The Long Road – Mark Knopfler


Ta ta ta ta, tintin…

paysage-decosse-sur-locean-036ae5d8-7e71-42c2-8eef-7102b5e847e2.jpgPaysage écossais en bordure de l’océan

    Cette chanson de Mark Knopfler apparait sur la bande originale du film Cal (1984) et sur l’album Screenplaying (1993) produit par David Puttnam et réalisé par Pat O’Connor.


la Mason-Dixon Line (1763-1767)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Mason-dixon-line

Mason-Dixon Line

     Depuis la fin de la guerre d’indépendance des États-Unis, la ligne Mason-Dixon était la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud, jusqu’au Compromis du Missouri voté en 1820 qui déplaçait la limite à la latitude 36°30′ Nord (frontière sud du Missouri) pour les territoires de l’ancienne Louisiane française, achetée en 1803. Ce sont deux géomètres britanniques, Charles Mason et Jeremiah Dixon qui l’avaient établie entre 1763 et 1767. Elle était alors située à environ 39°43’20 » de latitude Nord entre le Maryland et la Pennsylvanie d’une part ; 75°47′18 de longitude ouest entre le Maryland et le Delaware et délimitait les frontières de ces deux états. Les esclaves noirs qui utilisaient le chemin de fer clandestin devaient traverser la ligne Mason-Dixon pour tenter de gagner la liberté. Même après la guerre, cette frontière est restée un fort symbole de division culturelle entre les États du Sud et du Nord. John Fitzgerald Kennedy a construit une autoroute traversant la ligne qui est aujourd’hui nommée en son honneur. Dans l’usage, elle représente aujourd’hui la démarcation formelle entre le Nord et le Sud des États-Unis.      Il existe deux hypothèses pour expliquer l’origine des expressions « Dixie » et « Dixieland » pour désigner les États du sud. La première l’attribue à la ligne Mason-Dixon et la seconde au  billet de banque américain de dix dollars ; en effet, le dit billet en circulation dans les États de l’Union au cours de la guerre de sécession portait la mention « TEN » dollars, soit dix en anglais, alors que le billet de même valeur circulant dans les États de la Confédération portait la mention « DIX » au lieu de « TEN ». D’où le « DIXIELAND », ou « pays du dix ».    

Mason et Dixon, couverture du roman de Thomas Pynchon

Le romancier américain Thomas Pynchon a fait de cette ligne le sujet d’un roman halluccinant, Mason et Dixon, qui nous emmène dans l’Amérique du XVIIIe siècle et que le romancier traite comme la matérialisation d’un désir : une fuite en avant vers l’Ouest sauvage de l’hédoniste Dixon, un retour impossible vers le passé (l’Est) pour l’endeuillé Mason qui vient de perdre sa femme. « La frontière que les deux hommes vont tracer (avec leur équipe de bûcherons, cuisinier, indiens, etc.) va marquer physiquement le monde. Elle traverse à la fois un espace, un territoire et un temps. Elle est une avancée vers l’inconnu comme peut l’être aussi l’écriture. Elle doit son existence à l’accouplement de l’homme avec la nature (l’observation des étoiles pour définir sa latitude), de la science (boussole et compas) avec le pouvoir. Surtout elle donne la primauté sur la représentation du monde plutôt que sur le monde lui-même. Elle fonde ainsi une mythologie moderne comme une Odyssée fondatrice. » (le Matricule des Anges)
Mason & Dixon de Thomas Pynchon Seuil 27.50 €

°°°

A_Plan_of_the_West_Line_or_Parallel_of_Latitude_-_WDL

Un peu d’histoire :

   En 1681, le roi Charles II d’Angleterre remet une partie de ses propres avoirs fonciers en Amérique au Quaker William Penn pour honorer une dette auprès de sa famille. Les terres cédées étaient d’importance puisqu’elles incluaient ce qui est aujourd’hui la Pennsylvanie et le Delaware. William Penn débarque pour la première fois sur le sol américain en 1682 à New Castle, l’ancienne Nieuw-Amstel fondée par les Hollandais en 1651 et devenue anglaise après que les anglais eurent conquis la Nouvelle-Hollande en 1664.  Une partie des colons présents sur place lui prête allégeance mais Charles Calvert, 5ème baron Baltimore de confession catholique qui considérait avoir des droits sur le Maryland n’accepta pas cet accord. Ce litige territorial opposa les États de Pennsylvanie et du Maryland jusqu’au moment où les descendants des deux protagonistes,  Thomas Penn et Frederick Calvert,  se résolurent en 1763 à faire appel à l’arbitrage de deux géomètres britanniques, Charles Mason et Jeremiah Dixon, qui reprirent les travaux inachevés ou imprécis des cartographes américains . Leur première tâche consista à tracer une ligne partant du milieu de la ligne transpéninsulaire de Delmarva et arrivant au nord en tangente au cercle des 12 miles autour de New Castle, séparant la Pennsylvanie des trois comtés qui deviendront plus tard le Delaware. Grâce à leurs instruments et leur méthode astronomique plutôt que fil à plomb et boussole, ils achevèrent ce tracé avec une erreur de quelques mètres là où leurs prédécesseurs tombaient à plus de 300 mètres à cause des anomalies de gravité et de champs magnétique. Partant du cercle des 12 miles, ils tracèrent ensuite la frontière est-ouest entre la Pennsylvanie et le Maryland, qui passera à la postérité sous le nom de ligne Mason-Dixon et qui demeure réputée aujourd’hui par le rôle de frontière culturelle qu’elle a jouée entre les états du sud et du nord des USA. L’expédition ayant négocié avec les Iroquois son passage au-delà du Potomac, s’enfonça à l’ouest autant que le permettaient le courage des défricheurs et l’hostilité des autres tribus. Elle s’arrêta au bout de 233 miles (375 kilomètres) quand elle atteint le Grand Sentier de Guerre Indien que les Mohawks imposèrent comme limite.       Mason et Dixon furent nommés membres correspondants de la Société philosophique américaine en avril 1768.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

   L’épopée de Charles Mason et Jeremiah Dixon d’une chanson de Mark Knopfler intitulée Sailing to Philadelphia, tirée de l’album du même nom.

         Sailing To Philadelphia (Mark Knopfler et les Dire Straits)

I am Jeremiah Dixon                                    Je m’appelle Jeremie Dixon
I am a Geordie boy                                       je suis un Geordie boy
A glass of wine with you, sir                      Un verre de vin avec vous, Monsieur
And the ladies I’ll enjoy                              Et je charmerais toutes les femmes
All Durham and Northumberland           Tout le pays de Durham et du Nothumberland
Is measured up by my own hand             a été cartographié par mes propres mains
It was my fate from birth                           J’étais destiné dés ma naissance
To make my mark upon the earth            à apposer ma marque sur cette terre

He calls me Charlie Mason                         Il m’appelle Charlie Mason
A stargazer am I                                            chasseur d’étoiles je suis
It seems that I was born                              il semble bien que je sois né
To chart the evening sky                             pour tracer le ciel du soir
They’d cut me out for baking bread         Ils me voyaient boulanger
But I had other dreams instead                 Mais j’avais d’autres rêves
This baker’s boy from the west country  le petit mitron du sud-ouest
Would join the Royal Society                     voulait rejoindre la Royal Society

We are sailing to Philadelphia                  Nous naviguons vers Philadelphie
A world away from the coaly Tyne          un monde éloigné de la charbonneuse Tyne
Sailing to Philadelphia                                Nous voguons vers Philadelphie
To draw the line                                           Pour tracer une frontière,
A Mason-Dixon Line                                    la Mason-Dixon line

Now you’re a good surveyor, Dixon        Sûr, tu es un bon géomètre, Dixon
But I swear you’ll make me mad              Mais tu finiras par me rendre fou
The West will kill us both                           l’Ouest nous tuera tous les deux
You gullible Geordie lad                             Toi, le crédule Geordie
You talk of liberty                                        Tu parles de liberté
How can America be free                          Comment l’Amérique peut elle être libre
A Geordie and a baker’s boy                      Un Geordie et un mitron
In the forests of the Iroquois                     Dans les forêts des Iroquois

Now hold your head up, Mason                Maintenant, relève la tête, Mason
See America lies there                                Vois l’Amérique qui s’étend devant toi
The morning tide has raised                      la marée du matin dévoile
The capes of Delaware                                les caps du Delaware
Come up and feel the sun                          Vient sentir le soleil sur ta peau.
A new morning has begun                         Une nouvelle matinée commence
Another day will make it clear                  qui doit nous éclairer sur les raisons
Why your stars should guide us here      qui ont fait que les étoiles nous ont guidées ici

We are sailing to Philadelphia                  Nous avons pris la mer pour Philadelphie
A world away from the coaly Tyne          un monde éloigné de la charbonneuse Tyne
Sailing to Philadelphia                                Nous voguons vers Philadelphie
To draw the line                                           Pour tracer une frontière,
A Mason-Dixon Line                                   La Mason-Dixon Line

Songwriters: KNOPFLER, MARK
Sailing To Philadelphia lyrics © Universal Music Publishing Group
 
°°°
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Geordie boy :   garçon originaire de Tyneside dans le NE de l’Angleterre
gullible : crédule
surveyor :  géomètre, arpenteur
to swear : jurer
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Brothers in Arms du groupe Dire Straits par Mark Knopfer (1985)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Mark Knopfer interprétant Brothers in Arms à Berlin en 2007

°°°

Mark Knopfler 2006

Mark Knopfler 2006

    » Brothers in Arms  » est une chanson du groupe de rock Dire Straits, composée par Mark Knopfler et apparaissant comme la piste de clôture de l’album du même nom paru en 1985. Brothers in Arms est assez différent des autres morceaux du groupe, plus calme et planant. Il a été réédité en 2007 dans une édition spéciale pour commémorer le 25e anniversaire de la guerre des Malouines. Il existe deux versions de studio de cette chanson enregistrée : la version de l’album qui est de 6 h 55 minutes et une version plus courte qui est de 6 h 05 minutes et dispose solos plus courts au début et à la fin de la chanson. La version qui apparaît sur ​​greatest hits album de Dire Straits, The Very Best of Dire Straits , est de 04 h 55 minutes. La version présenté sur l’album live dans la nuit contient un supplément de guitare pedal steel solo et est de 08 h 55. La pleine longueur, version album studio (06 h 55 minutes) a également été inclus sur la compilation 2005 The Best of Dire Straits et Mark Knopfler et Private Investigations .

 

Brothers in Arms

These mist covered mountains                     Ces montagnes couvertes de brouillard
Are a home now for me                                 Sont maintenant un foyer pour moi
But my home is the lowlands                        Mais ma patrie est dans les Basses Terres
And always will be                                          Et Toujours le sera

Some day youll return to                               Un jour vos retrouverez
Your valleys and your farms                         Vos  vallées et vos fermes
And youll no longer burn                              Et vous n’aurez plus à détruire et brûler
To be brothers in arms                                   avec vos frères d’armes


Through these fields of destruction            Dans les champs de destruction
Baptisms of the fire                                        Et les baptèmes du feu
I’ve witnessed all your suffering                  j’ai été témoin de vos souffrances
As the battles raged higher                           comme les combats qui faisaient rage

And though they did hurt me so bad          et bien qu’ils nous ont fait si mal
In the fear and alarm                                     dans l’angoisse et l’alarme
You did not desert me                                     vous ne m’avez pas abandonné 
My brothers in arms                                      mes frères d’armes


Theres so many different worlds                 Il y a tant de mondes différents
So many different suns                                  Tant de soleils différents 
And we have just one world                         Et nous n’avons qu’un seul Terre
But we live in different ones                         Et pourtant nous vivons dans des mondes si différents.


Now the suns gone to hell                             Maintenant les soleils sont partis en enfer
Moon riding high                                            et la Lune chevauche très haut
Let me bid you farewell                                 Laissez-moi vous dire adieu
Every man has to die                                     Chaque homme doit mourir

But its written in the starlight                      mais c’est écrit dans les étoiles
And every line on your palm                        et sur calque ligne de votre main
Were fools to make war                                Nous sommes fous de faire la guerre
On our brothers in arms                                à nos frères d’armes

 Mark Knopfler

°°°

Joan Baez interprétant Brothers in Arms en 1988

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––