inquiétante étrangeté

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

photographie, vers 1910

Fillette de dos, France (anonyme), vers 1910

Fillette de dos, France (anonyme), vers 1910

    Pour quelle raison, cette photo de dos d’une fillette prise par un photographe anonyme vers 1910 nous inquiète t’elle ? La vision de dos, tout d’abord… C’est une technique qui a été souvent employée par les peintres, notamment romantiques, pour susciter chez le spectateur, une interrogation, une impression de mystère. Lorsque le peintre ou le photographe nous montre une personne de dos, nous ne sommes pas loin de penser que ce qui ne nous est pas montré nous a peut-être été volontairement caché… Il y a aussi  les vêtements noirs et austères de la fillette qui expriment une sévérité et une rigidité morale. Et puis il y a le cadre, la fillette est placée à la limite de la lumière et devant elle s’ouvre un espace obscur qu’on imagine aisément recéler des dangers. Enfin, il y a l’attitude de la fillette, elle semble s’être soudainement immobilisée et sa tête baissée, tournée vers le bas semble indiquer qu’elle a aperçu quelque chose au sol qui a interrompu son mouvement… Mais il se peut tout simplement que le photographe dans le souci de donner le maximum de netteté à son cliché lui ait demandé d’arrêter de marcher au moment de la prise de vue… Ainsi, nous ne pouvons pas nous empêcher, devant une photographie ou un tableau d’imaginer et de bâtir des histoires qui sont peut-être plus représentatives de notre personnalité que de la scène à laquelle elles s’appliquent… Il n’existe pas de représentation objective de la réalité, il n’existe, pour l’artiste comme pour le spectateur, que des interprétations de la réalité.

Enki sigle

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––