La vache et les prisonniers


Ombres chinoises

IMG_7795

21 juillet 2018, 9h 45. Dans la vallée du Laudon au-dessus du lac d’Annecy – photo Enki

      Un homme regardait une vache au travers de l’objectif d’un appareil photographique et la vache lui rendait son regard, intriguée. À mi distance de chacun d’eux, la présence anachronique dans ce lieu de nature d’une baignoire faïencée qui ne servira jamais à prendre un bain (et pourquoi n’aurions-nous pas le droit d’imaginer l’une des plantureuses et pulpeuses baigneuses aux chairs roses de Renoir y barboter ?) mais à épancher la soif de l’animal dans ce jour de canicule. Ce n’était pas à proprement parler la vache en elle-même qui intéressait le photographe — quoi de plus banal qu’une vache dans un pré — ni la baignoire, mais plutôt le désir de fixer une image pour l’éternité. Pour quelle raison ? Tentative pathétique d’arrêter la fuite inexorable du temps ? Désir de s’approprier cet évanescent fragment d’espace avant qu’il ne disparaisse définitivement du champs visuel et de la mémoire ? Un autre photographe était présent et s’apprêtait lui aussi à fixer la scène. Ce n’était ni la vache, ni le premier photographe, ni la baignoire, ni même le paysage dans lequel ils se trouvaient qui l’intéressaient mais la scène cocasse en ombre chinoise qui résultait de cette situation improbable. Pour quelle raison ? Sortir du statique et stérile état contemplatif du voyeur passif et répondre à l’exigeant besoin d’exister en agissant sur le monde qui taraude chaque être humain ?

   La vache et les photographes. Tous prisonniers de leurs déterminismes. Seule la baignoire est libre…


Quelques belles photos de la photographe grecque Antigone Kourakou


Antigone Kourakou : la tragédie du regard

Antigone Kourakou.jpg

Antigone Kourakou.png

Antigone Kourakou (2)

Antigone Kourakou (3).png

Antigone Kourakou vit et travaille à Athènes comme photographe et restauratrice d’oeuvres d’art. Elle est également mosaïste professionnelle et cette activité l’a conduite à participer à de nombreux évènements internationaux. Elle a débuté  la photographie en 1998, alors qu’elle était encore étudiante. Après s’être livrée à d’importantes recherches et expérimentations sur les aspects esthétiques et techniques de la photographie, elle s’est engagée pleinement dans l’activité photographique à partir de 2010.

PROFILE_PICTURE Antigone Kourakou.jpg
Antigone Kourakou