And the damage is done…


R-75751-1471469805-9437.jpeg.jpg

Damage

I found the way
By the sound of your voice
So many things to say
But these are only words
Now I’ve only words
Once there was a choice

Did I give you much?
Well, you gave me things
You gave me stars to hold
Songs to sing

I only want to be loved

And I hurt and I hurt
And the damage is done
You gave me songs to sing
Shadow and sun
Earthbound, starblind
Tied to someone

Why didn’t I stay?
Why couldn’t I?
So many lives to cross
Well, I just had to leave
There goes everything
Everything

Can I meet you there?
God knows the place
And I’ll touch your hand
Kiss your face

We only want to be loved
We only want to be loved

I only want to be loved
And I hurt and I hurt
And the damage is done
You gave me songs to sing
Shadow and sun
Earthbound, starblind
Tied to someone

***


David Sylvian et Robert Fripp.jpg

     La magnifique chanson Damage interprétée par le duo de musiciens hors pair David Sylvian et Robert Fripp fait partie de l’album Live éponyme paru en 1994 qui avait été enregistré par les deux musiciens lors du dernier concert donné lors leur tournée commune de 1993 et mixé par Fripp. Il a été réédité de manière heureuse en 2001 avec une qualité de son nettement améliorée par David Sylvian (Label Virgin). 


le Soir ou les illusions perdues


Mélancolia

(c) Walker Art Gallery; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Charles Gleyre – le soir ou Les illusions perdues, 1843

      C’est le tableau grâce auquel le peintre romantique Charles Gleyre connaîtra enfin à l’âge de 37 ans la notoriété. Présenté sous le titre Le Soir au Salon de 1843, le tableau qui préfigure la peinture symboliste est récompensé d’une médaille d’or et est acquis par l’État qui l’exposera au Musée Royal des artistes vivants. Il sera par la suite abondamment diffusé en forme gravée sous le titre Les Illusions perdues, qui reprend le titre d’un roman de Balzac édité entre 1837 et 1843. Le tableau reproduirait une vision qu’aurait fait le peintre une journée de mars 1835 sur les bords du Nil alors qu’il méditait sur la perte de sa jeunesse et des illusions de gloire et d’amour qui l’avaient accompagné. Le tableau avait l’ambition de réaliser « la triple harmonie entre les formes, les couleurs et les sons ».

1046940.jpeg

1046951

« Un homme dont la barbe commence à s’argenter contemple, assis et rêveur, les illusions, les plaisirs de la jeunesse qui s’enfuient… »   (Francis Wey)

Ch. Gleyre, Les Illusions perdues, huile sur toile, 156,5 x 238 cm, 1843.jpg

Photographie du tableau réalisée à l’époque  par la société Goupil et Cie


Et maintenant, cultivons un peu notre mélancolie…


« For the times they are a-changin’ »    interprété par Keb’ Mo’


Come gather around people

Wherever you roam
And admit that the waters
Around you have grown
And accept it that soon
You’ll be drenched to the bone
And if your breath to you is worth saving
Then you better start swimming or you’ll sink like a stone
For the times they are a-changing

Come writers and critics
And keep your eyes wide
The chance won’t come again
And don’t speak too soon
For the wheel’s still in spin
And there’s no telling who that it’s naming
For the loser now will be later to win
Cause the times they are a-changing

Come senators, congressmen
Please heed the call
Don’t stand in the doorway
Don’t block up the hall
For he that gets hurt
Will be he who has stalled
There’s the battle outside raging
It’ll soon shake your windows
And rattle your walls
For the times they are à-changing

Comme mothers and fathers
Throughout the land
And don’t criticize
What you can’t understand
Your sons and your daughters
Are beyond your command
Your old road is
rapidly aging
Please get out of the new one
If you can’t lend your hand
For the times they are a-changing

The line it is drawn
The curse it is cast
The slow one now
Will later be fast
As the present now
Will later be past
The order is
Rapidly fading
And the first one now
Will later be last
For the times they are a-changing

To roam : errer / To drench : tremper / to lend : prêter / curse : malediction / cast : jeter / fading : décolorer


Keb'Mo'.png   Keb’ Mo’, de son vrai nom Kevin Moore, est un chanteur et guitariste de blues américain, né à Los Angeles, Californie, en 1951. Il a remporté plusieurs Grammy Award du Meilleur disque de Blues contemporain. Après avoir commencé une carrière d’acteur de théâtre même s’il pratiquait la musique depuis son adolescence, essentiellement du calypso et du folk acoustique sous l’influence d’un de ses oncles folk singer. Il a été repéré par les commerciaux de chez Sony, qui lui ont proposé de jouer au nouveau Robert Johnson (crédit Wikipedia)


Mais peut-être préférez-vous la version originale par Bob Dylan de 1964