« Faire le pont » dans l’Égypte ancienne


Le mouvement des corps dans l’Egypte ancienne.

     En octobre dernier j’avais publié dans ce blog un article sur le célèbre poème de Rilke magnifiquement traduit par Philippe Jaccottet « Les connaître est mourir »  (c’est  ICI ). les recherches que j’avais entamées sur le contexte qui entourait ce poème m’avaient conduites jusqu’à l’Égypte ancienne et en particulier vers la déesse Nout :

     « Déesse du ciel et de la nuit, garante de l’ordre cosmique dont le corps se déploie, comme on peut le voir sur les sarcophages égyptiens, au-dessus de la Terre pour la protéger. Son rire est le tonnerre et ses larmes la pluie. Les extrémités de ses quatre membres, à l’endroit où ils touchent la Terre forment les quatre points cardinaux. Le soir, sa bouche avale le soleil qui va traverser son corps durant la nuit et qu’elle fait renaître au matin en l’expulsant par son vagin. De la même manière, les étoiles traversent son corps pendant le jour. À ce titre, Nout incarne la mort et la résurrection et est maîtresse de la mort et de la vie. »

déesse Atoun.png

Papyrus de Nespakashouty, 

      J’avais accompagné ce texte d’une illustration tirée d’un papyrus ancien, le  papyrus de Nespakashouty exposé au Musée du Louvre qui représentait Nout, la déesse-Ciel, qui s’étirait en forme de voûte au-dessus de son frère époux étendu sur le dos, Geb dieu de la terre, de la fertilité, des plantes et des minéraux. À l’instar du ciel et de la terre, les deux époux sont séparés physiquement par l’air qui est lui aussi une divinité du nom de Shou et qui soutient de ses deux bras levés la déesse. L’air est traversé chaque jour la barque solaire du dieu Rê que Nout avale chaque soir  pour la rejeter chaque matin par son vagin. Entre temps la barque aura parcouru les profondeurs des la terre où le serpent Apophis essaie de la renverser. Il faut croire que Shou se libère de temps en temps de son précieux fardeau car il est écrit qu’au cours de la nuit Nout et Geb s’uniraient, séparés chaque matin par le sourcilleux Shou….

turin_103.med.jpg

      Le hasard a fait que j’ai retrouvé deux représentations de cette même scène quatre mois plus tard lors d’une visite au magnifique musée de Turin dédié à l’Égypte ancienne, le Muséo Egizio. Il s’agissait des images réalisées sur le cercueil intérieur et le sarcophage d’un scribe royal du nom de Boutehamon qui a vécu près de Thebes entre la fin du Nouvel Empire et la Troisième période intermédiaire qui débuta à la fin du règne de Ramsès XI. Ce sarcophage fait partie de la série des « sarcophages jaunes » réalisées au cours de cette dernière période, moment où l’on délaissa les représentations murales au profit de celles, très riches, réalisées sur les sarcophages.

La séparation du ciel et de la terre sur le sarcophage du scribe Boutehamon. Musée de Turin, Italie..jpg

    Sur le sarcophage intérieur on peut voir la scène de création du cosmos semblable à celle du papyrus de Nespakashouty conservé au Musée du Louvre à ceci près que  la barque solaire n’est plus représentée et que l’on voit le dieu Shou supporter de ses deux bras le corps dénudé de la déesse Nout. Au sol, est étendu Geb représenté en vert, couleur de la végétation dont il est le dieu. La même scène est reproduite sur le sarcophage extérieur mais avec des variantes : Shou a disparu et le dieu Geb est représenté allongé sur son dos avec son phallus en érection dressé vers le ciel.

Capture d’écran 2018-12-28 à 20.24.31.png

     Les représentations de cette scène mythiques sont légions dans l’iconographie égyptienne. L’une des plus belles sur le plan graphique est celle joliment colorée du tombeau de Ramsès IV  dans laquelle on voit Shou soutenir Nout alors qu’elle avale le disque solaire rouge. À noter que Geb n’était pas présent ce jour là…


     Ce jour là, ma visite au Muséo Egizio me réservait une autre surprise heureuse, celle de la vision d’une figure que je connaissais de longue date mais dont j’ignorais la présence à Turin. C’était celle d’une jeune danseuse acrobate au corps gracile et aux longs cheveux bouclés qui reproduit le même mouvement que celui exécuté par la déesse Nout dans la création du cosmos mais inversé. Elle a été découverte à l’endroit même ou vivait le scribe royal Boutehamon, à Deir El-Medina, un village de bâtisseurs de temples et de tombeaux situé à l’est de Thebes. Il s’agit d’un ostracon, ces supports improvisés constitués d’éclats de calcaire, de tessons de poterie sur lesquels on gravait ou dessinait quelques écritures ou motifs. Au départ, ostracon (ostraca au pluriel) désignait en grec ancien la coquille d’huitre mais a évolué par analogie pour désigner ces supports artistiques sur lesquels les ouvriers ou les scribes prenaient des notes ou réalisaient rapidement des croquis ou des miniatures. Ce qui est intéressant dans cet ostracon que l’on date du Nouvel Empire XIXe – XXe dynastie (1292-1076 av. J.C.), c’est que la forme de l’éclat de calcaire utilisé comme support a été choisi (ou reconfiguré) en relation avec le dessin de la danseuse. Les différentes arêtes sont en effet parallèles aux lignes du dessin.

Capture d’écran 2018-12-28 à 03.12.54.png

    Se contente-t-elle de « faire le pont » à l’envers ou bien exécute-t-elle une pirouette, un somersault ? Dans les fêtes égyptiennes, Les danseuses et les acrobates presque nues aux corps élancés étaient choisies pour divertir les convives parmi celles « qui n’ont pas encore enfantées ». On connaît quelques autres de ces ostraka, en voici un autre un peu moins réussi (photo extraite du livre “Carnets de pierre – L’art de l’ostraca dans l’Egypte ancienne”, par Anne Mimault-Gout, Hazan, 2002)

Capture d’écran 2014-12-19 à 18.45.37.png

       Les danseuses ou danseurs acrobates pouvaient aussi être représentés sur les bas-reliefs comme ci-dessous sur le relief de la Chapelle Rouge de Hatchepsut montrant des acrobates. Temple d’Amon à Karnak, XVIIIe dynastie, début du XVIe siècle avant notre ère. (Photo Werner Forman)

Capture d’écran 2018-12-28 à 03.25.29.png


Articles liés


Le désenchantement du monde selon Rimbaud

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Désenchantement

Rimantas Dichavivius, né en 1937 - Lithuanie

photographies Rimantas Dichavicius – Lithuanie

°°°

Soleil et chair (Extrait)

Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie, 
Verse l’amour brûlant à la terre ravie, 
Et, quand on est couché sur la vallée, on sent 
Que la terre est nubile et déborde de sang ; 
Que son immense sein, soulevé par une âme, 
Est d’amour comme Dieu, de chair comme la femme, 
Et qu’il renferme, gros de sève et de rayons, 
Le grand fourmillement de tous les embryons !

Et tout croît, et tout monte !

– Ô Vénus, ô Déesse ! 
Je regrette les temps de l’antique jeunesse,
Des satyres lascifs, des faunes animaux,
Dieux qui mordaient d’amour l’écorce des rameaux 
Et dans les nénufars baisaient la Nymphe blonde !
Je regrette les temps où la sève du monde,
L’eau du fleuve, le sang rose des arbres verts 
Dans les veines de Pan mettaient un univers ! 
Où le sol palpitait, vert, sous ses pieds de chèvre ; 
Où, baisant mollement le clair syrinx, sa lèvre
Modulait sous le ciel le grand hymne d’amour ; 
Où, debout sur la plaine, il entendait autour
Répondre à son appel la Nature vivante ;
Où les arbres muets, berçant l’oiseau qui chante, 
La terre berçant l’homme, et tout l’Océan bleu
Et tous les animaux aimaient, aimaient en Dieu ! 
Je regrette les temps de la grande Cybèle
Qu’on disait parcourir, gigantesquement belle,
Sur un grand char d’airain, les splendides cités ; 
Son double sein versait dans les immensités
Le pur ruissellement de la vie infinie. 
L’Homme suçait, heureux, sa mamelle bénie, 
Comme un petit enfant, jouant sur ses genoux.
– Parce qu’il était fort, l’Homme était chaste et doux.

Misère ! Maintenant il dit : Je sais les choses,
Et va, les yeux fermés et les oreilles closes. 
Et pourtant, plus de dieux ! plus de dieux ! l’Homme est Roi, 
L’Homme est Dieu ! Mais l’Amour, voilà la grande Foi ! 
Oh ! si l’homme puisait encore à ta mamelle,
Grande mère des dieux et des hommes, Cybèle ; 
S’il n’avait pas laissé l’immortelle Astarté
Qui jadis, émergeant dans l’immense clarté
Des flots bleus, fleur de chair que la vague parfume, 
Montra son nombril rose où vint neiger l’écume,
Et fit chanter, Déesse aux grands yeux noirs vainqueurs, 
Le rossignol aux bois et l’amour dans les coeurs !

rdbab-72

                                             II

Je crois en toi ! je crois en toi ! Divine mère, 
Aphrodite marine ! – Oh ! la route est amère 
Depuis que l’autre Dieu nous attelle à sa croix ;
Chair, Marbre, Fleur, Vénus, c’est en toi que je crois ! 
– Oui, l’Homme est triste et laid, triste sous le ciel vaste.
Il a des vêtements, parce qu’il n’est plus chaste, 
Parce qu’il a sali son fier buste de dieu, 
Et qu’il a rabougri, comme une idole au feu, 
Son cors Olympien aux servitudes sales ! 
Oui, même après la mort, dans les squelettes pâles 
Il veut vivre, insultant la première beauté ! 
– Et l’Idole où tu mis tant de virginité, 
Où tu divinisas notre argile, la Femme, 
Afin que l’Homme pût éclairer sa pauvre âme 
Et monter lentement, dans un immense amour, 
De la prison terrestre à la beauté du jour, 
La Femme ne sait plus même être courtisane ! 
– C’est une bonne farce ! et le monde ricane 
Au nom doux et sacré de la grande Vénus !

rdbab-70

                                          III

Si les temps revenaient, les temps qui sont venus ! 
– Car l’Homme a fini ! l’Homme a joué tous les rôles ! 
Au grand jour, fatigué de briser des idoles, 
Il ressuscitera, libre de tous ses Dieux, 
Et, comme il est du ciel, il scrutera les cieux ! 
L’Idéal, la pensée invincible, éternelle, 
Tout ; le dieu qui vit, sous son argile charnelle, 
Montera, montera, brûlera sous son front ! 
Et quand tu le verras sonder tout l’horizon, 
Contempteur des vieux jougs, libre de toute crainte, 
Tu viendras lui donner la Rédemption sainte ! 
– Splendide, radieuse, au sein des grandes mers 
Tu surgiras, jetant sur le vaste Univers 
L’Amour infini dans un infini sourire ! 
Le Monde vibrera comme une immense lyre 
Dans le frémissement d’un immense baiser !

– Le Monde a soif d’amour : tu viendras l’apaiser.

rdbab-02

Ô ! L’Homme a relevé sa tête libre et fière ! 
Et le rayon soudain de la beauté première 
Fait palpiter le dieu dans l’autel de la chair ! 
Heureux du bien présent, pâle du mal souffert, 
L’Homme veut tout sonder, – et savoir ! La Pensée, 
La cavale longtemps, si longtemps oppressée 
S’élance de son front ! Elle saura Pourquoi !… 
Qu’elle bondisse libre, et l’Homme aura la Foi !
– Pourquoi l’azur muet et l’espace insondable ? 
Pourquoi les astres d’or fourmillant comme un sable ? 
Si l’on montait toujours, que verrait-on là-haut ? 
Un Pasteur mène-t-il cet immense troupeau 
De mondes cheminant dans l’horreur de l’espace ? 
Et tous ces mondes-là, que l’éther vaste embrasse, 
Vibrent-ils aux accents d’une éternelle voix ? 
– Et l’Homme, peut-il voir ? peut-il dire : Je crois ? 
La voix de la pensée est-elle plus qu’un rêve ? 
Si l’homme naît si tôt, si la vie est si brève, 
D’où vient-il ? Sombre-t-il dans l’Océan profond 
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond 
De l’immense Creuset d’où la Mère-Nature 
Le ressuscitera, vivante créature, 
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés ?…

Nous ne pouvons savoir ! – Nous sommes accablés 
D’un manteau d’ignorance et d’étroites chimères ! 
Singes d’hommes tombés de la vulve des mères, 
Notre pâle raison nous cache l’infini ! 
Nous voulons regarder : – le Doute nous punit ! 
Le doute, morne oiseau, nous frappe de son aile… 
– Et l’horizon s’enfuit d’une fuite éternelle !…

Le grand ciel est ouvert ! les mystères sont morts 
Devant l’Homme, debout, qui croise ses bras forts 
Dans l’immense splendeur de la riche nature ! 
Il chante… et le bois chante, et le fleuve murmure 
Un chant plein de bonheur qui monte vers le jour !… 
– C’est la Rédemption ! c’est l’amour ! c’est l’amour !…

rdbab-56

                                             IV

Ô splendeur de la chair ! ô splendeur idéale ! 
Ô renouveau d’amour, aurore triomphale 
Où, courbant à leurs pieds les Dieux et les Héros, 
Kallipyge la blanche et le petit Éros 
Effleureront, couverts de la neige des roses, 
Les femmes et les fleurs sous leurs beaux pieds écloses !
– Ô grande Ariadné, qui jettes tes sanglots 
Sur la rive, en voyant fuir là-bas sur les flots, 
Blanche sous le soleil, la voile de Thésée, 
Ô douce vierge enfant qu’une nuit a brisée, 
Tais-toi ! Sur son char d’or brodé de noirs raisins, 
Lysios, promené dans les champs Phrygiens 
Par les tigres lascifs et les panthères rousses, 
Le long des fleuves bleus rougit les sombres mousses. 
– Zeus, Taureau, sur son cou berce comme une enfant 
Le corps nu d’Europé, qui jette son bras blanc 
Au cou nerveux du Dieu frissonnant dans la vague. 
Il tourne lentement vers elle son oeil vague ; 
Elle, laisse traîner sa pâle joue en fleur, 
Au front de Zeus ; ses yeux sont fermés ; elle meurt 
Dans un divin baiser, et le flot qui murmure 
De son écume d’or fleurit sa chevelure. 
– Entre le laurier-rose et le lotus jaseur 
Glisse amoureusement le grand Cygne rêveur 
Embrassant la Léda des blancheurs de son aile ; 
– Et tandis que Cypris passe, étrangement belle, 
Et, cambrant les rondeurs splendides de ses reins, 
Étale fièrement l’or de ses larges seins 
Et son ventre neigeux brodé de mousse noire, 
– Héraclès, le Dompteur, qui, comme d’une gloire, 
Fort, ceint son vaste corps de la peau du lion, 
S’avance, front terrible et doux, à l’horizon !

rimantas-dichaviciusrdbab-88

Par la lune d’été vaguement éclairée,
Debout, nue, et rêvant dans sa pâleur dorée
Que tache le flot lourd de ses longs cheveux bleus,
Dans la clairière sombre où la mousse s’étoile,
La Dryade regarde au ciel silencieux…
– La blanche Séléné laisse flotter son voile,
Craintive, sur les pieds du bel Endymion,
Et lui jette un baiser dans un pâle rayon…
– La Source pleure au loin dans une longue extase…
C’est la Nymphe qui rêve, un coude sur son vase,
Au beau jeune homme blanc que son onde a pressé.
– Une brise d’amour dans la nuit a passé, 
Et, dans les bois sacrés, dans l’horreur des grands arbres,
Majestueusement debout, les sombres Marbres,
Les Dieux, au front desquels le Bouvreuil fait son nid,
– Les Dieux écoutent l’Homme et le Monde infini !

Arthur Rimbaud, 29 avril 1870

Rimbaud n’avait que 16 ans quand il a écrit ce poème…

220px-carjat_arthur_rimbaud_1872_n2

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      Rimantas Dichavicius, ce photographe lituanien qui a commencé sa carrière à l’ère soviétique, né en 1937, est l’un de mes photographes préféré. Son thème de prédilection est la femme dans la nature et ses photographies à la fois si pures et sensuelles m’ont semblé dignes d’accompagner ce poème de Rimbaud.
      Je ne résiste pas à vous livrer l’une de ses professions de foi qui préface l’un de ses livres et qui fait écho à ce poème  :

     The present publication is like a poem of images through which attempt was made to portray youth — its unique beauty, its blazing radiance and its dreams. Youth which runs barefooted on the paths and in the meadows of a native country, or along a sandy seashore. Youth which is caressed by sun rays and by a cool Baltic wave.
       Youth needs no adornments either gold or gems.
   Youth itself like a pearl radiates purity and life. However, youth can be percepted only restrocpectively and from a distance. Man has been always and everywhere searching for beauty — in the verdure and in the peaceful flight of a bird, in glazing sunrises and sunsets, in a slender waist line of a beloved woman. However, the relentless flow of time changes everything. Beauty as well. Nothing but art is able to best reflect beauty, to immortalise and preserve it for future generations.
       What does beauty give to the man, why does he strive for it ?
      A scientist, philosopher, artist, teen-ager or an old sage, everyone would answer differently, and, still, everyone would be right.

As beauty is truth. Beauty is perfection.
Beauty is the acme* of nature’s creation.
Beauty is the trace of a genius.
Beauty is a miracle.
Beauty is a spiritual radiance.
Beauty is love.
Beauty is virtue.
Feminine beauty is a miracle of nature. It accompanies love, and love means coming in touch with eternity

Rimantas Dichavicius

L’acmé : (du grec ancien ἀκμή, « apogée ») désigne le point extrême d’une tension, d’un propos ou d’une situation. Appliqué à une civilisation, le terme évoque son apogée.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

article de ce blog lié

  • Photographier le Nu dans la Nature – Regards croisés entre le lituanien Rimantas Dichavicius et l’américaine Anne Brigman. C’est   ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––