Bouée de sauvetage : « Till the End of the World » (I’ll Love You)


Nick Cave and the Bad Seeds
(I’ll Love You) Till the End of the World – un parfum de Leonard Cohen…
A song from the soundtrack to the film by Wim Wenders

Bouée de sauvetage

    Foutez le monde en l’air, détruisez la planète, noyez-la sous des millions de tonnes d’ordures, empoisonnez l’air, traquez le dernier requin, la dernière baleine, le dernier éléphant et le dernier rhinocéros, Menez la guerre chimique contre les papillons, les abeilles et les oiseaux, stérilisez la terre et la mer, détruisez l’humus et remplacez le plancton par du plastique, gavez vos gosses et vous avec, de nourriture Frankenstein, hypothéquez leur avenir par des injections massives de produits de synthèse, de nanoparticules, de particules radioactives, de métaux lourds, d’hormones variées et de perturbateurs endocriniens, détruisez-vous les uns les autres sous des tonnes de bombes, à la ceinture d’explosifs, au sabre, au canif, avalez la terre toute entière avec votre grande gueule et votre absence totale de goût, enivrez-vous, hantez les quartiers minables peuplés de cafards, les bas-fonds aux rues jonchées de tessons de bouteilles et de vomissures, gueulez après votre chien, votre femme ou vos gosses, cognez-les pour libérer votre frustration et votre colère et soudain vous voilà redevenu ridiculement un petit enfant qui prie, non pas un Dieu en lequel il ne croit plus, mais simplement pour pouvoir se blottir l’espace d’un instant contre le sein d’une madone charnelle aux yeux anthracite ou azurés comme le ciel, aux longs cheveux bouclés noirs comme le charbon ou immaculés comme la neige…

     Hypocrite et pathétique…

Enki sigle 

Notre Dame de Grasse - Musée des Augustins de Toulouse, vers 1460-1480

Till the End of the World (1991)

It was a miracle I even got out of Longwood alive,
this town full of men with big mouths and no guts;
I mean if you can just picture it,
the whole third floor of the hotel gutted by the blast
and the street below showered in shards of broken glass,

and all the drunks pouring out of the dance halls
staring up at the smoke and the flames ;
and the blind pencil seller waving his stick
shouting for his dog that lay dead on the side of the road ;
and me, if you can believe this,
at the wheel of the of the car
closing my eyes and actually praying ;
not to God above but to you, saying :

Help me, girl ; help me, girl
I’ll love you till the end of the world
With your eyes black as coal
and your long dark curls

Some things we plan,
we sit and we invent and we plot and cook up ;
others are works of inspiration, of poetry ;
and it was this genius hand that pushed me up the hotel stairs
to say my last goodbye
to a hair as white as snow and of pale blue eyes
[saying :]
I gotta go ; I gotta go,
the bomb in the bread basket are ready to blow

in this town of men with big mouths and no guts,
the pencil seller’s dog, spooked by the explosion,
leaping under my wheels as I careered out of Longwood
on my way to you waiting in your dress,
in your dress of blue

I said:
Thank you, girl; thank you, girl
I’ll love you till the end of the world
with your eyes black as coal
and your long, dark curls

and with the horses prancing through the fields,
with my knife in my jeans and the rain on the shield ;
I sang a song for the glory of the beauty of you
waiting for me
in your dress of blue

Thank you, girl. Thank you, girl
I’ll love you till the end of the world
with your eyes black as coal
and your long, dark curls
°°°


 

Nick Cave & the Bad Seeds : Into My Arms (The boatman’s call)


Un peu de spleen…

Into My Arms (The Boatman’s Call, 1997). Full Album.


« Into My Arms »

I don’t believe in an interventionist God
But I know, darling, that you do
But if I did I would kneel down and ask Him
Not to intervene when it came to you
Not to touch a hair on your head
To leave you as you are
And if He felt He had to direct you
Then direct you into my arms

Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms

And I don’t believe in the existence of angels
But looking at you I wonder if that’s true
But if I did I would summon them together
And ask them to watch over you
To each burn a candle for you
To make bright and clear your path
And to walk, like Christ, in grace and love
And guide you into my arms

Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms

But I believe in love
And I know that you do too
And I believe in some kind of path
That we can walk down, me and you
So keep your candles burning
And make her journey bright and pure
That she will keep returning
Always and evermore

Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms, O Lord
Into my arms


L’album The Boatman’s Call

     Cet album paru en 1997 est considéré par beaucoup comme le meilleur album de Nick Cave. D’un ton sombre, minimaliste et intimiste, il a été comparé à l’album Blood on the Tracks de Bob Dylan que celui-ci avait réalisé en 1975 à la suite de son troisième divorce avec Sara Lowds après dix ans de vie commune. Comme pour Dylan, l’album a marqué un tournant important dans la carrière de Nick Cave avec un changement de style et de thématique détournés du gothique et exprimant cette fois des préoccupations spirituelles et romantiques. Trois des chansons de l’album font références à la chanteuse PJ Harvey dont la brève histoire d’amour avec Nick Cave vient de se terminer, la chanson Green Eyes rappelle sa liaison avec Tori Amos pour qui elle a été écrite. Une autre est adressée à son ex-femme Viviane Carneiro.  (crédit Wikipedia) – Mes chansons préférées sont soulignées en gras.

  1- Into My Arms (4:15)
  2- Lime Tree Arbour (2:56)
  3- People Ain’t No Good (5:42)
  4- Brompton Oratory (4:06)
  5- There Is a Kingdom (4:52)
  6- (Are You) the One That I’ve Been Waiting For ? (4:05)
  7- Where Do We Go Now but Nowhere ? (5:46)
  8- West Country Girl (2:45)
  9- Black Hair (4:14)
10- Idiot Prayer (4:21)
11- Far From Me (5:33)
12- Green Eyes (3:32)

hqdefault
Nick Cave et PJ Harvey


Nick Cave – To Be By Your Side


Allons voler ensemble…

To Be By Your Side

Across the oceans across the seas,
Over forests of blackened trees.
Through valleys so still we dare not breathe,
To be by your side.
 
Over the shifting desert plains,
Across mountains all in flames.
Through howling winds and driving rains,
To be by your side.
 
Every mile and every year,
For everyone a little tear.
I cannot explain this, dear,
I will not even try.
 
Into the night as the stars collide,
Across the borders that divide
Forests of stone standing petrified,
To be by your side.
 
Every mile and every year,
For every one a single tear,
I cannot explain this, dear,
I will not even try.
 
For I know one thing,
Love comes on a wing,
For tonight I will be by your side,
But tomorrow I will fly.
 
From the deepest ocean to the highest peak,
Through the
°°°
Nick Cave
°°°

shifting : déplacement   –   howling : hurlement  –  tear : larme  –  to collide ; entrer en collision


« Push the Sky Away » par Nick Cave et The Bad Seeds


Repousser le ciel

« Push The Sky Away »

I was ridin’, I was ridin’, oh
The sun, the sun, the sun was rising from the fields

I got a feeling I just can’t shake
I got a feeling that just won’t go away
You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

And if your friends think that you should do it different
And if they think that you should do it the same
You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

And if you feel you got everything you came for
If you got everything and you don’t want no more
You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

And some people say it’s just rock and roll
Oh but it gets you right down to your soul
You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

You’ve gotta just keep on pushing and, keep on pushing and
Push the sky away

°°°

L’album et la photo de la pochette

   Push the Sky Away est le 15e album studio du groupe australien Nick Cave and the Bad Seeds sorti le 18 février 2013. Il a été enregistré aux studios La Fabrique de Saint-Rémy de Provenceet a été produit par Nick Launay. Il s’agit du premier album enregistré sans Mick Harvey qui a quitté le groupe en janvier 2009. La pochette de l’album montre Cave illuminant son épouse, Susie Bick, debout et entièrement nue. La photo a été prise dans la propre chambre de Nick Cave sans rapport avec l’album par la photographe Dominique Issermann, une amie du couple. La photographe était venue chez eux pour prendre des photos de Susie Bick, mannequin, pour un magazine de mode. Nick cave est entré dans la pièce où les deux femmes travaillaient au moment où Susie Bick venait d’enlever une cape avec laquelle elle posait ; elle était nue. Isserman a alors demandé à Nick Cave d’ouvrir la fenêtre, sa femme a été éblouie par la lumière et a penché la tête, et la photographe a photographié la scène par réflexe. Susie Bick et Dominique Issermann ont ensuite repris leur travail. Ce n’est que par la suite que la photographe a revu cette photo, l’a trouvée « incroyable » et l’a montrée à Nick Cave qui a décidé d’en faire la pochette du disque. (Crédit Wikipedia)

Liste des titres de l’album « Push the Sky away »

  •  1.     We No Who U R       ****                       6.     We Real Cool                      ***
  •  2.     Wide Lovely Eyes    ***                        7.     Finishing Jubilee Street    ****
  •  3.     Water’s Edge            *****                     8.     Higgs Boson Blues             ****
  •  4.     Jubilee Street            ***                        9.     Push the Sky Away          *****
  •  5.     Mermaids                 *****                         (chanson présentée dans cet article)

     L’édition Deluxe de l’album comprend 2 autres titres en bonus :

  • 10.     Needle Boy              ***                         11.     Lightning Bolls                 ****

Eve chassée du paradis

   Lorsque j’ai visualisé pour la première fois cette pochette de disque, j’ai pensé immédiatement à la scène « Adam et Ève chassés du Paradis » que le peintre de la Renaissance italienne Masaccio a peint entre 1435 et 1458 pour la Chapelle Brancacchi de l’église Santa Maria del Carmine à Florence. Ce qui est troublant dans cette photo spontanée prise par la photographe Dominique Issermann et donc aucunement préparée, c’est que « l’Adam » Nick Cage semble avoir pris la place de l’archange Michel, chef de la milice céleste qui contrôle les entrées et sorties du paradis et de l’Enfer, et paraît expulser sa propre épouse « Ève », Susie Bick ; le bras tendu pour ouvrir le rideau afin de faire entrer la lumière (divine ?) semble indiquer à la jeune femme la direction de la sortie du Paradis. Le titre de l’album serait-il en rapport avec cette photo ?

Masaccio,_The_Expulsion

Masaccio – Adam et Ève chassés du Jardin d’Éden avant et après restauration


Deux chansons poignantes de Nick Cave, artiste australien vivant à Brighton (GB)


          1495753107770-nick-cave-3.png

« Skeleton Tree »

Sunday morning, skeleton tree
Oh, nothing is for free
In the window, a candle
Well, maybe you can see
Fallen leaves thrown across the sky
A jittery TV
Glowing white like fire
Nothing is for free
I called out, I called out
Right across the sea
But the echo comes back in, dear
And nothing is for free

Sunday morning, skeleton tree
Pressed against the sky
The jittery TV
Glowing white like fire
And I called out, I called out
Right across the sea
I called out, I called out
That nothing is for free

And it’s alright now
And it’s alright now
And it’s alright now

         


Nick-Cave-010-384x372

    Nicholas Edward Cave, dit Nick Cave, né le 22 septembre 1957 à Warracknabeal (Australie) est un artiste pluridisciplinaire australien, chanteur, auteur, compositeur, écrivain, poète, scénariste et occasionnellement acteur. Il a acquis sa notoriété avec le groupe Nick Cave and the Bad Seeds où il exprime sa fascination pour la musique populaire américaine et ses racines notamment le blues. Marié à l’actrice et mannequin anglaise Susie Bick, il réside à Brighton en Angleterre. (crédit Wikipedia)
    L’album Skeleton Tree d’où est tiré la chanson présentée ci-dessus a été produit après la mort de son fils Arthur, 15 ans, l’un de ses jumeaux, tombé de la falaise d’Ovingdean Gap près de Brighton après avoir expérimenté pour la première fois du L.S.D. (Se reporter à ce sujet à l’excellent article de Télérama du 12/09/2016, : c’est ICI). La seconde chanson (et première chanson sur l’album), Jesus alone, présentée ci-après, a pour premiers mots : « Tu es tombé du ciel, pour t’écraser dans un champ… »

Capture d’écran 2017-08-13 à 18.04.02.png


« Jesus Alone »

You fell from the sky
Crash landed in a field
Near the river Adur
Flowers spring from the ground
Lambs burst from the wombs of their mothers
In a hole beneath the bridge
She convalesce, she fashioned masks of clay and twigs
You cried beneath the dripping trees
Ghost song lodged in the throat of a mermaidWith my voice
I am calling youYou’re a young man waking
Covered in blood that is not yours
You’re a woman in a yellow dress
Surrounded by a charm of humming birds
You’re a young girl full of forbidden energy
Flickering in the gloom
You’re a drug addict lying on your back
In a Tijuana hotel roomWith my voice
I am calling you
With my voice
I am calling youYou’re an African doctor harvesting tear ducts
You believe in God, but you get no special dispensation for this belief now
You’re an old man sitting by a fire, hear the mist rolling off the sea
You’re a distant memory in the mind of your creator, don’t you see?With my voice
I am calling you
With my voice
I am calling youLet us sit together until the moment comesWith my voice
I am calling youLet us sit together in the dark until the moment comes

With my voice
I am calling you
With my voice
I am calling you
With my voice
I am calling you
With my voice
I am calling you


to burst : éclater  –   womb : utérus  –twig : brindille  –  beneath : sous  –  dripping  : égouttage  –  waking : se réveillant  –  humming : bourdonnant  –  flickering : vacillant  –  harvesting : récolte  –  duct : canal  –  mist : brouillard  –  rolling : roulant