage accéder la vision Béatifique. Saint Bernard va alors adresser une prière finale à la Sainte Vierge pour qu’elle intercède auprès de Dieu afin que Dante obtienne la Béatitude suprême de la vision Divine. Dante ne désire alors plus que ce que Dieu Veut et va s’éteindre par là même complètement  en Dieu, « Amour qui meut le ciel et les étoiles ».

 » La rencontre avec Dieu « .

Dans la profonde et lumineuse subsistance
De la haute Clarté, trois cercles m’apparurent,
De trois couleurs mais d’une ampleur égale ;

Comme Iris l’est d’Iris, le second paraissait
Le reflet du premier, et le troisième un feu
Egalement exhalé des deux autres.

Pour ce que je conçois, ah ! combien la parole
Est pauvre et faible ! et ce que conçois,
Près de ce que j’ai vu, est aussi peu que rien.

Eternelle Clarté, qui seule en Toi résides,
Es seule à Te comprendre, et qui Te comprenant
Et comprise de Toi, T’aimes et te souris !

Quand mon regard l’eut un peu observé,
Ce cercle, qui semblait un reflet lumineux
Que Tu aurais en Toi-même conçu,

Et son volume et de sa propre teinte
De notre image apparut figuré ;
Aussi ma vue se plongea-t-elle en Lui.

Ainsi qu’un géomètre appliqué tout entier
A mesurer le cercle et qui point ne découvre
Sans sa pensée le principe qu’il faut,

Je me troublai devant cette merveille :
Je voulais voir comment au cercle s’unissait
Notre image et comment elle y est intégrée.

Mais point n’auraient suffi mes seules ailes,
Si mon esprit n’avait été frappé
Par un éclair, qui mes vœux accomplit.

Ici ma fantaisie succomba sous l’extase.
Mais déjà commandait aux rouages dociles
De mon désir, de mon vouloir, l’Amour

Qui meut et le Soleil et les autres étoiles

 


Carrickfergus par Cedric Smith


la voix que j’aurais souhaité avoir…

« Carrickfergus »

I wish I was in Carrighfergus
Only for nights in Ballygrant
I would swim over the deepest ocean
Only for nights in Ballygrant.But the sea is wide, and I can’t swim over
Neither have I wings to fly
If I could find me a handsome boatman
To ferry me over to my love and die.Now in Kilkenny, it is reported
They’ve marble stones there as black as ink
With gold and silver I would transport her
But I’ll sing no more now, till I get a drink

I’m drunk today, but I’m seldom sober
A handsome rover from town to town
Ah, but I am sick now, my days are over
Come all you young lads and lay me down.

I wish I was in Carrighfergus
Only for nights in Ballygrant.

°°°
Writer(s): Loreena Mckennitt, Cedric Smith

Une vue de Carrickfergus et de son fort, à la fin du xviiie siècle. (Nicolas Ozanne)
Une vue de Carrickfergus et de son fort, à la fin du XVIIIe siècle. (Nicolas Ozanne)
°°°
     Carrickfergus est la plus vieille ville du comté d’Antrim en Irlande du Nord. Son nom irlandais, Carraig Fhearghais, signifiant « le rocher de Fergus »,  lui vient du roi Fergus Ier, 6e roi de Dal Riada. Située sur la rive de la Belfast Lough, longtemps appelée « Baie de Carrickfergus », elle abrite un château normand du XIIe siècle construit par John de Courcy,  l’un des mieux conservés d’Irlande. L’église St. Nicholas date également de la fin du XIIe siècle. En novembre 1597, lors de la Guerre de neuf ans, une bataille eu lieu aux abords de la ville qui mit aux prises les troupes de la reine Elisabeth Ière et le clan écossais des MacDonell. Ce sont ces derniers qui emportèrent la victoire. Du 21 au 26 février 1759, la ville sera occupée par le corsaire français François Thurot.

Cedric Smith.png

La chanson « Carrickfergus » interprétée par l’acteur et musicien canadien d’origine anglaise Cedric Smith (né en 1943) faisait partie du premier album produit par la chanteuse canadienne Loreena McKennitt en 1985, « Elemental ». Cette chanson a été interprétée par de nombreux artistes dont Joan Baez, mais celle de Cedric Smith est de loin ma préfèrée. Celle qui suit est une interprétation féminine : Celtic woman – New Journey (live à Slane Castle, Ireland en 2006)


Loreena McKennitt -The old ways

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Les anciens chemin sont perdus…
N’accéderons-nous plus jamais aux lieux magiques qu’ils desservaient ?

The old ways

The thundering waves are calling me home, home to you
The pounding sea is calling me home, home to you

On a dark new year’s night
On the west coast of Clare
I heard your voice singing
Your eyes danced the song
Your hands played the tune
T’was a vision before me.

We left the music behind as the dance carried on
As we stole away to the seashore
We smelt the brine, felt the wind in our hair
And with sadness you paused.

Suddenly I knew that you’d have to go
Your world was not mine, your eyes told me so
Yet it was there I felt the crossroads of time
And I wondered why.

As we cast our gaze on the tumbling sea
A vision came o’er me
Of thundering hooves and beating wings
In clouds above.

As you turned to go I heard you call my name,
You were like a bird in a cage spreading its wings to fly
« The old ways are lost, » you sang as you flew
And I wondered why.

The thundering waves are calling me home, home to you
The pounding sea is calling me home, home to you

The thundering waves are calling me home, home to you
The pounding sea is calling me home, home to you

The old ways faisait partie de l’album « The Visit » sorti en 1991

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Les vieux chemins

Les vagues grondantes m’appelle à la maison à tes côtés
La mer martelante m’appelle à la maison à tes côtés

Dans la nuit d’une nouvelle et sombre année
Sur la côte Ouest de Clare
J’ai entendu ta voix chanter
Tes yeux dansaient avec la chanson
Tes mains jouaient son air
Telle une image devant moi

Nous avons laissé la musique derrière nous et la danse se poursuivre
Et nous nous sommes retiré au bord de la mer
Nous avons senti l’eau salée, senti le vent dans nos cheveux
Et avec tristesse tu t’es arrêté.

Soudain j’ai su que tu devrais partir
Ton monde n’était pas le mien, tes yeux me l’ont dit
Pourtant c’est là que j’ai senti le moment décisif
Et je me suis demandée pourquoi.

Comme nous fixions la mer déferlante
Une image est venu en moi
De sabots tonnants et d’ailes battantes
La-haut dans les nuages.

Quand tu t’es tourné pour partir je t’ai entendu appeler mon nom,
Tu étais comme un oiseau en cage étendant ses ailes pour s’envoler
« Les anciens chemins sont perdus » tu chantais cela en t’envolant
Et je me demandais pourquoi.

Les vagues grondantes m’appelle à la maison à tes côtés
La mer martelante m’appelle à la maison à tes côtés.

Les vagues grondantes m’appelle à la maison à tes côtés.
La mer martelante m’appelle à la maison à tes côtés.

5113DF703TL

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Loreena McKennitt – Dante’s Prayer

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« Dante’s Prayer »

 

 

When the dark wood fell before me                  Quand le bois sombre jaillit devant moi                              
And all the paths were overgrown                     Et que tous les chemins furent envahis
When the priests of pride say                              Quand les prêtres de l’orgueil disaient
there is no other way                                              qu’il n’y avait pas d’autre chemin.
I tilled the sorrows of stone                                  Je perçois les souffrances des pierres

I did not believe because I could not see          Je ne pouvais croire car j’étais aveugle
Though you came to me in the night                 Pensant que tu viendrais à moi dans la nuit
When the dawn seemed forever lost                Quand l’aube semblait à jamais perdue
You showed me your love in the light               Tu m’a montré ton amour dans la lumière
of the stars                                                                 des étoiles

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard sur l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme sur l’océan
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             S’il-te-plait, souviens-toi de moi

Then the mountain rose before me                   Alors que la montagne s’élève devant moi
By the deep well of desire                                    Par la profonde volonté du désir
From the fountain of forgiveness                      De la fontaine du pardon
Beyond the ice and fire                                         Au-delà de la glace et du feu

                [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard sur l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme sur l’océan
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             S’il-te-plait, souviens-toi de moi

Though we share this humble path,                  Pensant que nous partageons cet humble 
alone                                                                            chemin, seuls
How fragile is the heart                                         Combien fragile est le cœur
Oh give these clay feet wings to fly                    Oh, donne à ces pieds d’argile des ailes pour voler
To touch the face of the stars                               Pour toucher la face des étoiles

Breathe life into this feeble heart                      La vie respire dans ce cœur fragile
Lift this mortal veil of fear                                   Soulève ce voile mortel de peur
Take these crumbled hopes, etched                   Prends ces morceaux d’espoirs, gravés
with tears                                                                    aux larmes
We’ll rise above these earthly cares                  Nous nous envolerons au-dessus des soucis terrestres

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard sur l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme sur l’océan
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             S’il-te-plait, souviens-toi de moi

Please remember me                                             S’il-te-plait, souviens-toi de moi

°°°
Loreena McKennith
Loreena McKennitt

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le monde à travers un miroir : The lady of Shallot

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

William Holman Hunt et Edward Robert Hugues - The lady of Shalott, 1905.jpg

William Holman Hunt – Lady of Shalott, 1905

The mirror crack’d from side to side;
“The curse is come upon me”
cried The Lady of Shalott.

Capture d’écran 2016-03-31 à 13.40.04

    Imaginez une jeune fille prisonnière d’une tour à qui il est interdit tout contact avec le monde extérieur. La seule connaissance qui lui est permise du monde lui est donnée par le reflet d’un miroir qu’elle s’attache à représenter pour le préserver en tissant une tapisserie… Belle métaphore de tous ceux qui n’ont du monde que la connaissance transmise par leur télévision ou leur smartphone… La belle se désespérait de ne jamais connaître le sentiment que ressentaient les couples d’amoureux qu’elle observait au loin jusqu’au jour où elle s’éprit du  chevalier Lancelot dont elle avait aperçu le reflet dans son miroir. Elle se mit à l’épier et fut pour cela frappée d’une malédiction. Embarquée dans un bateau à la proue duquel figurait la mention « la Dame de Shalott » dans le but de rejoindre la cour du roi Arthur à Camelot où se trouvait l’objet de son amour, elle fut retrouvée par les Dames et les chevaliers de la Cour parmi lesquels figurait Lancelot, morte de froid  enroulée dans la tapisserie qu’elle avait tissée.

« Et dans les eaux sombres de la rivière
Tel un prophète téméraire en transe,
Réalisant toute son infortune —
C’est avec une figure terne
Qu’elle regarda Camelot.

Et lorsque le jour déclina,
Desserrant la chaîne, elle s’allongeait ;
Le courant au loin l’emportait,
La Dame de Shallot… »

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 Sur le poème The Lady of Shalott écrit en 1842 par le poète romantique anglais Alfred Tennyson, la chanteuse canadienne Loreena Mckennitt en a tiré une chanson magnifique (Album The Visit, 1991)

Loreena McKennitt - The Visit
Loreena Mckennitt – The Visit

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Adieu à l’hiver…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

A Midwinter Night’s Dream, Loreena McKennitt

« SNOW » poème de  Archibald Lampman

White are the far-off plains, and white
The fading forests grow;
The wind dies out along the height,
And denser still the snow,
A gathering weight on roof and tree,
Falls down scarce audibly.
°°°
 
The road before me smooths and fills
Apace, and all about
The fences dwindle, and the hills
Are blotted slowly out;
The naked trees loom spectrally
Into the dim white sky.
°°°
 
The meadows and far-sheeted streams
Lie still without a sound;
Like some soft minister of dreams
The snow-fall hoods me round;
In wood and water, earth and air,
A silence everywhere.
°°°
 
Save when at lonely intervals
Some farmer’s sleigh, urged on,
With rustling runners and sharp bells,
Swings by me and is gone;
Or from the empty waste I hear
A sound remote and clear;
°°°
 
The barking of a dog, or call
To cattle, sharply pealed,
Borne echoing from some wayside stall
Or barnyard far afield;
Then all is silent and the snow falls
Settling soft and slow
°°°
 
The evening deepens and the grey
Folds closer earth and sky
The world seems shrouded, far away.
Its noises sleep, and I secret as
Yon buried streams plod dumbly on and dream.
 
°°°

Archibald Lampman  Archibald Lampman (1861-1899) est considéré comme l’un des plus grand poète canadien de langue anglaise du XIXe siècle. Sa poésie traite de la vie rurale au Canada et des merveilles de la nature. Il était l’un des membres, avec Charles G.D. Roberts, Bliss Carman and Duncan Campbell Scott, du groupe que l’on a nommé « Poètes de la Confédération » qui avait accédé à la notoriété à la fin des années 1880 et 1890.

In the Bleak Midwinter

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Loreena McKennith

Autres chansons de Loreena McKennitt sur ce blog

  • The Stolen Child (L’Enfant volé), album Elemental, 1985  – poème de W.B. Yeats, c’est  ICI.
  • The Mummer’s Dance, album The Book of Secrets, 1997, c’est  ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’Enfant volé (Stolen Child) – Loreena McKennitt

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Loreena McKennith

Loreena McKennitt

     Loreena Isabel Irene McKennitt, née le 17 février 1957  près de Winnipeg dans la province canadienne du Manitoba dans une famille d’ascendance irlandaise et écossaise est une chanteuse et musicienne qui puise son inspiration dans la culture celtique. Depuis son premier album Elemental paru en 1985 d’où est tiré le morceau Stolen Child qui suit qui est un poème de Yeats qu’elle a mis en musique, elle a connu un succès international.

La chute de Glencar, Comté de Leitrim mentionné dans le poème

La chute de Glencar dans le Comté de Leitrim, mentionnée dans le poème de Yeats

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

W. B. Yeats (1865-1939)

W. B. Yeats (1865-1939)

The Stolen Child (l’enfant volé) est un poème de l’irlandais William Butler Yeats, composé en 1886. Il figure dans le recueil The Wanderings of Oisin and Other Poems (1889) (les Errances d’Ossian et autres poèmes). The stolen childévoque l’enlèvement d’un enfant par les fées, un thème classique du moyen-âge et de l’Irlande. Chaque strophe se termine invariablement par les mêmes vers « Come away, O human child! To the waters and the wild (…) »,

°°°

The Stolen Child – W. B. Yeats, 1886

6a00e54fcf738588340192aafa3664970d-800wi

Where dips the rocky highland
Of Sleuth Wood in the lake,
There lies a leafy island
Where flapping herons wake
The drowsy water rats;
There we’ve hid our faery vats,
Full of berries
And of reddest stolen cherries.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand.
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

Capture d’écran 2015-12-07 à 22.43.35

Where the wave of moonlight glosses
The dim gray sands with light,
Far off by furthest Rosses
We foot it all the night,
Weaving olden dances
Mingling hands and mingling glances
Till the moon has taken flight;
To and fro we leap
And chase the frothy bubbles,
While the world is full of troubles
And is anxious in its sleep.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand,
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

Capture d’écran 2015-12-07 à 22.49.57

Where the wandering water gushes
From the hills above Glen-Car,
In pools among the rushes
That scarce could bathe a star,
We seek for slumbering trout
And whispering in their ears
Give them unquiet dreams;
Leaning softly out
From ferns that drop their tears
Over the young streams.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand,
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

pixies300

Away with us he’s going,
The solemn-eyed:
He’ll hear no more the lowing
Of the calves on the warm hillside
Or the kettle on the hob
Sing peace into his breast,
Or see the brown mice bob
Round and round the oatmeal chest
For he comes, the human child
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand
From a world more full of weeping

than he can understand

°°°

Ängsälvor (Elfes dans un pré) par Nils Blommér, 1850.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°

L’enfant volé

Là où les hautes terres rocheuses
de la forêt de Sleuth (1) s’enfoncent dans le lac,
Là git une île feuillue
Où les hérons battant de l’aile éveillent
Les rats d’eau qui somnolent;
Là nous cachons nos cuves du peuple des fées,
Pleines de baies
Et des plus rouges des cerises volées.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre.

Là où des vagues de lumière lunaire font briller
Le sable terne
Là-bas au plus loin des lointains des Rosses (2)
Nous le piétinons toute la nuit,
Tissant des danses anciennes
Mélangeant nos mains et nos regards
Jusqu’à ce que la lune s’élève;
De-ci, de-là nous sautillons
Et chassons les bulles d’écume,
Pendant que le monde plein de soucis
Dort d’un sommeil anxieux.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre.

La où l’eau errante jaillit
Des collines au dessus de la vallée de Car,
Dans des mares parmi les roseaux
Dans lesquelles pourrait à peine se baigner une étoile,
Nous pourchassons la truite somnolente
Et chuchotant à ses oreilles
Nous lui donnons des rêves inquiets;
Doucement penchées depuis
Des fougères dont les larmes gouttent
Dans de jeunes ruisseaux.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre

Au loin, avec nous, il va,
Celui aux yeux solennels
Il n’entendra plus jamais le meuglement
Du veau sur les tièdes coteaux
Ou la bouilloire sur la cuisinière
Chanter paisiblement dans sa poitrine
Plus jamais il ne verra la souris brune remuer sa petite tête
En tournicotant autour du coffre d’avoine.
Car il vient, l’enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Depuis un monde qui contient plus de pleurs qu’il ne peux le comprendre

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Une très belle représentation du poème de Yeats sur YouTube

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      En 1988, Trois années après le lancement de la version de Loreena Mc Kennitt, le groupe The Waterboys composait Fisherman’s Blues, un album hybride, relevant à la fois du rock, de la musique country et de la musique « celtique » dans lequel figurait The Stolen Child. La mise en musique du poème de Yeats est très réussie, grâce à un parlé-chanté qui conserve le mystère des couplets, seul le refrain est chanté.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––