Home, sweet home : le retour aux forêts

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vivez parmi les arbres…  Hironaka Ogawa & Associates, 2010

Hironaka Ogawa.jpg

Hironaka Ogawa

arbre-à-singes    La décision de l’architecte Hironaka Ogawa d’intégrer des arbres à l’intérieur de l’espace de la maison est née d’une discussion avec son client au cours de laquelle celui-ci lui avait raconté qu’il avait l’habitude, enfant, de grimper dans les arbres pour y rester un long moment et qu’il éprouvait pour cette époque une profonde nostalgie.

   °°°

Capture d’écran 2016-05-10 à 08.20.59

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Home, sweet home : une maison de Claude Veyret, architecte – 2006

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

maison Claude Veyret

°°°

     Architecture très simple et contemporaine pour cette maison de 195 m2 réalisée en 2006 par l’architecte Claude Veyret, architecte DPLG à Villeurbanne près de Lyon, dans un grand lotissement de la banlieue lyonnaise. Le volume de base est un parallélépipède étroit dans lequel se superposent : au rez-de-chaussée, l’entrée, le séjour, le salon et la cuisine et à l’étage les chambres, salles de bains et espace mezzanine ouvert sur le séjour par l’intermédiaire d’une trémie dans laquelle a été placé l’escalier métallique d’accès.
     Devant la trémie, une grande baie vitrée se développe sur une hauteur de deux niveaux et permet ainsi d’éclairer généreusement de manière naturelle les espaces séjour et mezzanine ainsi que l’escalier d’accès en même temps qu’elle permet la vue sur le jardin.

     Le volume offert par ce parallélépipède aurait pu suffire pour répondre au programme de surface fixé mais l’architecture de l’ensemble aurait alors souffert d’un excès de rigueur et de simplicité qui n’aurait pas permis d’exprimer au niveau des façades l’organisation intérieure de la maison. L’architecte a donc astucieusement encastré dans le volume de base deux autres volumes de taille réduite qui impriment à l’ensemble un dynamisme et une tension. L’un des volumes, parallélépipèdique lui aussi, sur la façade côté jardin, abrite l’espace cuisine et l’autre possédant une face courbe, côté route d’accès, qui renferme des espaces de rangement. Le contraste entre le volume des base et ces volumes secondaires est encore accentué par un traitement chromatique différent, clair pour le volume de base et gris foncé pour les volumes secondaires. Enfin, pour protéger la grande baie vitrée et la porte d’entrée des intempéries, l’architecte a rapporté sur les façades des auvents en dalle béton qui se retournent jusqu’au sol sur l’un des côtés. Outre la mise en valeur de la grande baie vitrée sur la façade côté jardin par effet d’encadrement, cette disposition permet de mieux singulariser l’espace terrasse par rapport au jardin. Ces auvents-encadrements sont traités de la même couleur gris sombres que les volumes secondaires et semblent « faire écho » à ceux-ci dans la lecture des façades. A noter les quelques ouvertures de l’étage type hublots qui préservent grâce à leur forme circulaire l’effet de surface des parties pleines des façades.

    Le résultat génère une harmonie d’ensemble qui s’exprime bien sur les façades côté jardin et latérale de l’entrée de la maison. Une telle simplicité formelle basée sur l’utilisation de volumes de base de type parallélépipèdique impliquait une toiture plate. Une toiture en pente aurait nuit à la simplicité et l’harmonie d’ensemble et apporté une complexité et un alourdissement inutile.   Il semble que le reste du lotissement soit occupé par des maisons traditionnelles avec toits à double pente. Quel peut être l’effet produit par une maison à l’architecture franchement contemporaine érigée au milieu d’un ensemble de constructions traditionnelles avec toitures à deux pans ? Tout dépend, me semble t’il, de la qualité architecturale de ces maisons traditionnelles. Si ces maisons s’intègrent à un ensemble bâti pour lequel un effort de coordination et d’intégration a été mis en œuvre, la présence, à proximité immédiate, d’une construction à l’architecture totalement différente paraîtra certainement incongrue et provocatrice. Si par contre, les architectures des autres maisons ne sont aucunement intégrées et apparaissent disparates, dans ce cas la réalisation d’une maison franchement contemporaine se trouve pleinement justifiée et peut constituer un exemple et un même un manifeste pour aider à l’évolution de l’architecture de la maison individuelle.

coût : 1.600 € le m2.
développement durable et économie d’énergie : aucune information obtenue.

°°°

torr-présentation

façade côté jardin : noter la grande baie vitrée sur deux niveaux qui occupe près de la moitié de la surface de la façade encadrée par l’auvent béton et son retour vertical, le  « jeu de volumes » que créé par le volume secondaire abritant la cuisine qui semble jaillir du volume principal de la construction et dont la teinte gris foncé tranche avec la teinte claire de la façade principale, les ouvertures secondaires de forme différenciée : rectangle pour la cuisine et cercle pour une pièce de l’étage, la terrasse en partie protégée par l’auvent et son retour vertical, prolongement de l’espace extérieur sur le jardin.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.37.50

Angle des façades côté jardin et de l’entrée de la maison : à noter les éléments architecturaux complémentaires aux volume parallélépipèdique principal : volume cuisine, auvent de protection de la grande baie vitrée sur deux niveaux et auvent de l’entrée avec leurs retours verticaux qui sont colorés de la même manière, ainsi que la reprise des ouvertures circulaires qui se «  »font écho de façade en façade assurant ainsi l’unité architecturale d’ensemble. A noter également la présence d’une deuxième terrasse d’angle qui visuellement « rattache » et assied la construction sur le sol et le jardin.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.39.37

La baie vitrée double hauteur met en relation la salle à manger avec l’espace repas extérieur.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.39.10

Vue depuis le salon sur l’ensemble du séjour et sur l’escalier.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.38.42

La cuisine communique avec une terrasse Sud par la grande porte-fenêtre et possède une fenêtre bandeau sur le jardin.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.40.00

Escalier d’accès à la mezzanine de l’étage vu du séjour.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.40.23

La mezzanine traversante permet au soleil couchant de pénétrer dans la maison.
Vue sur le jardin depuis la mezzanine desservant les chambres.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.40.42

A l’étage, la chambre des parents possède une terrasse réalisée sur le toit du volume de la cuisine.

Capture d’écran 2013-09-06 à 02.45.33

façade Est côté rue : à noter l’aspect minimaliste et même austère du traitement de cette façade qui exprime ainsi le désir de protection de l’intimité de la maison et de ses occupants par rapport à l’espace public. Peu d’ouvertures, traitées de manière simple et fonctionnelles (fenêtres des chambres et de l’espace mezzanine). Seuls, la fenêtre hublot de rez-de-chaussée et le volume arrondi de l’espace rangement en saillie du volume principal apportent un peu de fantaisie à cette façade et rappellent certains éléments constitutifs des autres façades assurant ainsi l’unité architecturale d’ensemble.

Capture d’écran 2013-09-05 à 10.37.08

La façade d’arrivée sur la maison préserve l’intimité de la partie nuit de la maison par ses ouvertures réduites .
La fermeture de la maison sur la rue est accentuée par un portail plein, prolongeant l’enceinte.

°°°

–––– Autres projets réalisés par le cabinet Claude Veyret ––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pour le site internet de Claude Veyret, c’est ICI.

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.38.08

maison construite en 1995

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.37.39

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.42.31

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.45.02

maison construite en 2002 surplombant un joli village traditionnel

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.45.29

Capture d’écran 2013-09-06 à 03.51.15

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––