meraviglia

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

The call of the wild

The_Call_of_the_Wild_(1903)_p.8_frontispiece

Frontispice de L’Appel de la Forêt (The Call of the Wild) de Jack London, 1903
illustrateur Charles Livingstone Bull
« And beyond that fire… Buck could see many gleaming coals, two by two, always two by two.»

The_Call_of_the_Wild_(1903)_p._85_With_the_aurora_borealis

l’Aurore Boréale de L’Appel de la Forêt (The Call of the Wild) de Jack London, 1903
illustration de Charles Livingstone Bull

Jack Mondon

      L’Appel de la forêt ou L’Appel sauvage (titre original : The Call of the Wild) est un roman de Jack London publié en 1903 aux Etats-Unis et en 1908 en France. Il relate l’histoire d’un chien domestique, vendu à la suite d’un concours de circonstance comme chien de traîneau à l’époque de la Ruée vers l’or et qui revient à ses instincts naturels lorsqu’il est confronté aux pièges et à la rudesse du territoire du Yukon. Jack London avait participé en 1897 à la Ruée vers l’or de la Klondike River au Canada à l’ouest du Yukon mais atteint du scorbut, il avait du être rapatrié. Cette expérience du Grand Nord canadien l’incita à se consacrer à l’écriture.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––