meraviglia : la montagne jaune vue par Don Hong-Oai


tumblr_o9jopcgzbm1qd3c2yo1_1280

Don Hong-Oai – Pine Peak, Yellow Mountain (Mont Huangshan), 1989

don-hong-oai-pine-peak-yellow-mountain-1989    En Chine l’expression utilisée pour désigner le paysage est shan-shui qui signifie « montagne-eau » qui exprime bien, pour reprendre l’expression du philosophe François Jullien, spécialiste de la pensée chinoise, « le jeu des polarités » entre le haut et le bas, le vertical et l’horizontale, de ce qui a forme (la montagne, les rochers, les arbres) et de ce qui n’a pas forme (l’eau, l’air, les nuages), de l’immobile et du mouvant, de l’opaque et du transparent… Pour les chinois, ces états de la matière ne sont pas figés et inertes, ils sont les formes mouvantes et transitoire d’une « énergie qui tantôt se densifie, se durcit, s’opacifie; et tantôt se dilue, se diffuse et devient expansive » et « le paysage condense ainsi et concentre en lui les interactions qui ne cessent de tisser le monde et de l’habiter : de l’animer.» Pour son cadrage et la composition de sa photo, le photographe Don Hong-Oai a repris les principes auxquels se référaient les peintres chinois des XIIe et XIIIe siècle tel le célèbre Ma Yuan : structurer la composition en concentrant les éléments «denses» du paysages comme les rochers et les arbres dans une partie limitée du tableau — ici à droite de la diagonale qui joint deux angles opposés de la photo — et réserver le reste de l’espace à la représentation de l’immatériel comme l’eau, les nuages ou les formes imprécises des monts lointains qui symbolisent l’infini. Les pins qui s’accrochent à la roche et se projettent dans le vide et les oiseaux qui perchent à la cime des arbres et prennent leur envol expriment les échanges d’énergie entre les deux polarités du «plein» et du «vide».


don-hong-oai-1929-2004      Don Hong-Oai est un photographe chinois né à Canton en 1929 qui a vécu au Vietnam, à Saïgon, à partir de 1936 malgré un court séjour en France en 1974. C’est au Vietnam qu’il s’est formé à la photographie du paysage lors de ses excursions au sein de la péninsule indochinoise. Il dut néanmoins quitter le Vietnam définitivement en 1979 suite au conflit vietnamo-chinois de 1978. Il gagna alors les États-Unis et s’établit pour un moment à San Francisco avant de repartir en Chine mais c’est à San Francisco qu’il s’éteindra en 2004.

Quelques autres photographies de Don Hong-Oai


articles de ce blog liés


Racines de nuages

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Wang Chih-Yuan (dynastie Tsing)

Wang Chih-Yuan (dynastie Tsing)

Un rocher, certes, est une entité stable.
Pourtant il faut le représenter comme une présence aussi mobile que le souffle,
aussi fluide que l’eau.
Cela ne s’explique pas aisément par des mots; au peintre de le sentir.
Les anciens donnaient au rocher le nom de « racines des nuages » ou « os de la terre »,
On disait aussi qu’ils étaient des pans de la voute céleste tombés sur notre sol
et que les rochers, à l’aspect tourmenté et joyeux, fantastiques ou paisibles, semblent changer de physionomie à chaque instant.
On voit par là que l’esprit du rocher est tout de mobilité et de fluidité.

(Exposition « Rochers de lettrés » de 2012 au musée Guimet, Paris)

Shen Zhou - Le poète sur la montagne

Shen Zhou – Le poète sur la montagne

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––