Memoria – « Todo lo que se soñaba se pudrió en los rincones… »

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« Tout ce dont vous aviez rêvé a pourri dans les recoins… »

Ismael Serrano : « Papá cuéntame otra vez » (Papa raconte-moi à nouveau)

       Quel goût amer a cette belle chanson d’Ismael Serrano qui nous rappelle nos espoirs, nos enthousiasmes fous, nos illusions perdues, nos échecs, nos erreurs, nos aveuglements, nos abandons, nos compromissions… Cette chanson est malheureusement intemporelle. Il suffit de remplacer dans ses paroles le nom de Bosnie par Syrie, et malheureusement demain Syrie par le nom d’un autre pays à venir.

Papá cuéntame otra vez

Papá cuéntame otra vez                           Papa racontes-moi à nouveau
ese cuento tan bonito                                ce si joli conte
de gendarmes y fascistas,                        de gendarmes et de fascistes
y estudiantes con flequillo,                     et d’étudiants aux cheveux longs

y dulce guerrilla urbana                           et de douce guérilla urbaine
en pantalones de campana,                     en pantalons pattes d’éléphant,
y canciones de los Rolling,                       en écoutant les Rolling Stones
y niñas en minifalda.                                 avec les filles en mini-jupe.

Papá cuéntame otra vez                           Papa racontes-moi à nouveau
todo lo que os divertisteis                        comme vous vous êtes amusés 
estropeando la vejez                                  à foutre en l’air les vieux
a oxidados dictadores,                              dictateurs rouillés,

y cómo cantaste Al Vent                           Et comment vous avez chanté « Al Vent » *
y ocupasteis la Sorbona                            et occupé la Sorbonne
en aquel mayo francés                              en ce mois de mai français
en los días de vino y rosas.                      au temps du vin et des roses

Papá cuéntame otra vez                           Papa racontes-moi à nouveau
esa historia tan bonita                              la si jolie histoire 
de aquel guerrillero loco                         de ce guérillo fou
que mataron en Bolivia,                          qu’ils ont tué en Bolivie.

y cuyo fusil ya nadie                                 Et dont plus personne 
se atrevió a tomar de nuevo,                  n’a osé brandir le fusil, 
y como desde aquel día                            et comment, depuis lors, 
todo parece más feo.                                 tout paraît plus moche.

Papá cuéntame otra vez                           Papa racontes-moi à nouveau
que tras tanta barricada                          qu’après tant de barricades
y tras tanto puño en alto                          et tant de poings levés 
y tanta sangre derramada,                      et tant de sang versé,

al final de la partida                                  à la fin de la partie
no pudisteis hacer nada,                          vous n’avez pu rien faire
y bajo los adoquines                                  et sous les pavés
no había arena de playa.                          il n’y avait pas de plage.*

Fue muy dura la derrota :                         La déroute fut très dure :
todo lo que se soñaba                                 tout ce dont vous aviez rêvé
se pudrió en los rincones,                         a pourri dans les recoins
se cubrió de telarañas,                               s’est couvert de toiles d’araignée.

Y ya nadie canta Al Vent,                           Et plus personne ne chante « Al Vent »
ya no hay locos ya no hay parias,            y’a plus de fous, plus de parias, 
pero tiene que llover                                   mais il doit encore pleuvoir
aún sigue sucia la plaza.                             la plage est encore sale.

Queda lejos aquel mayo,                           Ce mois de mai est loin maintenant.
queda lejos Saint Denis,                            Loin de nous Saint-Denis.
que lejos queda Jean Paul Sartre,           Comme il est loin, Jean-Paul Sartre
muy lejos aquel París,                                Très loin le Paris d’alors.

Sin embargo a veces pienso                     Ceci dit, parfois je pense
que al final todo dio igual :                       qu’au final, çà n’a servi à rien : 
las ostias siguen cayendo                          les torgnioles continuent à tomber 
sobre quien habla de más.                        sur ceux qui parlent trop.

Y siguen los mismos muertos                  Et continuent les mêmes morts
podridos de crueldad.                                qui pourrissent par la cruauté. 
Ahora mueren en Bosnia                          Aujourd’hui meurent en Bosnie
los que morían en Vietnam.                     ceux qui hier mouraient au Vietnam. 

Ahora mueren en Bosnia                          Aujourd’hui meurent en Bosnie
los que morían en Vietnam.                     ceux qui hier mouraient au Vietnam. 
Ahora mueren en Bosnia                          Hier mouraient en Bosnie
los que morían en Vietnam.                    ceux qui hier mouraient au Vietnam.  

Traduction (légèrement remaniée par moi) de Bruno Fernandez

* un des slogans de mai 1968 était « sous les pavés, la plage »
* « Al Vent » (le vent) est le titre d’une chanson populaire du chanteur catalan Valence Ramon qui était un symbole de lutte contre la dictature de Franco. Pour écouter, c’est  ICI

Mai 1968 - Sous les pavés la plage.jpg

Sous les pavés, la plage…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2016-02-08 à 12.45.20     Ismael Serrano Morón est un auteur, compositeur, interpète et guitariste espagnol inspiré par le mouvement de la Canción protesta (Chanson protestation) apparu pendant les années de lutte contre le franquisme et la Nueva canción (Nouvelle chanson) latino-américaine. Il est né le 9 mars 1974 à Madrid dans le quartier de Vallecas, a fait des études de physique la l’Université Complutense de Madrid et a commencé dans les années 1990 à se produire dans les cafés de la ville. « Papá cuéntame otra vez » est sa chanson la plus célèbreIl est le fils du poète et journaliste Rodolfo Serrano.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

11 mai 1968 : il est cinq heures, Paris s’éveille…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      Il est cinq heures, Paris s’éveille est une chanson de Jacques Dutronc, sorti en 1968. C’est Jacques Wolfsohn, du label Vogue, qui propose, après un repas avec Jacques Lanzmann et Dutronc, de faire une chanson sur le thème de « Paris le matin ». Lanzmann et Dutronc commencent à l’écrire le soir même et l’achèvent aux aurores. Anne Ségalen, à l’époque épouse de Lanzmann, a également participé à la rédaction des paroles. Les paroles sont inspirées de la chanson Tableau de Paris à cinq heures du matin écrite en 1802 par Marc-Antoine-Madeleine Désaugiers. Durant l’enregistrement, ils ne sont pas satisfaits du résultat, trouvant les arrangements un peu plats. C’est Roger Bourdin, un flûtiste qui travaillait dans un studio voisin qui, improvisant un solo de flûte, donnera la version finale de la chanson qui sera élue « Chanson du Siècle » en 1999…

Il est cinq heures, Paris s’éveille

     La chanson de Jacques Dutronc résonne en moi de manière toute à fait particulière, elle évoque une traversée à pied de Paris que j’ai effectivement effectué un certain matin du 11 mai 1968, dans un état mental d’exaltation exacerbée, entre le quartier latin et la gare Saint-Lazare où je devais prendre le train qui me ramènerait à mon domicile de la banlieue nord. J’avais passé la plus grande partie de la nuit à balancer des pavés sur les CRS et gardes mobiles qui montaient à l’assaut du quartier et une partie de la matinée qui suivait dans la cour de l’ESCPI (Ecole Supérieure de Physique et de Chimie de Paris) située rue Vauquelin (aujourd’hui Espace des Sciences) où je m’étais réfugié en provenance du quartier de la Contrescarpe après que les dernières barricades situées dans les rues étroites qui caractérisent ce quartier avaient été investies par la police vers 5h 30 du matin.

Espace-des-Sciences_rue-Vauquelin Paris - Nuit des Barricades du 10:11 mai 1968

Le secteur du Quartier latin à Paris, siège de la Nuit des barricades des 10/11 mai 1968 et localisation de l’ESCPI (photo de gauche)

Paris 10 Mai 1968 - barricade au Boulevard Saint-Michel

Paris 10/11 mai 1968 – barricade au Boulevard Saint-Michel : l’humour toujours présent…

Paris - 10/11 mai 1968, charge sur une barricade

Paris – 10/11 mai 1968, la prise d’assaut d’une barricade

 °°°

Traverser Paris vers 5 heure du matin, le 11 mai 1968

mai 1968

    Les manifestants encore présents étaient arrêtés et parfois tabassés par les forces de l’ordre avant d’être entassés dans les paniers à salades. Pour ma part, je n’avais du mon salut qu’à une fuite éperdue à travers le dédale de rues qui séparait ce quartier de celui du Val-de-Grâce et à l’escalade d’un portail providentiel apparu soudainement dans l’alignement des constructions du quartier, portail qui s’est révélé par la suite être celui de la cour de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie. J’y retrouvais, terrés dans l’obscurité, une quinzaine de manifestants qui avaient eu la même idée que moi.

11 mai 1968 - Arrestations (photo J-P Rey)

    Cachés par les bâtiments, nous avons assisté, à travers les grilles du portail, à la charge des CRS et à l’arrestation musclée de nos camarades qui étaient alors regroupés et conduits ensuite vers une destination inconnue. Nous n’avions plus qu’à attendre les premières heures du jour et patienter jusqu’au départ des forces de l’ordre. Après un long moment d’attente, nous pûmes escalader le portail en sens inverse et nous égayer dans les rues avoisinantes. Anecdote comique révélatrice de notre état mental du moment, l’un d’entre nous qui avait lu que lors de la Révolution de 1848 les soldats fusillaient tous ceux dont les mains sentaient la poudre nous avait conseillé de nous laver les mains pour faire disparaître les traces de salissures dues au maniement des pavés et les odeurs d’essence, ce que nous avions fait consciencieusement.

Bilan des émeutes : M. Maurice GRIMAUD, le Préfet de police le l’époque, a fourni plus tard le bilan des émeutes : 367 blessés recensés dans les hôpitaux dont 251 du service d’ordre et 102 étudiants. Sur ces 367, 54 sont hospitalisés dont 4 étudiants et 18 policiers dans un état très grave. 460 interpellations ont été faites, 61 ont visé des étrangers – 63 personnes interpellées seront déférées à la justice – 26 étudiants – 3 lycéens, le reste, 34 individus n’étant pas des étudiants. Les dégâts matériels sont importants : 60 voitures incendiées, 128 autres sévèrement endommagées.
   Dans les jours qui suivirent certains journaux rendirent compte de sévices qu’auraient commis les forces de l’ordre.

Capture d’écran 2015-04-15 à 12.33.46

    Je traversais donc en sens inverse mon cher quartier latin où j’avais durant une folle nuit pris part à un évènement qui me semblait sur le moment grandiose et porteur de développements futurs dont j’avais peine à imaginer la teneur mais qui, j’en étais convaincu, seraient d’une importance considérable. Je pensais naïvement que la jeunesse parisienne avait durant cette nuit retrouvé le souffle des grands événements de l’histoire de France, ceux de  la prise de la Bastille en 1789, des Trois Glorieuses, de la Commune de Paris de 1870 et de la libération de Paris de 1944qui avaient soulevé le peuple et imposé les changements nécessaires. Avec l’excès et l’inconscience propres à la jeunesse je nous assimilais, moi et mes camarades, à tous ceux qui avaient menés par le passé ces combats glorieux. Je  reconnais aujourd’hui que même si de nombreux actes de brutalités ont été relevés, la police avait preuve à cette occasion de retenue. Rien à voir avec la répression qui frapperait les étudiants de Mexico six mois plus tard et qui ferait 48 morts ou les révoltes des Printemps arabes d’aujourd’hui… Aucun mort n’avait été à déplorer malgré la violence des affrontements au cours desquels les forces de l’ordre avaient été bombardées de pavés et de cocktails Molotov et parfois même, comme j’ai pu le constater, de meubles et de projectiles divers jetés par certains habitants de leurs fenêtres… Il est vrai qu’une partie des manifestants était constituée par les rejetons des responsables politiques et économiques du pays… Si les manifestants avaient été composés d’ouvriers, il n’est pas sûr que le bilan aurait été le même.
    Le quartier latin était dévasté : arbres abattus, voitures renversées et calcinées, vitrines brisées. Les services municipaux et les pompiers démontaient les barricades et commençaient à dégager les chaussées et les trottoirs. Ça et là des policiers étaient présents mais la plupart n’étaient pas des membres des CRS ou des GM de la nuit qui semblaient avoir été relevés. Seule la rue Gay-Lussac était encore barrée par un cordon de CRS. Des badauds, l’air ébahi, restaient plantés là, immobiles, n’en revenant pas du spectacle de désolation qui s’offrait à leurs yeux. Après avoir erré un long moment, je quittais le quartier latin et me dirigeais vert la gare Saint-Lazare pour prendre le train qui me ramènerait dans ma banlieue nord. Je l’atteignis vers 7 h du matin et montais dans un train où se trouvaient déjà quelques voyageurs plongés pour la plupart dans les journaux du matin qui relataient l’évènement. Le contraste entre ces voyageurs confortablement installés sur leur siège qui vaquaient comme si rien n’était à leur déplacement quotidien afin de rejoindre leur foyer ou leur lieu de travail et pour lesquels  la journée allait sans doute se dérouler normalement et moi, l’esprit encore brouillé par les images des combats de la nuit, dans un état d’exaltation empreint de fébrilité était saisissant. En les regardant prendre connaissance si calmement des événements de la nuit, j’avais envie de leur crier : « Moi, j’y étais ! J’en reviens… Quelque chose d’immense s’est passé, que vous ne pouvez même pas imaginer… Rien ne peux plus être comme avant. Il va falloir vous bouger, prendre position, agir… Nous sommes en révolution ! » Pour moi, c‘était sûr, les choses ne faisaient que commencer… Et à ce moment précis, malgré une longue nuit blanche mouvementée, comme dans la chanson de Dutronc, moi non plus je n’avais pas sommeil…

10-mai-1968-Nuit-des-barricades--le-lendemain-matin--8--1 10-mai-1968-Nuit-des-barricades--le-lendemain-matin--9- Capture d’écran 2015-04-15 à 12.32.06

Aux premières heures de la matinée du 11 mai, images du quartier latin aux abords du jardin du Luxembourg – Manifestants parqués contre les grilles du jardin

°°°

il est cinq heures, Paris s’éveille de Jacques Dutronc

11 Mai 1968 - Paris, France Des voitures jonchent la rue Gay-Lussac au matin

Je suis le dauphin de la place Dauphine 
Et la place Blanche a mauvaise mine 
Les camions sont pleins de lait 
Les balayeurs sont pleins de balais
 
Il est cinq heures 
Paris s’éveille 
Paris s’éveille
 
Les travestis vont se raser 
Les stripteaseuses sont rhabillées 
Les traversins sont écrasés 
Les amoureux sont fatigués
 
Il est cinq heures 
Paris s’éveille 
Paris s’éveille
 
Paris mai 1968 par Bruno Barbey
Le café est dans les tasses 
Les cafés nettoient leurs glaces 
Et sur le boulevard Montparnasse 
La gare n’est plus qu’une carcasse
 
Il est cinq heures 
Paris s’éveille 
Paris s’éveille
°°°
Capture d’écran 2015-04-15 à 12.33.03
Les banlieusards sont dans les gares 
A la Villette on tranche le lard 
Paris by night, regagne les cars 
Les boulangers font des bâtards
 
Il est cinq heures 
Paris s’éveille 
Paris s’éveille 

La tour Eiffel a froid aux pieds 
L’Arc de Triomphe est ranimé 
Et l’Obélisque est bien dressé 
Entre la nuit et la journée

Capture d’écran 2015-04-15 à 12.26.56

Il est cinq heures 
Paris s’éveille 
Paris s’éveille

Les journaux sont imprimés 
Les ouvriers sont déprimés 
Les gens se lèvent,
ils sont brimés 
C’est l’heure où je vais me coucher

Capture d’écran 2015-04-15 à 12.27.08

Il est cinq heures 
Paris se lève 
Il est cinq heures 
Je n’ai pas sommeil

Jacques Dutronc, Jacques Lanzmann, Anne Segalen

 °°°

    Depuis 1968, plusieurs chanteurs ont choisi d’interpréter cette chanson. Parmi ces interprétations, celle qui me semble la plus réussie est celle de la chanteuse belge Ann Pierlé  qui, dans son album Helium Sunset sorti en 2002, a choisi pour la chanter un style  décalé et enlevé qui tranche avec la tonalité monocorde adoptée par Dutronc.

 °°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––