rêve d’une île

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

l’île dans les nuages

Capture d’écran 2016-02-02 à 09.09.02

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Et qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-11-06 à 13.15.12

Eh! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

J’aime les nuages…
les nuages qui passent…
là-bas…
là-bas…
les merveilleux nuages!

Baudelaire, Petits poèmes en prose, I (1869)

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Cosmos

Cosmos

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

nuées orageuses sur le lac d’Annecy

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

nuages sur les montagnes et le lac - photo Enki

°°°

      Comment exprimer cette foule de sensations fugitives que j’éprouvais dans mes promenades ? Les sons que rendent les passions dans le vide d’un cœur solitaire ressemblent au murmure que les vents et les eaux font entendre dans le silence d’un désert ; on en jouit, mais on ne peut les peindre.
      L’automne me surprit au milieu de ces incertitudes : j’entrai avec ravissement dans le mois des tempêtes. Tantôt j’aurais voulu être un de ces guerriers errant au milieu des vents, des nuages et des fantômes ; tantôt j’enviais jusqu’au sort du pâtre que je voyais réchauffer ses mains à l’humble feu de broussailles qu’il avait allumé au coin d’un bois. J’écoutais ses chants mélancoliques, qui me rappelaient que dans tout pays le chant naturel de l’homme est triste, lors même qu’il exprime le bonheur. Notre cœur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes, et où nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs.
Le jour, je m’égarais sur de grandes bruyères terminées par des forêts. Qu’il fallait peu de chose à ma rêverie ! une feuille séchée que le vent chassait devant moi, une cabane dont la fumée s’élevait dans la cime dépouillée des arbres, la mousse qui tremblait au souffle du Nord sur le tronc d’un chêne, une roche écartée, un étang désert où le jonc flétri murmurait ! Le clocher solitaire s’élevant au loin dans la vallée a souvent attiré mes regards ; souvent j’ai suivi des yeux les oiseaux de passage qui volaient au-dessus de ma tête. Je me figurais les bords ignorés, les climats lointains où ils se rendent ; j’aurais voulu être sur leurs ailes. Un secret instinct me tourmentait : je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur, mais une voix du ciel semblait me dire : « Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue ; attends que le vent de la mort se lève, alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues que ton cœur demande. » 
      « Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! » Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur.

René (1802) de François-René de Chateaubriand

°°°

nuages

photos Enki

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Poésie : The Cloud de Percy Bisshe Shelley revu par Louise Ackermann

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

shelley

Percy Bisshe Shelley

                 The Cloud

                     I

I bring fresh showers for the thirsting flowers,
	From the seas and the streams;
I bear light shade for the leaves when laid 
	In their noon-day dreams.
From my wings are shaken the dews that waken
	The sweet buds every one,
When rocked to rest on their mother's breast,
	As she dances about the Sun.	
I wield the flail of the lashing hail,
	And whiten the green plains under,	
And then again I dissolve it in rain,
	And laugh as I pass in thunder.

                     II

I sift the snow on the mountains below,
	And their great pines groan aghast;
And all the night 'tis my pillow white,
	While I sleep in the arms of the blast.
Sublime on the towers of my skiey bowers,
	Lightning my pilot sits;
In a cavern under is fettered the thunder,
	It struggles and howls at fits;		
Over Earth and Ocean, with gentle motion,
	This pilot is guiding me,	
Lured by the love of the genii that move
	In the depths of the purple sea;
Over the rills, and the crags, and the hills,
	Over the lakes and the plains,
Wherever he dream, under mountain or stream,
	The Spirit he loves remains;	
And I all the while bask in Heaven's blue smile,
	Whilst he is dissolving in rains.

                     III

The sanguine Sunrise, with his meteor eyes,
	And his burning plumes outspread,
Leaps on the back of my sailing rack,
	When the morning star shines dead;
As on the jag of a mountain crag,
	Which an earthquake rocks and swings,
An eagle alit one moment may sit
	In the light of its golden wings.
And when Sunset may breathe, from the lit Sea beneath,
	Its ardours of rest and of love,	
And the crimson pall of eve may fall
	From the depth of Heaven above,
With wings folded I rest, on mine äery nest,
	As still as a brooding dove.

                      IV

That orbed maiden with white fire laden
	Whom mortals call the Moon,
Glides glimmering o'er my fleece-like floor
	By the midnight breezes strewn;
And wherever the beat of her unseen feet,
	Which only the angels hear,		
May have broken the woof, of my tent's thin roof,
	The stars peep behind her, and peer;
And I laugh to see them whirl and flee,
	Like a swarm of golden bees,
When I widen the rent in my wind-built tent,	
	Till the calm rivers, lakes, and seas,
Like strips of the sky fallen through me on high,
	Are each paved with the moon and these.

                      V

I bind the Sun's throne with a burning zone
	And the Moon's with a girdle of pearl;	
The volcanos are dim and the stars reel and swim
	When the whirlwinds my banner unfurl.	
From cape to cape, with a bridge-like shape,
	Over a torrent sea,
Sunbeam-proof, I hang like a roof --
	The mountains its columns be!
The triumphal arch, through which I march
	With hurricane, fire, and snow,
When the Powers of the Air, are chained to my chair,
	Is the million-coloured Bow;		
The sphere-fire above its soft colours wove
	While the moist Earth was laughing below.

                     VI

I am the daughter of Earth and Water,
	And the nursling of the Sky;
I pass through the pores, of the ocean and shores; 
	I change, but I cannot die --
For after the rain, when with never a stain 
	The pavilion of Heaven is bare,
And the winds and sunbeams, with their convex gleams, 
	Build up the blue dome of Air --	
I silently laugh at my own cenotaph 
	And out of the caverns of rain,
Like a child from the womb, live a ghost from the tomb, 
	I arise, and unbuild it again. --

           
            Percy Bisshe Shelley (1820)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jacob van RUYSDAEL - paysage avec nuages

Jacob van RUYSDAEL – paysage avec nuages

                                 Le nuage

                                                                   I.

Des ruisseaux et des mers
              J’apporte un bain de pleurs à la fleur embaumée ;
De mes hauts belvéders
             Je porte une ombre douce à la feuille pâmée.
J’éveille le bouton
             Quand dans le molleton
Sur le sein de sa mère il berce sa pensée,
             En tombant goutte à goutte en humide rosée.
Je fouette la grêle et par monts et par vaux,
             Et soudain je blanchis la terre,
Et puis me ravisant, j’en forme des ruisseaux
             Et lui rends sa verdure…… en dépit du tonnerre.

                                     II.

Bien au-dessus de moi
            Je tamise la neige, et les hauts pins gémissent ;
Et la nuit, comme un Roi
             Sur cet oreiller blanc mes membres s’assoupissent.
Dans les castels de l’air
             Mon pilote, l’éclair,
Se tient, muet sublime, observant le tonnerre
             Qui s’agite en dessous comme un foudre de guerre ;
Lors à travers la terre, à travers l’océan
             Bien doucement mon pilote me guide,
Prenant quelquefois son élan,
             Soit vers les rocs aigus, soit vers quelqu’Atlantide,
En quête où les Esprits assemblent leur divan,
             Où plane leur fluide ;
Jusqu’à ce qu’il soit sûr, sous un torrent, un mont,
              D’avoir trouvé l’Esprit qu’il aime ;
Et moi, pendant ce temps, je me chauffe au plafond
              Du ciel bleu ; – cependant qu’il se dissout lui-même !

III.

Le lever du soleil
             Avec ses réseaux d’or, ses yeux de météore,
M’arrache à mon sommeil,
             Quand l’étoile au matin dans l’azur s’évapore.
Tel sans craindre aucun choc
             L’aigle peut sur un roc
Ébranlé par la terre, asseoir son envergure,
             Et de son œil de feu visager la nature.
Et lorsque fatigué de sa course du jour
             Le soleil radieux dans l’océan se plonge,
Exhalant ses ardeurs de repos et d’amour,
             Et que le soir vient et s’allonge,
Moi, faisant de mon aile un suave abat-jour,
            Je dors comme un oiseau bercé par un doux songe.

IV.

Cette vierge aux feux blancs
            Que l’homme, en son jargon, appelle ainsi – la lune,
Se glissant sur mes flancs
            En tapinois, parcourt ma transparente dune ;
Et partout où bruit
            De ses pas le doux bruit,
De mon toit de vapeurs brisant la contexture
            Les étoiles soudain de montrer leur figure ;
Et je ris de les voir chacune cligner l’œil
           Comme feraient franches coquettes,
Et pour les exciter j’élargis mon linceuil,
           Et laisse passer les pauvrettes,
Jusqu’ à ce que les lacs, et la mer, et l’écueil,
           Tout soit enfin pavé de brillantes facettes.

V.

Avec chaînons d’or pur
            J’attache le soleil à la zone brûlante,
Et la lune à l’azur
            En roulant en anneaux la perle éblouissante ;
Les volcans sont blafards,
           Les étoiles brouillards,
Lorsque les tourbillons déployant ma bannière,
           Comme un soudain typhon je voile l’atmosphère.
Oh ! quand je marche ainsi, j’ai pour char triomphal
           Les Puissances de l’air, Neige, Grêle, Tonnerre,
De mon fougueux coursier l’univers est vassal ;
           Mais bientôt renaît la lumière,
L’arc aux mille couleurs allumant son fanal
           Vient éblouir le ciel et rajeunir la terre.

VI.

De la terre et de l’eau
           Je suis fils ; – mais au ciel j’ai fixé ma demeure ;
Et semblable à l’oiseau
           Dans les couches de l’air je me baigne à toute heure.
Je change à chaque instant
           Et sans mourir pourtant,
Car alors que, brillant, le ciel après la pluie
           S’empresse de sécher mes larmes qu’il essuie,
Et qu’il bâtit soudain le dôme bleu de l’air,
          Soudain aussi comme un vampire
Je sors de mon tombeau. – Puis plus prompt que l’éclair,
          Je jette à bas le dôme… au milieu d’un fou rire !

Percy Bisshe Shelley

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pierre-Henri de Valenciennes - études de nuages dans la campagne romaine, 1780

Pierre-Henri de Valenciennes – études de nuages dans la campagne romaine, 1780

Autre traduction

                                 
Le nuage (1820)

                                                                   I.

J’apporte de fraîches averses pour les fleurs assoiffées,
Venues des mers et des fleuves;
Je répands une ombre légère sur les feuilles qui reposent
Dans leurs rêves de midi.
De mes ailes, je secoue la rosée qui éveille
Tous les charmants bourgeons,
Bercés et assoupis sur le sein de leur mère,
Quant elle danse devant le soleil.
Je brandis le fléau de la grêle,
Fouettant et blanchissant les vertes plaines plus bas,
Puis, à nouveau, je la dissous en pluie,
Et je ris quand je passe, apportant le tonnerre.

II

Je tamise la neige sur les monts au dessous,
Et leurs pins géants gémissent de terreur;
Et toute la nuit, c’est là mon blanc oreiller,
Tandis que je dors, dans les bras de la tempête.
Souverain, sur les tours de mes demeures aériennes
Se tient l’éclair, mon pilote;
Dans un antre inférieur est enchaîné le tonnerre;
Il se débat et rugit par accès;
Au-dessus de la terre et de l’océan, d’un mouvement doux
Ce pilote me guide,
Attiré par l’amour des génies qui hantent
Les profondeurs de la mer empourprée;
Par dessus les ruisseaux, les rochers, les collines,
Par dessus lacs et plaines,
Partout où il rêve que, sous monts ou rivières,
L’esprit qu’il aime demeure;
Et moi tout ce temps, je me baigne dans le sourire bleu du firmament,
Tandis qu’il se fond en pluie.

IIII

Le soleil levant écarlate, aux yeux de météore,
Aux plumes de flammes largements ouvertes,
Bondit sur mes vapeurs flottantes,
A l’heure où s’amortit l’éclat de l’étoile du matin;
Comme à la pointe d’un roc escarpé
Qu’un tremblement de terre ébranle et fait osciller,
Un aigle perché se repose un moment
Dans la lumière de ses ailes d’or.
Et quand le soleil couchant exhale, de la mer qu’il illumine
Ses feux où s’endort l’amour,
Et que le linceul rutilant du soir
Tombe des hauteurs du ciel,
Les ailes repliées, je repose sur mon nid aérien,
Aussi tranquille qu’une tourterelle qui couve.

IV

Cette sphère vierge, rayonnante de flammes blanches,
Que les mortels appellent Lune
Glisse et luit sur ma toison
Éparpillée par les brises de minuit;
Et toutes les fois que ses invisibles pas
Entendus par les anges seulement,
Rompent la trame de ma mince tente,
Les étoiles regardent derrière elle à la dérobée;
Et je ris de les voir se mouvoir en cercle et fuir,
Comme un essaim d’abeilles dorées,
Quand j’élargis l’ouverture de ma tente, dressée par le vent;
Jusqu’à ce que les calmes rivières, les lacs et les mers,
Comme des rubans de ciel tombés de là-haut à travers moi,
Tous, miroitent sous la lune et sous les astres.

V

J’entoure le trône du Soleil d’une ceinture brûlante,
Et celui de la Lune d’une cordelière de perles;
Les volcans sont obscurs, les étoiles chancellent et tournoient
Quand les tourbillons déploient ma bannière.
D’un cap à l’autre, semblable à un pont,
Par dessus une mer torrentueuse,
Insensible aux rayons du soleil, je suspends ma voûte,
Dont les montagnes sont les colonnes.
L’arche triomphale à travers laquelle je m’avance
Avec la tempête, l’ouragan, le feu et la neige,
Quand les Puissances de l’air sont enchaînées à mon trône,
Est l’arc-en-ciel aux millions de couleurs;
Cette sphère de feu là-haut tissa ses changeantes teintes,
Tandis que la Terre humide riait au-dessous.

VI

Je suis l’enfant de la Terre et de l’eau,
Et le nourrisson du Ciel;
Je passe à travers les mailles de l’océan et du rivage;
Je change, mais ne puis mourir.
Car, après la pluie, quand sans la moindre tache,
Le pavillon du ciel est dégagé,
Et que le vent, avec les rayons du soleil, de leurs reflets convexes,
Bâtissent le dôme bleu de l’air,
Je ris en silence de mon propre cénotaphe;
Et, des cavernes de la pluie,
Comme un enfant du sein maternel, comme un fantôme de la tombe,
Je me lève, et le détruis à nouveau.

Percy Bisshe Shelley

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Louise Victorine Ackermann (1813-1890)

Louise Victorine Ackermann (1813-1890)

 

Le Nuage
I change, but I cannot die.
Shelley, the Cloud

Levez les yeux ! C’est moi qui passe sur vos têtes,
Diaphane et léger, libre dans le ciel pur ;
L’aile ouverte, attendant le souffle des tempêtes,
Je plonge et nage en plein azur.

Comme un mirage errant, je flotte et je voyage.
Coloré par l’aurore et le soir tour à tour,
Miroir aérien, je reflète au passage
Les sourires changeants du jour.

Le soleil me rencontre au bout de sa carrière
Couché sur l’horizon dont j’enflamme le bord ;
Dans mes flancs transparents le roi de la lumière
Lance en fuyant ses flèches d’or.

Quand la lune, écartant son cortège d’étoiles,
Jette un regard pensif sur le monde endormi,
Devant son front glacé je fais courir mes voiles,
Ou je les soulève à demi.

On croirait voir au loin une flotte qui sombre,
Quand, d’un bond furieux fendant l’air ébranlé,
L’ouragan sur ma proue inaccessible et sombre
S’assied comme un pilote ailé.

Dans les champs de l’éther je livre des batailles ;
La ruine et la mort ne sont pour moi qu’un jeu.
Je me charge de grêle, et porte en mes entrailles
La foudre et ses hydres de feu.

Sur le sol altéré je m’épanche en ondées.
La terre rit ; je tiens sa vie entre mes mains.
C’est moi qui gonfle, au sein des terres fécondées,
L’épi qui nourrit les humains.

Où j’ai passé, soudain tout verdit, tout pullule ;
Le sillon que j’enivre enfante avec ardeur.
Je suis onde et je cours, je suis sève et circule,
Caché dans la source ou la fleur.

Un fleuve me recueille, il m’emporte, et je coule
Comme une veine au coeur des continents profonds.
Sur les longs pays plats ma nappe se déroule,
Ou s’engouffre à travers les monts.

Rien ne m’arrête plus ; dans mon élan rapide
J’obéis au courant, par le désir poussé,
Et je vole à mon but comme un grand trait liquide
Qu’un bras invisible a lancé.

Océan, ô mon père ! Ouvre ton sein, j’arrive !
Tes flots tumultueux m’ont déjà répondu ;
Ils accourent ; mon onde a reculé, craintive,
Devant leur accueil éperdu.

En ton lit mugissant ton amour nous rassemble.
Autour des noirs écueils ou sur le sable fin
Nous allons, confondus, recommencer ensemble
Nos fureurs et nos jeux sans fin.

Mais le soleil, baissant vers toi son oeil splendide,
M’a découvert bientôt dans tes gouffres amers.
Son rayon tout puissant baise mon front limpide :
J’ai repris le chemin des airs !

Ainsi, jamais d’arrêt. L’immortelle matière
Un seul instant encor n’a pu se reposer.
La Nature ne fait, patiente ouvrière,
Que dissoudre et recomposer.

Tout se métamorphose entre ses mains actives ;
Partout le mouvement incessant et divers,
Dans le cercle éternel des formes fugitives,
Agitant l’immense univers.

Nice, 1871

Louise AckermannPoésies Philosophiques

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Matinale à la Miro : le ciel d’Annecy sur les Dents de Lanfon et La Tournette

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

aurore sur les Dents de lanfon et La Tournette- Dimanche 7 septembre à 7h 30 - IMG_4640

Matinale : Embrouillami de nuages dans le ciel d’Annecy sur les Dents de Lanfon et La Tournette à la façon de Miro – Dimanche 7 septembre à 7h 30 – photo Enki

°°°

Joan_Mir_by_Tutt_Art_6_

miro

°°°

Et pour finir, un petit poème de circonstance de Fernando Pessoa, Toujours je me réveille…

Toujours je me réveille avant le point du jour,
et j’écris lourd de ce sommeil que j’ai perdu.
Puis dans cette torpeur où le froid gagne l’âme,
je guette l’aurore, tant de fois déjà vue.
                  
Je la fixe sans attention, gris-vert
qui se bleuit du chant des coqs.
Quel mal à ne pas dormir ? Nous perdons
ce que la mort nous donne en avant-goût.
                  
Ô printemps apaisé, aurore,
enseigne à ma torpeur où le froid gagne l’âme,
ce qui en mon âme livide la colore
de ce qui va se passer dans le jour.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Fernando Pessoa (1888-1935), écrivain portugais génial : une vie dans les nuages…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Fernando Pessoa dans une rue de Lisbonne, vers 1927

Fernando Pessoa dans une rue de Lisbonne, vers 1927

°°°

Clouds HD Desktop Background

      J’ai relu dernièrement le beau texte que l’écrivain portugais Pessoa a écrit sur les nuages dans son livre Le livre de l’intranquillité. En fait, je formule mal mon introduction; dans cet extrait, Pessoa, alias Soarès, l’un de ses double, n’a pas écrit « sur les nuages » mais sur sa rencontre, le télescopage de son être le plus profond avec les nuages…
     Au-dessus des rues de Lisbonne que parcourt Pessoa-Soarès les nuées nuageuses venues de l’Atlantique, ces sempiternelles nuées nuageuses qui défilent dans le ciel de manière inexorable engagées qu’elle sont dans la réalisation de leur cycle cosmique, au point que l’on ne leur prête plus aucune attention, pèsent sur les habitants, même quand ceux-ci ne les regardent pas : « Nuages… J’ai conscience du ciel aujourd’hui, car il y a des jours où je ne le regarde pas, mais le sens plutôt ». En s’obscurcissant, les nuages ont soudainement manifestés leur présence, pris une importance considérable et se sont révélés porteurs d’une sourde menace : « Nuages… Ils sont aujourd’hui la réalité principale, et me préoccupent comme si le ciel se voilant était l’un des grands dangers qui menacent mon destin ». Le ciel nous surplombe, nous domine et en général on a tendance à l’oublier, engagés comme on l’est dans la réalisation de nos tâches terrestres. Ce n’est que quand nous faisons une pause dans l’exécution de ces tâches que nous pouvons lever les yeux au ciel et suivre la course et la métamorphose des nuages, déchiffrer la carte du ciel dans le scintillement des étoiles ou être fascinés par la face blafarde de la lune. Pessoa-Soarès, lui, déclare n’être jamais parvenu à s’engager pleinement dans les actions et les pensées liées à la réalité du monde terrestre, lui qui s’est toujours trouvé en état de fuite dans les domaines du rêve : « Je ne suis rien. / Je ne serai jamais rien. / Je ne peux vouloir être rien. / Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde. » (dans Fragments d’un voyage immobile) et encore : « Je veux être celui que j’ai voulu être, et que je ne suis pas. Si je cédais, je me détruirais. Je veux être une oeuvre d’art, dans mon âme tout au moins, puisque je ne peux l’être dans mon corps »). Son corps est soumis comme les autres hommes à l’action de la gravité terrestre mais son âme, ses pensées, trop légères et volatiles, soumises à une force inverse de nature centripète, comme aspirées irrésistiblement par le vide du ciel, ont trop souvent tendance, chez lui, à rompre le lien ténu qui les relie au corps. L’âme, livrée alors à elle-même, attirée par la lumière des astres, s’échappe et divague alors dans l’espace trop grand pour elle et finit par s’y perdre :  « je m’en vais à ma fenêtre, qui donne sur une rue étroite, je regarde le vaste ciel et ses astres nombreux, et je me sens libre, porté par une splendeur ailée dont je sens la vibration frémir dans mon corps tout entier. » et encore : « Quand est-ce que je m’éveillerai d’être réveillé ? / Je ne sais pas. Le soleil brille, haut, / Impossible à fixer. / Les étoiles clignotent, froides, / Impossible à raconter. » (poème Magnificat).

Dwie-Judha-Satria-chariot-allegory

      Cette vision de la pensée en quête d’absolu, portée par un attelage ailé vers les hautes sphères de l’Univers, rappelle l’attelage ailé des âmes attirées par l’immortalité décrit par Platon (Phèdre). Mais dans le récit exposé par Platon, l’attelage est composé de deux coursiers: si le premier est beau et de race excellente, l’autre en est tout le contraire et empêche l’âme d’atteindre le royaume des dieux et de devenir immortelle. Ne reste alors à l’âme malchanceuse, rabaissée, et qui a perdu ses ailes, que la succession du vécu d’une série de vies de durée limitée sur la terre, vies parfois illuminées du souvenir ébloui de la magnificence divine entrevue de loin durant un court moment lors de sa folle équipée…  Pour Pessoa-Soarès, en quête d’absolu et qui multiplie pour cela ses folles chevauchées dans les domaines du rêve et de l’imagination, le ciel est ses nuages symbolisent l’espace empli de pièges à traverser pour accéder au but espéré;  sa pensée se heurte alors aux formations nuageuses, entités changeantes et imprécises qui peuvent être lourdes de menaces. A leur contact, son être tout entier semble se dématérialiser, à ne se réduire qu’à un moment dans un processus de maturation inaccompli, c’est à dire presque rien, et être ainsi fait de la même absence de matière que les nuages : « J’existe sans le savoir, et je mourrai sans le vouloir. Je suis l’intervalle entre ce que je suis et ce que je ne suis pas, entre ce que je rêve et ce que la vie a fait de moi, je suis la moyenne arbitraire et charnelle entre des choses qui ne sont rien – et moi je ne suis pas davantage ». Le monde s’est évaporé, est devenu une nullité, une illusion, une image  inconsistante comme peut l’être un nuage : « Nuages… Ils sont tout, dislocation des hauteurs, seules choses réelles aujourd’hui entre la terre, nulle, et le ciel, qui n’existe pas ; lambeaux indescriptibles de l’ennui pesant que je leur impose ; brouillard condensé en menaces de couleur absente ». Cette incertitude, cette incapacité à agir sur une réalité qui se dérobe provoque de l’angoisse : « Quelle angoisse quand je sens, quel malaise quand je pense, quelle inutilité quand je veux ! ». Les pensées tournent en rond dans la prison de l’être et sont confrontées de manière récurrente à elles-mêmes, provoquant l’exaspération  : « Je suis saturé de tout, et du tout de tout. » A l’image de la prison de l’âme se substitue alors l’image de l’hôpital, c’est-à-dire de la folie ou de la maladie, un hôpital sans murs où la matière des nuages serait la même que celle des tas de cotons utilisés pour les soins. La dernière phrase du texte lève toute équivoque : le narrateur est l’égal des nuages, inconsistant, balloté entre des forces contraires incontrôlables, a mi-chemin de la réalité et de la fiction, sans pouvoir distinguer entre celles-ci, engagé dans une errance permanente : « Ils sont comme moi, passage épars entre ciel et terre, au gré d’un élan invisible, avec ou sans tonnerre, égayant le monde de leur blancheur ou l’obscurcissant de leurs masses noires, fictions de l’intervalle et de la dérive, ils sont loin du bruit de la terre, mais sans le silence du ciel. Nuages… Ils continuent de passer, ils passent toujours, ils passeront éternellement, enroulant et déroulant leurs écheveaux blafards, étirant confusément leur faux ciel dispersé. » L’attelage platonicien s’est disloqué et ses restes flottent en perdition au milieu des nuées nuageuses. 

Enki signature °°°

le 5 septembre 2014

°°°

°°°

°°°

images-2

°°°

Fernando Pessoa (1888-1935)

le texte :

Nuages…
     J’ai conscience du ciel aujourd’hui, car il y a des jours où je ne le regarde pas, mais le sens plutôt – vivant comme je le fais à la ville, et non dans la nature qui l’inclut.
Nuages…
     Ils sont aujourd’hui la réalité principale, et me préoccupent comme si le ciel se voilant était l’un des grands dangers qui menacent mon destin.
Nuages…
     Ils viennent du large vers le château Saint-Georges, de l’Occident vers l’Orient, dans un désordre tumultueux et nu, teinté parfois de blanc, en s’effilochant pour je ne sais quelle avant-garde ; d’autres plus lents sont presque noirs, lorsque le vent bien audible tarde à les disperser ; noirs enfin d’un blanc sale lorsque, comme désireux de rester là, ils noircissent de leur passage plus que de leur ombre le faux espace que les rues prisonnières entrouvrent entre les rangées étroites des maisons.
Nuages…
     J’existe sans le savoir, et je mourrai sans le vouloir. Je suis l’intervalle entre ce que je suis et ce que je ne suis pas, entre ce que je rêve et ce que la vie a fait de moi, je suis la moyenne arbitraire et charnelle entre des choses qui ne sont rien – et moi je ne suis pas davantage.
Nuages…
     Quelle angoisse quand je sens, quel malaise quand je pense, quelle inutilité quand je veux !
Nuages…
     Ils passent encore, certains sont énormes, et comme les maisons ne permettent pas de voir s’ils sont moins grands qu’il semble, on dirait qu’ils vont s’emparer du ciel tout entier, d’autres sont d’une taille incertaine, il s’agit peut-être de deux nuages réunis, ou d’un seul qui va se séparer en deux – ils n’ont plus de signification, là-haut dans le ciel las ; choses puissantes, balles irrégulières de quelque jeu absurde, toutes amassées d’un seul côté, esseulées et froides
Nuages…
     Je m’interroge et m’ignore moi-même. Je n’ai rien fait d’utile, ne ferai jamais rien que je puisse justifier. Ce que je n’ai pas perdu de ma vie à interpréter confusément des choses inexistantes, je l’ai gâché à faire des vers en prose, dédiés à des sensations intransmissibles, grâces auxquelles je fais mien l’univers caché. Je suis saturé de moi-même, objectivement, subjectivement. Je suis saturé de tout, et du tout de tout.
Nuages…
     Ils sont tout, dislocation des hauteurs, seules choses réelles aujourd’hui entre la terre, nulle, et le ciel, qui n’existe pas ; lambeaux indescriptibles de l’ennui pesant que je leur impose ; brouillard condensé en menaces de couleur absente ; boules de coton sale d’un hôpital dépourvu de murs.
Nuages…
    Ils sont comme moi, passage épars entre ciel et terre, au gré d’un élan invisible, avec ou sans tonnerre, égayant le monde de leur blancheur ou l’obscurcissant de leurs masses noires, fictions de l’intervalle et de la dérive, ils sont loin du bruit de la terre, mais sans le silence du ciel.
Nuages…
    Ils continuent de passer, ils passent toujours, ils passeront éternellement, enroulant et déroulant leurs écheveaux blafards, étirant confusément leur faux ciel dispersé. 

Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité, Christian Bourgois, trad : François Laye, P.77-78.
°°°
nuages

°°°


article lié :

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Quand les âmes vagabondent ou l’attelage ailé de Platon (Phèdre) 
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Dwie-Judha-Satria-chariot-allegory

    Supposons donc que l’âme ressemble aux forces combinées d’un attelage ailé et d’un cocher. Tous les chevaux et les cochers des dieux sont bons et de bonne race ; ceux des autres êtres sont formés d’un mélange. Chez nous d’abord, le chef de l’attelage dirige deux chevaux ; en outre, si l’un des coursiers est beau, bon et de race excellente, l’autre, par sa nature et par son origine, est le contraire du premier. Nécessairement donc la conduite de notre attelage est difficile et pénible. Mais pour quelle raison, un être vivant est-il donc désigné, tantôt comme mortel, tantôt comme immortel : c’est ce qu’il faut essayer d’expliquer. Tout ce qui est âme prend soin de tout ce qui est sans âme, fait le tour du ciel tout entier et se manifeste tantôt sous une forme et tantôt sous une autre. Quand elle est parfaite et ailée, elle parcourt les espaces célestes et gouverne le monde tout entier. Quand elle a perdu ses ailes, elle est emportée jusqu’à ce qu’elle s’attache à quelque chose de solide.

Pour la suite, c’est  ICI.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––