Mes Deux-Siciles – Tempéraments volcaniques et sensualité


article publié une première fois le 11 février 2016 et remanié

les îles Eoliennes à l'horizon

Aimer et admirer

     « … A midi, sur les pentes à demi sableuses et couvertes d’héliotropes comme d’une écume qu’auraient laissée en se retirant les vagues furieuses des derniers jours, je regardais la mer qui, à cette heure, se soulevait à peine d’un mouvement épuisé et je rassasiais les deux soifs qu’on ne peut tromper longtemps sans que l’être se dessèche, je veux dire aimer et admirer.
      Car il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer. Nous tous, aujourd’hui, mourons de ce malheur…»

Albert CamusL’Été, extrait de Retour à Tipasa, 1952

   Adolescent, je me suis retrouvé un soir d’été, sur l’esplanade d’une petite ville de Calabre dominant la mer Tyrrhénienne — je pense que c’était Palmi — juste en face des îles Éoliennes, cet archipel composé de sept îles volcaniques dont seules deux d’entre elles, Stromboli et Vulcano, ont leurs volcans encore actifs. Derrière la ville se profilait les hauteurs du massif de l’Aspromonte, terre ingrate et sauvage qui avait vu naître ma grand-mère Rosaria mais qu’elle avait fait dû fuir pour échapper à la folie et la violence aveugle cumulée de la terre et des hommes. Mais ce soir là, c’était le calme et la sérénité qui dominaient et il semblait que tous les habitants de la ville s’étaient donné rendez-vous sur l’esplanade dominant la mer après avoir arpenté dans les deux sens la rue principale pour bénéficier de la fraîcheur du soir et du spectacle grandiose qu’offrait généreusement la nature. De belles filles brunes marchaient sagement en groupe,  se tenant parfois par la main, parlant fort et affichant un air faussement indifférent aux remarques que leur lançaient des garçons effrontés et moqueurs mais ceux-ci ne devenaient réellement entreprenants qu’auprès des déesses blondes scandinaves ou allemandes qui exposaient sans vergogne de généreuses portions de leur peau hâlée par le soleil. L’air était saturé d’une chaude moiteur, du parfum des bougainvilliers et d’éclats de voix et l’on ressentait dans l’âme et le corps comme une tension violente de nature érotique qui ne demandait qu’à se libérer à l’occasion d’un événement qui serait survenu soudainement, d’une vision, d’une rencontre… Il ne s’est rien produit ce soir là pour moi sauf qu’à l’heure du crépuscule j’ai vu vu le soleil rougeoyant sombrer lentement dans la mer bleutée et s’y perdre embrasant l’horizon derrière le chapelet d’îles dont l’une était surmontée d’un panache de fumée blanche. L’image de ces îles mythiques à la fois si proches et si lointaines est restée pour toujours ancrée dans ma mémoire et je m’étais promis de les aborder un jour, projet qui ne s’est toujours pas réalisé malgré que je sois retourné en ces lieux à plusieurs reprises. Je devais de nouveau contempler ce fabuleux spectacle à partir de la terrasse de la casa d’un cousin éloigné sur les pentes dominant Gesso, une petite ville de Sicile proche de Messine, la ville où était né mon grand-père Giuseppe et où ma mère Ina avait passé sa prime enfance. Au-dessus de la terrasse s’étendait la frondaison d’un figuier vénérable qui croulait sous les fruits, fruits que l’on cueillait paresseusement pour les déguster sans avoir pris la peine de nous lever de nos sièges; nous n’avions pour cela qu’à étendre simplement le bras au-dessus de nos têtes non sans avoir précédemment tâté les figues une à une afin de choisir les plus mûres et les plus juteuses. Croquer la chair tiédie par les rayons d’un soleil incandescent, à la consistance la fois douce et râpeuse, gorgée de sucs sucrés et goûteux qui se répandaient dans la bouche avait une dimension charnelle et intensément sensuelle. Ce n’est pas pour rien que les mots fica et figa désignent en italien vulgaire le sexe féminin et que le fruit défendu de l’arbre de la connaissance dans le récit du Livre de la Genèse est, dans la tradition juive, non pas la pomme mais la figue. Au hasard de mes lectures et des films que je visualise, ces souvenirs se ravivent et la nostalgie et l’imagination se déploient mais, le temps passant, je me demande s’il n’est finalement pas plus profitable de cultiver et maintenir vivant un ardent désir ancien plutôt que de le clore en voulant à tout prix le satisfaire. Nos actes manqués qui laissent libre cours au déploiement du rêve et de l’imagination sont parfois plus importants que les actes que nous avons accomplis…

figues.png


Stromboli et Vulcano – Au sujet de deux films tournés en 1949

stromboli_aerial_226.jpg

4.jpg

île Stromboli


     Le 6 avril 1949, Roberto Rossellini débute le tournage de Stromboli Terra di Dio avec l’actrice suédoise devenue sa maîtresse Ingrid Bergman qui joue le rôle de Karine, une jeune réfugiée lituanienne qui à la fin de la seconde guerre mondiale est retenue dans un camp en Italie pour avoir été la maîtresse d’un officier allemand. Sa demande pour gagner l’Argentine ayant été refusée, elle se résout totalement désemparée à épouser sans amour Antonio un jeune pêcheur italien originaire de Stromboli qui l’emmène dans son île mais avec lequel la barrière de la langue et la différence culturelle et sociale l’empêche de communiquer. A son arrivée dans l’île, Karine va être confrontée à une population méfiante, figée dans ses traditions, ses superstitions et ses préjugés. Le volcan violent et imprévisible est le deus ex machina qui rythme la vie des îliens et fait planer sur leur tête un danger permanent. C’est dans ce cadre oppressant renforcé par l’insularité que Karine va perdre pied et escalader une nuit le volcan dans une folle tentative d’échapper d’une manière ou d’une autre à son désespoir.

      Anna_Magnani-signed Ingrid Bergman

Anna Magnani et Ingrid Bergman : la brune volcanique et la blonde éthérée


    Deux mois plus tard exactement, le 6 juin 1949, sur une autre île volcanique située à quelques km, la bien nommée Vulcano, un autre réalisateur, l’américain William Dieterle commence lui aussi le tournage d’un film dans lequel un volcan tient  un rôle déterminant avec l’actrice italienne au tempérament volcanique Anna Magnani, l’ex-maîtresse de Rossellini avec qui il avait tourné Rome, ville ouverte et qu’il avait quitté un an plus tôt pour filer le parfait amour avec la belle suédoise. Le problème était que Rossellini avait proposé dans un premier temps le rôle de Stromboli à Anna Magnani qui se sentant à juste titre flouée et humiliée avait récupéré le scénario original et s’était efforcée de sortir son film la première. Elle joue dans Vulcano le rôle de Maddalena, une prostituée qui vient de sortir de prison et qui est assignée à résidence dans son île natale « oubliée de Dieu » qui se battra pour regagner son honneur…. Les deux films tournés dans une ambiance paranoïaque sortiront tous les deux en 1950 et connaîtront chacun un cuisant échec. Les deux femmes n’auront finalement jamais l’occasion de se rencontrer…

vulcano-sicile-sport-n-football.jpg

L’île de Vulcano avec le sulfureux Vulcano Fossa, le volcan le plus dangereux des îles Éoliennes


 Articles liés


meravigila

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

la beauté des formes géométriques pures dans la Nature

nabiyotum-crater-lake-turkana

Nabiyotum Crater, Lake Turkana, Kenya

     L’œil humain est toujours troublé de voir une forme géométrique parfaite dans la Nature car il considère a priori que la création de ces formes sont l’apanage de l’esprit de l’homme et de sa raison et que les formes naturelles sont a priori irrationnelles et chaotiques. Pourtant depuis les formes hélico-spirales des coquilles des gastéropodes jusqu’aux ordonnancements répétitifs des cristaux, la nature n’est pas avare de constructions géométriques pures et parfaites dont l’homme a pu s’inspirer ou recopier.
   Se pose alors la raison du sentiment de beauté que l’on éprouve face à ces formes géométriques pures que l’on trouve dans la Nature. Ce sentiment s’apparente-t-il au sentiment du « sublime » que l’homme ressent devant les spectacles singuliers et grandioses de la nature ou bien est-il du au fait qu’il retrouve dans ces formes, son esprit et ses œuvres ?

architectures de cônes et cylindres tronqués ou creusés

Ci-dessus, dans le désordre : projet de Cenotaphe d’Etienne-Louis Boullée – L’Herodion, palais du roi Herode le Grand sur une colline artificielle en Palestine (Ier siècle av. JC) – Nuraghe serbissi, dolmen construit sur une grotte naturelle en Sardaigne (âge du bronze ancien) – Salle de concert au Kazakhstan, Studio Nicoletti Associati (2001-2009) – le Colisée à Rome (70 – 80 après JC) – Planétarium Ril Tinto Alcan à Montreal, Cardin + Ramirez et Associés, Architectes (1966) – Projet de monument à la IIIe Internationale (Tour Tatlin), Vladimir Tallin (1919-1920) – Casèdde à deux cellules, en calcaire d’Altamura à Locorotondo (Italie du sud) – Cathédrale D’Évry, architecte Mario Botta, 1991 – Eglise Saint-Pierre de Firminy, Le Corbusier, 2006 – Cathédrale Saint-Sébastien de Rio de Janeiro, architecte Edgar Foncera, 1976 – Cathédrale de Brasilia, architecte Oscar Niemeyer, 1970.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

mappa mundi : divagation II

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Beauté des cartes géographiques

tumblr_mrr01u9fpp1qzd8ono1_1280

Crater Lake – National Park, Oregon (Klamath County)

mount-mazama-en-eruption-par-paul-rockwood-image-national-park-service-usgs

Eruption du mont Mazama, il y a 7700 ans (illustration Paul Rockwood)
image National Park Service – USGS

Crater Lake is the remnant of Mount Mazama, USGS.png

le Crater Lake aujourd’hui

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

il vulcano

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Regards croisés

36597_363064773739247_126016494110744_1024728_158528217_n

il vulcano

4

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

La possibilité d’une île…

Sulphur Island, published by John Murray, London - 1828

Sulphur Island, published by John Murray, London – 1828

    Planche en couleur issue d’une publication de la célèbre maison d’édition John Murray de Londres représentant Sulphur Island, une île volcanique découverte par  le capitaine Basil Hall en 1818 au cours d’un voyage d’exploration sur les cotes ouest de la Corée et des Grandes Îles Liou-Tcheou. La maison d’édition fut fondée en 1768 par l’officier de la Marine royale d’origine écossaise John Murray (1745-1793). Son fils John Murray II qui reprit les rênes de l’affaire est aussi connu pour avoir, avec l’aide de cinq amis de Byron dont il était l’éditeur, d’avoir pris la décision de détruire dans la cheminée de son bureau les journaux manuscrits des deux volumes de mémoires du poète dans le but de protéger sa réputation, ceci contre l’avis du seul Thomas Moore.

°°°

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.14.15

Sulphur Island, détail 5

Sulphur Island, détail 4

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.13.53

Sulphur Island, détails

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

le photographe britannique Herbert George Ponting (1870-1935) – (I) Photos du mont Fuji (1905)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Herbert George Ponting (1870-1935)

Herbert George Ponting (1870-1935)

     Né à Salisbury dans le sud de l’Angleterre, Herbert George Ponting débute dans la vie à l’âge de 18 ans en exerçant à Liverpool la profession de son père : banquier. Après quatre années, constatant qu’il n’avait aucune vocation à exercer ce métier et attiré par les mythes de l’Ouest américain, il quitte l’Angleterre pour la Californie où il travaillera dans les mines avant d’acheter un ranch dans les années 1890. C’est en Californie qu’il rencontrera sa femme, Mary Biddle Elliott, avec laquelle il se mariera en 1895 dont il aura une fille Mildred. mais l’exploitation du ranch est un échec et Ponting se reconvertit dans le métier de photographe. Participant à des compétitions, il remportera plusieurs prix et commence à connaître un certain succès avec ses photographies stéréoscopiques. A partir de 1904, répondant à la demande nouvelle de la presse qui commence à imprimer des images photographiques, il débute une activité de reporter freelance en Asie pour des périodiques anglo-saxons couvrant des événements tels que la guerre russo-japonaise et effectuant des reportages en Birmanie, Corée, Indonésie, Chine et Inde. Quatre des plus grands magazines de Londres publieront ses photographies : le Graphic , l’Illustrated London News, le Pearson’s, et le Strand Magazine.
       En 1905, Ogawa K., un éditeur de Tokyo, lui confiera la réalisation d’un recueil de 25 photographies du Fuji San (3.776 m). Le  Fuji San est le nom japonais du volcan que les occidentaux nomment Fuji Yama ce qui est constitue une erreur car Yama signifie déjà  montagne, En fait, san est simplement la lecture sino-japonaise du caractère  (lecture issue du chinois shan), la lecture proprement japonaise (dite aussi yamato) de ce même caractère étant yama. La lecture Fuji-yama de 富士山 est donc une lecture occidentale fautive de ce que les japonais lisent Fuji-san, le mont Fuji.

couverture du livre publié par K. Ogawa, 1905

couverture du livre publié par K. Ogawa, 1905 et préface (en anglais) de Herbert G. Ponding

Capture d’écran 2015-09-22 à 14.59.34

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Herbert G. Ponting - Fuji, la montagne sacrée du Japon – publication K. Ogawa, 1905

Herbert G. Ponting – Fuji, la montagne sacrée du Japon – publication K. Ogawa, 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji vu du lac Hakone K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji vu du lac Hakone K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji vu du lac Nishi-no-umi - publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji vu du lac Nishi-no-umi – publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji vu du lac Motosu Nishi-no-umi publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji vu du lac Motosu Nishi-no-umi publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji vu à travers les pins, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji vu à travers les pins, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji et le lac Motosu publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji et le lac Motosu publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji vu du lac Kawaguchi publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji vu du lac Kawaguchi publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji enneigé en hiver vu du lac Hakone, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji enneigé en hiver vu du lac Hakone, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le

Herbert G. Ponting – le « Kasa Fuji » (le Fuji et son ombrelle), publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji au coucher du soleil, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji au coucher du soleil, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji se mirant dans le lac Shoji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji se mirant dans le lac Shoji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji avec en premier plan la cascade Shira-Ito, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji avec en premier plan la cascade Shira-Ito, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le Fuji à travers les pins du lac Motusu, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le Fuji à travers les pins du lac Motusu, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - le sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - sur le sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – sur le sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting -le lac Yananaka vu du sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – le lac Yananaka vu du sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting - lever du soleil au sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponting – lever du soleil au sommet du mont Fuji, publié par K. Ogawa en 1905

Herbert G. Ponding - le Fujisan à l'aube - 1905

Herbert G. Ponding – le Fujisan à l’aube – 1905

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––